La Tunisie a le soutien de la France et attend un soutien plus large

Il semble que la position de certains pays occidentaux vis-à-vis de la Tunisie, réclamant un retour à la légitimité après le 25 juillet, ait changé et s’est assouplie, comme en témoigne l’affirmation par la France de son soutien à la Tunisie à travers son ambassade. décembre, son programme d’organiser un référendum national sur les réformes constitutionnelles le 25 juillet prochain, puis d’organiser des élections législatives fin 2022, en plus de lancer des consultations « populaires » via Internet courant janvier (janvier) sur les réformes qui devraient être introduites dans le pays. système politique en place, et la Tunisie tente de gagner la confiance de certains pays, notamment des bailleurs de fonds, qui ont de l’influence au sein du Fonds monétaire international, pour sortir de l’étouffante crise financière.

Procédures présidentielles

Dans ce cadre, le ministre des Affaires étrangères, de l’Immigration et des Tunisiens de l’étranger, Othman El-Gerandi, a reçu vendredi 14 janvier l’ambassadeur de France en Tunisie, André Baran. La Tunisie est sur une voie démocratique qui la distingue dans la région, et a réitéré la volonté de la France de continuer à soutenir le pays aux niveaux bilatéral et multilatéral, saluant le rôle joué par la Tunisie lors de son mandat non permanent au Conseil de sécurité en 2020 et 2021 et fructueux coopération avec la France sur les enjeux et défis au niveau régional. et internationale.

Le ministre tunisien des Affaires étrangères a, quant à lui, apprécié le soutien de la France à son pays à un moment critique de son parcours politique, soulignant la détermination du président à construire une voie démocratique saine qui consolide l’État de droit et promeut les droits et les libertés.

Pour sa part, et dans un bref communiqué, l’ambassade de France en Tunisie a qualifié la rencontre d’échange positif entre l’ambassadeur André Baran et Othman Al-Jarandi, ministre des Affaires étrangères, de l’Immigration et des Tunisiens de l’extérieur, qui a exprimé la disponibilité de la France à soutenir la Tunisie dans réformes économiques et satisfaction du travail franco-tunisien au Conseil de sécurité durant la période 2020-2021.

support non isolé

Reconnaissant l’importance de cette position du côté français, l’ancien ministre des Affaires étrangères Ahmed Wanis a déclaré que « la position officielle de la France incarnée par la rencontre du ministre tunisien des Affaires étrangères avec l’ambassadeur de France, et représentée par le soutien de la France à la Tunisie lors des négociations avec le Fonds monétaire international , est un signal qui est très important », ajoutant : « Il est clair que c’est un soutien qui va au-delà de la crise actuelle, qui remonte à la dernière décennie, dans laquelle la France s’est tenue aux côtés de la Tunisie sur les différents détours que nous avons traversés,  » Wanes a souligné que  » la demande de l’ambassadeur de France en Tunisie pour la rencontre du 14 janvier est un signe important  » et a déclaré que  » la rencontre a eu lieu un jour de fête.  » Révolution, et cela montre le soutien particulier et particulier de la France à Le président tunisien Kais Saied pour sauver la marche visant à la transformation démocratique et soutenir la révolution des choix. »

Lire la suite

Cette section contient des articles connexes, placés dans le champ Nœud associé.

Wanes a ajouté, « les actions de Kais Saied pour sauver la transition démocratique à travers les mesures extraordinaires qu’il a mises en place depuis le 25 juillet, la France considère comme un comportement approprié », notant que « la position de la France en Tunisie et les actions de Saied ne sont pas isolées, et pourraient s’étendre à d’autres pays ». … un autre qui a une voix influente au Fonds monétaire international.

Puissance internationale influente

D’autre part, le journaliste et analyste politique Ayman Al-Zamali a déclaré que « la majorité des puissances internationales influentes ont exigé, quelques jours après l’approbation de la procédure du 25 juillet 2021, que le président Saïd présente une feuille de route qui explique et accélère sa sortie de une situation extraordinaire, et c’est exactement ce qui s’est passé. » . » Il semble que la position de la France ne soit pas isolée de la perception d’autres puissances internationales influentes, qui, bien qu’elles expriment leur inquiétude face à des indicateurs mineurs susceptibles de menacer les acquis de la liberté d’opinion, d’expression et d’organisation dans le pays, mais estiment, selon aux mouvements et déclarations de leurs responsables, des dangers de catastrophe causés par le système de gouvernement qui a dominé le pays depuis 10 ans, et le président de la République l’a encouragé à accélérer les choses et à sortir le pays de l’État d’exclusion.

Al-Zamali a estimé que « les perceptions et les suggestions de ces pays concernant l’avenir de la Tunisie sont monnaie courante pour diagnostiquer les conditions économiques, financières et sociales difficiles que le pays a connues au cours de la dernière décennie, avec peu de différence quant à la solution politique qui régira le pays. » au cours de la dernière décennie. la prochaine étape et assurer sa stabilité. » Et aussi, la plupart de ces pays, Selon El-Zamali, il a partagé son insistance sur la Tunisie pour mener les réformes économiques nécessaires afin de rester soutenu par les institutions financières internationales.

D’autre part, Al-Zamali souligne que la position française n’est ni isolée ni une exception. J’y suis entré pour améliorer le cours de la transition démocratique. »

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.