La suspension antidopage du coureur français portée à 4 ans

La suspension pour dopage de la coureuse de demi-fond française Ophélie Claude-Boxberger a été prolongée à quatre ans, a annoncé mardi le plus haut tribunal administratif de France. L’affaire avait été portée devant le Conseil d’Etat après que l’agence antidopage du pays avait contesté une première décision de sa commission des sanctions d’accorder une suspension de deux ans à Claude-Boxberger.

L’athlète a été testé positif à l’EPO interdite pour rappel sanguin avant les Championnats du monde d’athlétisme 2019. Claude-Boxberger, qui a été éliminé dans les séries du 3 000 m haies à Doha quelques jours seulement après son contrôle hors compétition, a toujours nié les irrégularités .

Elle avait été suspendue pour deux ans en mars 2021. L’agence française de lutte contre le dopage avait jugé la sanction trop clémente et avait demandé une suspension de huit ans.

« Le Conseil d’Etat estime désormais que ni le délai de deux ans fixé par la commission des sanctions, ni le délai de huit ans requis par la présidence de l’Agence ne sont justifiés par le code du sport. Il a donc porté la peine infligée à l’athlète à quatre ans  », lit-on dans une note du tribunal.

(Cette histoire n’a pas été éditée par l’équipe de Devdiscourse et est automatiquement générée à partir d’un flux syndiqué.)

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.