La société technologique française Wandercraft construit un exosquelette qui aide les utilisateurs de fauteuils roulants à marcher

Kevin Piette a perdu la fonction de ses jambes il y a 10 ans après un accident de la route, et bien qu’il utilise la plupart du temps un fauteuil roulant pour se déplacer, il porte certains jours un exosquelette qui lui permet de se tenir debout de manière autonome, de marcher et de donner le meilleur de lui-même. tâches simples.

Il était impossible pour le joueur de 33 ans de rester sur le canapé toute la journée. Piette a été impliquée dans le sport automobile pendant plusieurs années, ce qui l’a finalement amenée à entrer dans Wandercraft, une société française d’exosquelettes qui offre à son porteur la possibilité de marcher à l’aide d’un robot.

L’entreprise recherche des pilotes d’exo-squelette – et a embauché Piette comme testeur.

« La première fois que vous vous levez, c’est assez impressionnant parce que vous pouvez le faire très facilement, très tranquillement, confortablement. Et puis vous avez une posture droite que vous avez en fait oubliée », a-t-il déclaré à Euronews Next.

Elle dit que cuisiner debout et retirer des choses des placards est quelque chose qui lui manque et qui est maintenant réalisable avec des robots.

« Pouvoir cuisiner et atteindre quelque chose de haut, des choses qui font partie d’une journée très ordinaire dans la vie, c’est très gratifiant. C’est aussi agréable d’être au même niveau que les gens au lieu de toujours les regarder d’en bas », a-t-il déclaré.

Être capable de se tenir debout apporte également des avantages pour la santé car elle dit que cela a augmenté son flux sanguin, ce qui facilite sa digestion et lui permet également de réduire la quantité de médicaments qu’elle prend.

La société a publié ce mois-ci son dernier modèle auto-équilibré, le modèle Atalante X.

Il est actuellement utilisé dans les hôpitaux pour aider à la rééducation et ne peut être utilisé qu’à l’intérieur.

Il fonctionne à l’aide de 12 moteurs : six dans les hanches, deux dans les genoux et quatre dans les chevilles, ce qui rend le mouvement plus naturel.

L’utilisateur contrôle l’exosquelette avec une télécommande et des capteurs situés à l’arrière, qui sont contrôlés par les mouvements du haut du corps.

Cela ne prend que quelques minutes pour le mettre et Piette dit qu’elle peut le faire elle-même.

La prochaine étape consiste à développer un modèle entièrement autonome que les personnes extérieures peuvent porter.

Wandercraft a levé 45 millions de dollars (41 millions d’euros) en décembre dernier pour construire le premier exosquelette personnel au monde pouvant être utilisé à la fois à l’extérieur et à la maison.

« Changer la société »

L’entreprise a été lancée en 2012 par trois ingénieurs qui souhaitaient améliorer la vie des personnes en fauteuil roulant.

« Le fauteuil roulant n’est pas un échec, au contraire, c’est un outil de liberté », déclare Jean-Louis Constanza, co-fondateur de Wandercraft, dont le fils utilise lui-même un fauteuil roulant.

« L’objectif de l’entreprise est de permettre aux personnes qui ne peuvent pas ou plus marcher de pouvoir marcher à nouveau. »

« Actuellement, il n’y a pas de robots marcheurs ou d’exosquelettes marcheurs qui marchent de manière indépendante et comme les humains. Donc il y a non seulement beaucoup de travail technologique que nous faisons, mais aussi du travail scientifique, et nous devons trouver des investisseurs qui nous suivent depuis longtemps et pour un montant assez élevé », a-t-il déclaré.

« Nous avons réussi parce que nous avions un projet qui a vraiment changé la société ».

Possibilités illimitées

Les principaux défis pour un modèle entièrement autonome pouvant être utilisé à l’extérieur sont de rendre la technologie moins coûteuse, moins encombrante et d’assurer sa sécurité et sa stabilité.

« Nous avons dû améliorer notre algorithme en termes de stabilité et de fiabilité », a déclaré Jean-Louis Kana, ingénieur chez Wandercraft.

« On va se retrouver avec le même problème avec les voitures autonomes. Habituellement, si un patient a un accident, tombe ou est poussé, qui est responsable ? Il y a donc des problèmes technologiques et réglementaires.

Mais pour Piette et les millions de personnes qui utilisent des fauteuils roulants, si la technologie est développée et approuvée, les possibilités sont infinies.

« L’avenir pour nous, c’est de pouvoir rentrer chez nous, et après ça, il y a la phase suivante : c’est dehors, sortir, faire du tourisme, faire du tourisme, conduire, aller dans des bars, faire du shopping, aller dans des musées », a déclaré Piette. .

« Les perspectives sont illimitées ».

Pour en savoir plus sur cette histoire, regardez la vidéo dans le lecteur multimédia ci-dessus.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.