La Russie comble un vide en Afrique de l’Ouest | Ramzi Baroud

Ramzi Baroud *

Enfin, la France quittera le Mali, après près d’une décennie d’intervention militaire initiale en 2013. L’impact de cette décision ne se limitera pas à ce pays d’Afrique de l’Ouest ; Au lieu de cela, il est susceptible de s’étendre à la région du Sahel à travers l’Afrique.

Le président français Emmanuel Macron a annoncé la décision de la France de mettre fin à sa présence militaire au Mali – menée dans le cadre de deux opérations militaires majeures, l’opération Serval et l’opération Barkhane. « La victoire sur le terrorisme est impossible si elle n’est pas soutenue par l’État lui-même », a déclaré Macron le 16 février.

Le président français a décrit la direction au Mali comme « hors de contrôle » et a justifié sa décision comme une étape nécessaire, car « les puissances européennes, françaises et internationales ont vu une action réussie pour la limiter ».

Macron ne trompe personne. L’intervention militaire française au Mali était justifiée à l’époque dans le cadre des efforts de la France pour vaincre les « terroristes » qui avaient pris le contrôle de grandes parties du nord du pays. En fait, les militants du Nord ont protesté contre ce qu’ils ont décrit comme la négligence et la marginalisation du gouvernement, et ont ensuite capturé les principales villes, dont Kidal et Tombouctou. Mais l’histoire, comme c’est souvent le cas avec les anciennes colonies françaises d’Afrique, est plus complexe.

Dans un article récent, le New York Times a rapporté que la « puissance diplomatique » de la France repose sur trois piliers : « son influence dans l’ancienne colonie africaine, ainsi que ses armes nucléaires, et son siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU ».

Et pour apprécier l’influence de la France sur le Mali et d’autres pays d’Afrique de l’Ouest longtemps après leur indépendance, considérez que 14 pays africains, dont le Niger et le Sénégal, ont continué à utiliser le franc ouest-africain, une invention monétaire française depuis 1945, alors que l’économie africaine chancelante continue . . indexé sur la monnaie française. Cela a permis à Paris d’exercer une énorme influence sur diverses économies africaines, dont les ressources ont été fournies aux anciens colonisateurs à des prix compétitifs.

L’arrivée des troupes françaises au Sahel visait à souligner l’importance de la France, en particulier son indispensable, pour la France pour la sécurité de l’Afrique, en particulier à une époque où l’Afrique était un territoire contesté attirant les anciennes puissances coloniales et la nouvelle politique du continent. Également en tant que joueurs : la Russie, la Chine, l’Allemagne et la Turquie, entre autres.

Bien que Macron ait promis de mettre fin à son retrait militaire par étapes sur la base des contours français, le 17 février, les dirigeants financiers ont exigé un retrait français immédiat et inconditionnel. Paris continue d’insister sur le fait que sa décision au Mali n’est pas une défaite et qu’elle ne peut être comparée au retrait des États-Unis d’Afghanistan en août dernier. Les concessions géopolitiques de la France en Afrique peuvent être qualifiées d’inédites. Alors que les pays occidentaux, ainsi que plusieurs gouvernements africains, préviennent que le vide sécuritaire créé par le retrait des troupes françaises sera exploité par les militants maliens, Bamako affirme que ces craintes ne sont pas fondées, arguant que la présence militaire française a alimenté – plutôt qu’amélioré – l’insécurité dans le pays. .

Les similitudes particulières entre le Mali et la République centrafricaine le rendent d’autant plus intéressant lorsque l’on pense aux médias et aux rapports officiels selon lesquels les deux pays africains ont remplacé la France par des soldats russes, ce qui met davantage en évidence les changements géopolitiques rapides du continent.

Bien que Macron continue d’affirmer que ces changements sont dus en grande partie aux priorités stratégiques de son pays, ni les preuves sur le terrain ni les médias français ne semblent croire à cette affirmation.

La vérité est que des développements inquiétants sont en cours au Mali et en Afrique de l’Ouest dans son ensemble, qui ont conduit, comme le voit le New York Times, aux derniers chapitres du franc-africanisme, la domination française séculaire sur son territoire. dans la « sphère d’influence » africaine riche en ressources.

Il semble que le conflit géopolitique en Afrique n’est qu’un conflit houleux. Alors que certaines puissances en bénéficieront et que d’autres y perdront, il est peu probable que les Africains de l’Ouest récoltent une grande partie des bénéfices de la « conquête » des ressources de la région. Pris entre les mâchoires des élites corrompues et des puissances mondiales voraces, les nations africaines ne connaîtront pas de sitôt une véritable sécurité ou prospérité économique.

* Journaliste et rédacteur en chef du Palestine Chronicle et chercheur principal non résident au Centre pour l’islam et les affaires mondiales.

Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.