La pression internationale oblige les oligarques russes à vendre des actifs

Avec l’escalade de la crise en Ukraine, les États-Unis et leurs alliés exercent une pression économique accrue sur le principal allié du président russe, Vladimir V. Poutine : les oligarques russes.

Mais alors que les gouvernements du monde entier tentent de saisir ou de geler les avoirs de ce milliardaire vaste et répandu, ils constatent qu’une répression globale n’est pas facile, note la newsletter DealBook.

Le ministère de la Justice a annoncé une nouvelle équipe, connue sous le nom de groupe de travail KleptoCapture, qui, selon le procureur général Merrick B. Garland, poursuivrait les actifs de « ceux dont les actes criminels ont permis au gouvernement russe de poursuivre cette guerre injuste ». D’autres pays prennent également de nouvelles mesures :

  • La France dit avoir confisqué Le yacht d’Igor Sechin.chef du géant pétrolier russe Rosneft, tandis que l’Allemagne aurait pris le relais yacht appartenant à l’homme d’affaires Alisher Usmanov. (Le suivi maritime montre désormais au moins cinq yachts appartenant aux oligarques autour des Maldivesqui n’a pas de traité d’extradition avec les États-Unis.)

  • Japon a déclaré jeudi qu’il gèlerait les avoirs liés aux oligarques, conformément aux mesures occidentales.

  • La Grande-Bretagne dit qu’elle étudie comment saisir les biens des oligarques et qu’elle le fera publier la liste personnes et groupes avec lesquels Poutine est lié, y compris ceux qui ne font pas l’objet de sanctions formelles, dans le but d’empêcher quiconque de faire des affaires avec eux.

Des groupes privés font également pression sur eux. Vladimir Potanine a démissionné de son poste d’administrateur du musée Guggenheim, tandis que certains dans le monde de l’art réclament Boycott de la maison de vente aux enchères Phillips, qui appartient au groupe russe Mercury. club de foot anglais Everton suspendre les accords de parrainage avec les entreprises associées à M. Ousmanov.

La tentative soudaine de vendre le Chelsea FC est un bon signe. Le propriétaire du club de football professionnel britannique Roman Abramovich a confirmé mercredi qu’il tentait de vendre le club, qu’il possède depuis 2003, pour un prix annoncé d’au moins 2,5 milliards de dollars, quelques jours après que les législateurs britanniques se sont demandé s’il devait faire face à des sanctions. . . (M. Abramovich, qui a fait fortune dans la privatisation post-communiste des secteurs pétrolier et industriel de la Russie, a nié tout lien avec M. Poutine. Le Musée de l’Holocauste en Israël faisait partie de ceux qui exhortaient les États-Unis à de ne pas lui imposer de sanctions.)

Combien va M. Abramovich et d’autres oligarques pour leurs actifs n’est pas clair. Un soumissionnaire potentiel pour Chelsea, le milliardaire suisse Hansjörg Wyss, a déclaré que 2,5 milliards de dollars, c’était « trop ». Un autre acheteur possible du club, l’investisseur américain Todd Boehly, offrirait 2,9 milliards de dollars en 2019 – bien plus que ce qu’il est susceptible d’offrir maintenant. (Raine Group, la banque chargée de vendre Chelsea, a été licenciée.)

M. Abramovich a déclaré que la vente de Chelsea « ne sera pas accélérée mais suivra un processus ». Lorsque les investisseurs évitent tout ce qui est russe, ils semblent réfléchir à deux fois même aux actifs les plus décotés.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.