La police française arrêtée après avoir tué un automobiliste | Gouvernement et politique

Par SYLVIE CORBET – Associated Press

PARIS (AP) – Un officier de police français a été arrêté jeudi après avoir abattu un conducteur qui avait désobéi à un ordre d’arrêt, le dernier d’une série d’événements qui ont soulevé des questions sur l’utilisation de la force meurtrière par la police.

Ils attirent également l’attention sur l’utilisation de véhicules comme armes. Le dernier incident s’est produit mercredi dans la ville méridionale de Nice alors que le procès de l’attaque au camion du 14 juillet 2016 qui a tué 86 personnes à Nice commence cette semaine à Paris.

Les autorités policières ont déclaré que le conducteur avait refusé d’obéir à un ordre d’arrêt après que les agents aient remarqué qu’il conduisait dangereusement, mais il a plutôt accéléré pour s’échapper.

La procureure adjointe de Nice, Maud Marty, a déclaré qu’à un moment donné, la voiture « a tourné devant une voiture de police et l’a heurtée deux fois ». Il a déclaré que l’officier de 23 ans avait tiré un coup de feu sur le conducteur.

Les gens lisent aussi…

Une vidéo sur les réseaux sociaux montrait la voiture, devant le véhicule de police endommagé, faisant marche arrière alors qu’un agent dans la rue pointait son arme sur la vitre du conducteur. Les agents ont tiré juste après que le conducteur ait semblé arrêter la voiture.

Les autorités ont déclaré que l’homme conduisait une voiture volée. Le passager a été arrêté pour suspicion de tentative de meurtre sur un policier.

Le maire de Nice Christian Estrosi a remercié les policiers sur Twitter.

« Face à un conducteur accélérant délibérément vers eux, ils ont dû utiliser leurs armes pour le neutraliser », écrit-il. « Le refus d’obtempérer est doublé. »

Le syndicat de la police a déclaré que les policiers avaient agi en état de légitime défense.

Benoit Barret, du syndicat de police Alliance, a déclaré à la télévision France 3 que le véhicule pourrait être utilisé comme une arme. « Les policiers, pour sauver leur vie, n’ont utilisé leurs armes que pour éviter le meurtre. »

Le chercheur français Christian Mouhanna, du Centre national français de la recherche scientifique (CNRS), expert en matière policière, a déclaré que le principal facteur expliquant pourquoi la police française utilisait plus que jamais ses armes était les changements juridiques introduits en 2017.

Les nouvelles règles qui permettent aux officiers de tirer sont « beaucoup plus vagues » que les règles d’autodéfense précédentes, plus strictes, a déclaré Mouhanna. Le règlement stipule que les agents peuvent faire usage de leurs armes « en cas de nécessité absolue et de manière strictement proportionnée » lorsqu’ils n’ont pas d’autre moyen d’arrêter un véhicule dont le conducteur désobéit à un ordre d’arrêt et constitue une menace.

Les modifications de la loi ont été principalement apportées après une série d’attaques par des extrémistes dans le pays en 2015-2016.

« Il a été vu par des policiers en train de les laisser tirer quand quelqu’un, dans un véhicule, a pris la fuite », a déclaré Mouhanna.

Dans un autre incident mercredi dans la ville de Rennes, dans l’ouest du pays, une femme de 22 ans a été tuée après que la police a ouvert le feu sur la voiture dans laquelle elle voyageait lors d’une opération anti-drogue. Le conducteur de la voiture a été blessé.

Plus tôt cette année, un policier français a été inculpé d’homicide involontaire après avoir abattu deux hommes dans une voiture alors qu’ils tentaient d’échapper aux contrôles de police sur le Pont-Neuf dans le centre de Paris, à la veille de la réélection du président français Emmanuel. Macron.

La chaîne d’information France Info a déclaré que selon son propre décompte en l’absence de statistiques officielles récentes, neuf personnes avaient été tuées par la police dans des circonstances similaires cette année. L’an dernier, quatre personnes ont été abattues dans de telles circonstances, selon les chiffres de la police.

Selon un rapport de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), l’utilisation d’armes par des agents pour tirer sur des « véhicules mobiles » a augmenté, passant d’environ 110 par an en 2012-2014 à plus de 150 ces dernières années.

Droits d’auteur 2022 L’Associated Press. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué sans autorisation.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.