La menace nucléaire de la Russie… un canular ou une escalade du danger ?

Paris: Le président russe Vladimir Poutine envisage-t-il d’utiliser des armes nucléaires dans la guerre contre l’Ukraine ? L’utilisation d’armes destructrices semble peu probable dans ce conflit, mais menacer de le faire fait partie de l’approche croissante de Moscou.

L’Agence France-Presse s’est entretenue dimanche avec des analystes et des experts occidentaux, dont certains considéraient ses remarques sur le déploiement de la dissuasion nucléaire russe comme un canular, tandis que d’autres y voyaient un jeu dangereux et une fuite en avant montrant la frustration de Poutine face à l’Ukraine. résistance militaire.

Le président russe a déclaré qu’il avait ordonné une « force de dissuasion de l’armée russe en alerte spéciale pour le combat », provoquant une condamnation occidentale généralisée.

Les experts notent que certaines armes nucléaires en Russie, ainsi qu’à l’OTAN, sont de facto toujours prêtes à l’emploi.

Dans une déclaration à l’AFP, Marc Finno, expert en prolifération au Centre de politique de sécurité de Genève, a déclaré qu' »elles peuvent exploser en dix minutes », expliquant que les armes sont « soit des ogives montées sur des missiles, soit des bombes ». au-dessus des lanceurs et des sous-marins.

Dans un récent article du Bulletin of Atomic Scientists, les experts Hans Christensen et Matt Korda ont confirmé qu’environ 1 600 ogives nucléaires sont déployées et prêtes à l’emploi.

« Comme les forces stratégiques russes sont toujours en alerte maximale, la vraie question est de savoir si elles ont déployé plus de sous-marins ou armé les bombardiers », a déclaré Hans Christensen sur Twitter dimanche.

D’un autre côté, les analystes considèrent que ce que le président russe a fait est un pas en avant compte tenu de l’évolution de la situation militaire en Ukraine.

« Il y a une frustration russe face à la résistance ukrainienne », a déclaré David Khalfa, chercheur à la Fondation Jean Jaurès à Paris. Il a jugé que la menace qui pesait sur la Russie était liée à son entrée dans « une logique de guérilla dans les villes, avec une forte probabilité de pertes parmi les militaires russes ».

Pendant ce temps, Elliot Cohen, expert au Centre d’études stratégiques et internationales de Washington, estime que la résistance à laquelle Moscou est confrontée est plus forte que prévu.

« Le fait qu’ils n’aient pas de supériorité aérienne en dit long », a-t-il déclaré à l’AFP, ajoutant que « nous commençons à voir des faiblesses sur le champ de bataille (…) avec leur incapacité à occuper et à contrôler une ville ».

Dans ce contexte, alors que l’aide et les dons occidentaux affluent vers l’Ukraine, les propos de Poutine semblent destinés à saper la solidarité de ses opposants.

Elliot Cohen insiste sur le fait que Poutine est « une personne dangereuse, essayant de nous tester psychologiquement ».

David Khalfa a souligné que « l’aspect psychologique est très important », affirmant que Poutine essayait de « détourner l’attention des Occidentaux de la poursuite des sanctions économiques » qu’ils ont imposées à Moscou ces derniers jours.

Les chercheurs estiment que « tout le monde est uni derrière l’Ukraine, et il y a une volonté de créer un fossé entre le gouvernement de coalition et l’opinion publique occidentale ».

Mais Khalfa a ajouté que « Poutine, de l’avis de tous ceux qui le connaissent, est devenu isolé et reclus dans une logique gouvernée par la paranoïa. C’est quelque peu inquiétant, car il est impossible de comprendre sa stratégie ».

Les véritables intentions du président russe sont devenues incompréhensibles car ses déclarations contredisent la théorie officielle de la dissuasion russe.

Hans Kristensen et Matt Korda ont affirmé que Vladimir Poutine en juin 2020 a accepté les « Principes de base », avec quatre cas justifiant l’utilisation d’armes nucléaires : le lancement de missiles balistiques contre la Russie ou ses alliés, l’utilisation d’armes nucléaires par un pays. l’ennemi, les attaques contre les sites d’armes nucléaires russes ou l’exposition à une agression qui menace « l’existence de l’État ».

Rien de tel ne se produit actuellement.

Quant à sa position au niveau international, la Russie a signé en janvier avec les quatre membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU (États-Unis, Chine, France et Royaume-Uni) un document affirmant que « les guerres nucléaires ne se gagnent pas » et soulignant que ces armes «  » existent toujours, elles doivent être utilisées à des fins défensives, de dissuasion et de dissuasion guerrière.

Mark Finno a déploré que les propos de Poutine reflètent « l’obscurité, sinon l’hypocrisie, de ce type de données », ajoutant que « si nous appliquons les données, nous irons rapidement vers le désarmement, alors que nous voyons que peu de progrès ont été réalisés dans ce domaine ». regard. » direction. »

L’expert a rappelé que même si l’utilisation d’armes nucléaires en raison de la guerre en Ukraine était impossible, « il y a toujours un risque de dérapage, de mauvaise interprétation ou même de manipulation », et « le risque est très élevé maintenant ».

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.