La majorité se tait… ou quand la politique s’embrouille

Une personne sur quatre en France n’a pas voté au premier tour de l’élection présidentielle de dimanche dernier, mais a plutôt formé une majorité numérique, la soi-disant « majorité silencieuse ». Cette majorité a confondu, dans un premier temps, les électeurs, et avant eux, les partis en lice, puis a poussé les médias, les analystes et leurs invités à les rechercher et à les étudier pour tenter de découvrir les raisons qui l’ont écarté du scrutin. Mais ces efforts ont été vains, et cela était dû au fait qu’il avait affaire à la majorité qu’il est difficile de décrire comme une formation corporelle particulière, et lorsqu’il s’adressait à lui en tant que tel, il tombait sur des personnes avec lesquelles il n’avait rien en commun. . raisons sur lesquelles ils s’appuient pour ne pas voter.

Nous sommes donc ici devant une majorité qui ne peut s’expliquer en se tenant à son opinion, car ces opinions sont différentes et contradictoires, et dans la plupart des cas, ce sont des opinions qui n’ont pas été préparées à l’avance, ou plutôt n’existent pas. , mais formulées lorsqu’on les interroge, à savoir lorsqu’on demande la raison de l’absence de droit de vote. La majorité de ce côté-ci est la majorité du silence, qui, même lorsqu’une question la brise ici et là, ne semble pas se disperser, mais produit plutôt des opinions fuyantes, qui reviennent et repartent rapidement.

La majorité silencieuse n’a pas parlé, non parce qu’elle n’avait rien à dire, mais parce que, par son silence, c’est-à-dire par le silence qui régnait de sa part, il apparaissait que l’élection et le tumulte autour d’elle n’avaient aucun sens, ou sans aucun effet, car leur apparence était la même que son absence. Dès lors, le silence de la majorité est inquiétant, voire effrayant, car il reflète toutes les campagnes, les dialogues, les programmes, les divisions, les rivalités, les sondages, les espoirs, les victoires et les déceptions, comme s’ils n’avaient aucun sens. Le silence, en ce sens, est une réponse au sens de toute cette action politique, à tout sens politique, pour le montrer sans lui, c’est-à-dire pour montrer qu’il n’a pas de sens.

Le sens politique dépend de ce silence qui l’attire à lui, le dissout en lui et ne lui répond pas, mais le laisse confus, confus sur qui il est, ce qu’il veut et ce qu’il demande. Et cette confusion, aussi longue soit-elle, ne s’en va pas, elle reste là, et à chaque fois, elle reparaît, comme si c’était le destin politique, la confusion du sens, la catastrophe, que vous vivez. n’arrêtez pas de vous battre sans réussir à l’éviter.

Cet entêtement se contente parfois de soulever une question précise pour la majorité silencieuse : votre absence de voix ne laisse-t-elle pas les autres décider du sort de ceux qui vous gouvernent et vous dominent ? Mais cette majorité n’a pas répondu, mais s’est tue et, lorsqu’elle a abordé le sujet, l’a renversée. Voilà le problème : d’où vient cette imposition du suffrage ? Pourquoi choisir quelqu’un qui n’a pas trouvé de représentant parmi les candidats ? Pourquoi l’envie de choisir cela? Pourquoi imposer la foi aux élections ? N’est-ce pas à propos de la démocratie que je n’ai pas d’opinion ? Le silence de la majorité tourne la matière posée vers ces questions, et chemin faisant, ceux qui sont confus devant lui montrent qu’ils vivent sous la pression d’une voix, sous ses ordres, qui ne sait comment s’enfuir. du. C’est comme si le peuple à qui l’on ordonne de voter, lorsqu’il se heurte à la majorité silencieuse, était confus, ne sachant pas à quel point il dépend de son silence alors que tout l’oblige à choisir, dans le sens de dire, et dans le sens de voter. . Ainsi, ils ne peuvent pas le supporter, mais essaient de le sortir de son silence en cherchant les raisons pour lesquelles il n’a pas choisi, et en soulevant des problèmes avec lui.

Le silence de la majorité a finalement été levé en réaction à ceux à qui l’on a ordonné de voter faute d’avoir pu le faire. Par conséquent, avec leur révocation, ils l’ont interrogé, non sur les raisons de son absence au vote, mais sur la manière dont ils ont suivi son exemple : Comment pouvons-nous être vous, majorité silencieuse ? Mais cette majorité n’a pas répondu, mais est restée silencieuse, laissant le sens politique dans la confusion.


Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.