La justice française se prononcera sur l’accident mortel de Yamania Airways en 2009 – News 24

PARIS: Un tribunal français rendra mercredi son verdict sur les accusations d’homicide involontaire contre Yamania Airways pour un accident de 2009 qui a tué 152 personnes – mais a miraculeusement laissé en vie une fille de 12 ans.

La compagnie aérienne nationale yéménite encourt une amende maximale de 225 000 euros (225 000 dollars) si elle est reconnue coupable d’une formation de pilote inadéquate entraînant des erreurs fatales de l’équipage de conduite, ont allégué les procureurs.

Le 29 juin 2009, le vol Yamania 626 était en route vers Moroni, la capitale des Comores située entre le Mozambique et Madagascar, après avoir décollé de l’aéroport de la capitale yéménite, Sanaa.

Le territoire français d’outre-mer de Mayotte fait également partie de l’archipel des Comores dans l’océan Indien au large de la côte est de l’Afrique.

Parmi les 142 passagers et 11 membres d’équipage se trouvaient 66 ressortissants français.

Juste avant 23h00, l’Airbus A310 s’est écrasé dans l’océan Indien avec son moteur tournant à plein régime, tuant tout le monde à bord sauf Bahia Bakari, qui n’avait que 12 ans à l’époque.

« J’ai commencé à ressentir les turbulences, mais personne n’a beaucoup réagi, alors je me suis dit que ça devait être normal », a déclaré Bakari dans une salle d’audience parisienne en mai lors du procès, auquel assistaient des dizaines d’amis et de proches des victimes.

Soudain, « j’ai ressenti quelque chose comme un choc électrique à travers mon corps », se souvient-il, avant de s’évanouir et de se retrouver ensuite dans l’eau parmi les décombres.

Il avait quitté Paris pour assister à un mariage aux Comores avec sa mère, décédée dans le crash.

Une série d’erreurs ?

Les enquêteurs et les experts ont constaté qu’il n’y avait rien de mal avec l’avion, blâmant plutôt « des actions inappropriées de l’équipage lors de l’approche de l’aéroport de Moroni, qui leur ont fait perdre le contrôle ».

Selon une analyse de l’enregistreur de données de vol « boîte noire » retrouvé au fond de la mer quelques semaines plus tard, une série de mauvaises décisions ont été prises par les pilotes pendant près de cinq minutes avant le crash.

La capacité internationale de Japan Airlines dépasse la demande, selon un responsable

Personne de Yemenia Airways ne s’est présenté au procès, où les procureurs ont accusé la compagnie d’avoir mené un programme de formation de pilotes « plein d’échappatoires » et de continuer à voler vers Moroni la nuit malgré le dysfonctionnement de certains phares d’atterrissage.

Le Yémen est accusé d’homicide involontaire et de blessures involontaires. Les avocats de la société ont nié tout acte répréhensible, affirmant que la compagnie aérienne était devenue un « bouc émissaire ».

Quelque 560 personnes ont rejoint le procès en tant que plaignants, dont beaucoup de la région de Marseille dans le sud de la France, qui abrite de nombreuses victimes.

Plusieurs personnes à bord se rendent aux Comores pour célébrer les somptueux mariages de l’île, qui unissent souvent des villages entiers.

« C’est toute la communauté qui est dans cet avion », a déclaré l’avocat de l’un des plaignants, Claude Lienhard, lors du procès.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.