La France utilise des chercheurs en technologie pour surveiller les médias sociaux – POLITICO

PARIS — Le régulateur numérique français met en place un système pour donner aux chercheurs en technologie un large accès à Facebook, YouTube, Twitter, TikTok et d’autres plateformes, dans le but de lutter contre les abus, la discrimination et la désinformation en ligne.

Arcom, le régulateur national des médias numériques et audiovisuels, a lancé mercredi une consultation publique a demandé à des chercheurs, des ONG et des géants de la technologie comment ils aimeraient partager des données pour lutter contre la criminalité en ligne.

Le gouvernement prévoit d’établir un réseau de chercheurs dans l’UE et dans d’autres pays qui seront chargés d’examiner les décisions de la plate-forme et de signaler les violations potentielles – externalisant effectivement une partie des services de police nécessaires pour appliquer le nouveau règlement de l’UE sur la modération du contenu.

« Si le pays essaie d’être aussi fort que Google ou Facebook, c’est la voie russe, c’est la voie chinoise. Vous ne pouvez pas le faire fonctionner de manière démocratique », a déclaré Arcom Benoît Loutrel, membre du conseil d’administration. « Mais nous pouvons être aussi forts que… [social media giants] si nous agissons sur la base du réseau européen. »

Cette initiative précède les exigences légales auxquelles les plateformes ci-dessous seront confrontées Loi sur les services numériques (DSA) avant d’entrer en vigueur plus tard cette année. Accord définitif DSA, obtenu POLITICO auparavant, il nécessitait toujours une approbation formelle, mais stipulait que les régulateurs devaient tenir compte des « droits et intérêts » des plateformes lorsqu’ils les obligeaient à accorder l’accès aux chercheurs. Cela signifie que les plates-formes peuvent soulever des problèmes de protection des données, de secret commercial et de sécurité comme raisons d’éviter un examen externe.

Le cabinet de conseil français pourrait interpeller la plateforme sur ses arguments pour maintenir fermée la boîte noire décisionnelle.

Loutrel cite Twitter comme « la seule plateforme qui gère volontairement des accès multiples » via une interface de programmation d’application (API), qui permet à des groupes externes de connecter des systèmes techniques aux flux de données de Twitter.

Le chercheur sur la politique des données, Alex Engler, a déclaré que les dispositions de la nouvelle législation européenne constitueraient un « changement relativement mineur de Twitter », mais « nécessiteraient une très grande mise à niveau » de Facebook.

Le plan français est conçu comme un programme pionnier qui établira un équilibre des pouvoirs entre les géants de la technologie et les chercheurs qui veulent plonger et les rechercher, a déclaré Loutrel. Les consultations de mercredi aideront à clarifier les systèmes « pour initier un accès effectif aux données dès que la DSA sera effective fin 2022 ou début 2023 », a-t-il ajouté.

Cet article fait partie de PRO POLITIQUE

Une solution unique pour les professionnels des politiques qui combine la profondeur du journalisme POLITICO avec la puissance de la technologie


Exclusif, révolutionnaire et perspicace


Plate-forme de renseignements sur les politiques personnalisée


Réseau d’affaires publiques de haut niveau

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.