La France travaillera avec l’Arabie saoudite pour résoudre la crise avec le Liban

DUBAÏ, Émirats arabes unis (AP) – Le président français et le prince héritier d’Arabie saoudite ont tenu un appel téléphonique conjoint avec le Premier ministre libanais lors de la visite d’Emmanuel Macron dans le royaume samedi, dans un geste significatif au milieu d’une crise sans précédent entre le Liban et l’Arabie saoudite . .

Lors d’un appel téléphonique avec le Premier ministre Najib Mikati, Macron a déclaré que la France et l’Arabie saoudite avaient exprimé leur engagement envers le Liban, même si l’Arabie saoudite était mal à l’aise avec l’influence de l’Iran sur la petite nation méditerranéenne.

Cependant, Macron n’a pas précisé si les mesures punitives visant le Liban par l’Arabie saoudite et d’autres États du Golfe étaient sera révoqué. Le royaume a retiré son ambassadeur du Liban le mois dernier, plusieurs États du Golfe prenant des mesures similaires pour protester contre leur frustration face à la domination du Hezbollah soutenu par l’Iran sur la politique libanaise. Riyad a également interdit les importations en provenance du Liban.

Le ministre libanais de l’Information, dont les propos ont déclenché la crise, a démissionné vendredi, a ouvert la voie au dirigeant français pour entamer un dialogue avec l’Arabie saoudite. Le ministre George Kordahi a critiqué la guerre menée par l’Arabie saoudite au Yémen contre les rebelles houthis soutenus par l’Iran. Kordahi, soutenu par le Hezbollah, a refusé de démissionner pendant des semaines, prolongeant une crise qui a touché des centaines d’entreprises libanaises..

Le Hezbollah a été blâmé pour la récente paralysie qui a frappé le gouvernement libanais à la suite de la désapprobation du groupe lors d’une enquête sur une explosion meurtrière dans le port principal de Beyrouth l’année dernière. Le Hezbollah a demandé que le juge en chef chargé de l’enquête soit démis de ses fonctions.

Macron a déclaré lors de l’appel que lui et le prince héritier Mohammed ben Salmane avaient délivré un « message clair que l’Arabie saoudite et la France veulent être pleinement engagées ».

« Nous voulons nous engager à soutenir le peuple libanais et donc faire tout notre possible pour que le commerce et la réouverture de l’économie puissent avoir lieu », a déclaré Macron aux journalistes avant de quitter le royaume.

« Nous voulons aussi que le gouvernement (libanais) puisse travailler normalement et donc se réunir au plus vite, et mener des réformes utiles », a-t-il ajouté.

Il s’agissait du premier appel téléphonique entre Mikati, qui a pris ses fonctions en septembre, et le prince héritier d’Arabie saoudite, allié traditionnel du Liban. Mikati a déclaré que l’appel aux dirigeants français et saoudiens était « une étape importante » pour rétablir les liens historiques avec Riyad.

Le président français a indiqué que la France et l’Arabie saoudite travailleraient ensemble pour offrir une aide humanitaire essentielle au Liban, qui fait face à une série sans précédent de crises économiques causées par des défaillances de la gouvernance et une corruption généralisée.

Il marque une autre intervention de Macron pour tenter d’aider le Liban, un pays qui était autrefois un protectorat français. Il s’agissait également du premier appel téléphonique entre le prince héritier saoudien et le Premier ministre libanais depuis l’entrée en fonction de Najib Mikati en septembre.

Macron, 43 ans, a toujours maintenu des lignes de communication ouvertes avec l’héritier du trône saoudien de 36 ans, y compris en période de controverse internationale. En particulier, l’intervention du président français est considérée comme clé en 2017 pour avoir aidé le Premier ministre libanais de l’époque, Saad Hariri, à quitter l’Arabie saoudite après avoir été apparemment contraint de démissionner de son poste lors d’une visite dans la capitale saoudienne, Riyad.

Il a reconnu ces liens avec le royaume, affirmant qu’une grande partie de l’avenir de la région du Golfe se joue en Arabie saoudite avec sa population très jeune dans un pays de plus de 30 millions d’habitants. Il a noté le poids démographique, économique, historique et religieux de l’Arabie saoudite, affirmant que pour cette raison « le dialogue avec l’Arabie saoudite est indispensable ».

La visite de Macron en Arabie saoudite est la dernière étape d’une tournée de deux jours dans trois pays du Golfe. Les préoccupations concernant le programme nucléaire iranien, les différentes crises au Liban et la guerre en cours au Yémen ont été soulevées lors de la réunion.

Plus tôt dans la journée, Macron était au Qatar, où il a salué le rôle du petit État du Golfe dans l’aide aux efforts d’évacuation des Européens hors d’Afghanistan après la prise de contrôle du pays par les talibans au cours de l’été.

Il a déclaré que la France et d’autres pays de l’Union européenne pensaient « avoir une place commune avec certains pays européens où notre ambassadeur ou chargé d’affaires puisse être présent » en Afghanistan. Il a souligné que cela ne signifierait aucune reconnaissance politique ou dialogue politique avec les talibans.

En Arabie saoudite, Macron a rencontré le prince héritier dans la ville de Djeddah, sur la mer Rouge, où le royaume a accueilli sa première course de Formule 1. et des concerts pop de Justin Bieber, malgré les appels des groupes de défense des droits au boycott. C’est la dernière poussée du jeune prince héritier pour présenter les réformes sociales qu’il a apportées et louées. Simultanément, cependant, le prince a également mené une campagne de répression contre les militants et les critiques des droits de l’homme, qui a abouti au meurtre de l’écrivain saoudien Jamal Khashoggi fin 2018 en Turquie, une opération qui a terni la réputation du prince à l’étranger.

Tout au long de sa visite dans le Golfe, les réunions de Macron se sont également concentrées sur la relance des pourparlers sur l’accord nucléaire de l’Iran avec les puissances mondiales., dont la France fait partie. La France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne ont signalé que l’accord nucléaire de 2015 – avec des modifications mineures – est la voie à suivre avec l’Iran. Les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite se sont opposés à un accord négocié avec l’Iran, bien que tous deux aient eu des entretiens avec Téhéran pour apaiser les tensions.

Lors de la visite de Macron aux EAU vendredi, la France a annoncé que les EAU achetaient 80 chasseurs Rafale améliorés dans un accord d’une valeur de 16 milliards d’euros (18 milliards de dollars) qui représente le plus gros contrat d’exportation d’armes jamais réalisé par la France. L’accord a été critiqué par des groupes de défense des droits de l’homme préoccupés par l’implication des Émirats arabes unis dans la guerre au Yémen.

___

Reportage d’El Deeb depuis Beyrouth. Les rédactrices d’Associated Press Masha Macpherson et Sylvie Corbet ont contribué depuis Paris.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.