La France réprimande une entreprise américaine d’IA pour violation de la vie privée

  • Clearview devrait cesser de collecter des données françaises -chien de garde
  • L’entreprise dispose d’un délai de deux mois pour répondre aux demandes du superviseur
  • Clearview dit qu’il n’est pas soumis aux règles de confidentialité de l’UE
  • Actions suite à des plaintes par des groupes de défense

PARIS, 16 décembre (Reuters) – L’organisme français de surveillance de la confidentialité des données, la CNIL, a ordonné à la société américaine Clearview AI, une société de reconnaissance faciale qui a collecté 10 milliards d’images dans le monde, de cesser de collecter et d’utiliser les données de personnes basées en France. .

Dans une demande officielle publiée jeudi, la CNIL a souligné que la collecte d’images faciales Clearview accessibles au public sur les réseaux sociaux et Internet n’a aucune base légale et viole les règles de l’Union européenne sur la confidentialité des données, connues sous le nom de RGPD.

L’entreprise a nié l’infraction.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

« Clearview AI n’a pas d’établissement en France ou dans l’UE, n’a pas de clients en France ou dans l’UE et n’exerce aucune activité significativement conforme au RGPD », a déclaré le PDG de la société, Hoan Ton-It.

En vertu du droit de l’UE, le cadre réglementaire GDPR peut s’appliquer dans certains cas où les données des utilisateurs de services Internet basés dans l’UE sont suivies et traitées, même si le fournisseur n’a aucune présence physique dans le bloc.

‘DONNÉES SENSIBLES

Les régulateurs français ont déclaré que la société de logiciels, qui est utilisée comme moteur de recherche faciale pour aider les forces de l’ordre et les agences de renseignement dans leurs enquêtes, n’a pas demandé le consentement préalable de ceux dont les images ont été collectées en ligne.

« Ces données biométriques sont extrêmement sensibles, notamment en ce qu’elles concernent notre identité physique (telle quelle) et nous permettent d’être identifiés de manière unique », ont déclaré les autorités dans un communiqué.

Elle a déclaré que la société basée à New York n’avait pas fourni aux personnes concernées un accès adéquat à leurs données, notamment en limitant l’accès à deux fois par an, sans justification, et en limitant ce droit aux données collectées pendant les 12 mois précédant toute demande. .

Dans une déclaration envoyée par courrier électronique, Ton-That de Clearview a déclaré qu’il avait toujours aimé la France et qu’il avait un « profond respect » pour son peuple.

Il s’est dit « navré » par la façon dont certains en France ont mal interprété les activités de son entreprise, ajoutant que son seul objectif était « d’aider la société et ses habitants à vivre une vie meilleure et plus sûre ».

Le droit de l’UE stipule que les citoyens demandent la suppression de leurs données personnelles des bases de données privées. La CNIL a déclaré que Clearview disposait de deux mois pour se conformer à ses exigences sous peine de sanctions.

La décision fait suite à plusieurs plaintes, dont une déposée par le groupe de défense Privacy International. Il fait suite à un ordre similaire de son homologue australien, qui a demandé à Clearview de cesser de collecter des images à partir de sites Web et de détruire les données collectées dans le pays. Lire la suite

Le Commissariat à l’information du Royaume-Uni, qui travaille avec l’Australie sur l’enquête Clearview, a également déclaré le mois dernier qu’il avait l’intention d’infliger à Clearview une amende de 17 millions de livres (22,59 millions de dollars) pour violation présumée des lois sur la protection des données.

(1 $ = 0,7526 livre)

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Reportage de Mathieu Rosemain Montage par Gareth Jones

Notre norme : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.