La France pousse ses entreprises à rester en Russie et l’Allemagne se prépare aux cyberattaques

La France pousse ses entreprises à rester en Russie et l’Allemagne se prépare aux cyberattaques


Dimanche – 3 Shaban 1443 H – 06 mars 2022 AD Edition No. [
15804]


Londres – Paris : « Moyen-Orient »

Lorsque deux géants de la commande aérienne ont rompu leurs liens avec le russe Aeroflot suite à l’invasion de l’Ukraine par Moscou, le président français Emmanuel Macron a poussé certaines des plus grandes entreprises françaises à rester en Russie.
Macron a ajouté que les entreprises ne devraient pas quitter la Russie rapidement, et en tout cas, pas sans consulter le gouvernement. Le journal « Le Figaro » a cité Macron disant que le but des réunions de Macron avec plusieurs entreprises françaises opérant en Russie était d’écouter les problèmes auxquels elles sont confrontées en raison de l’invasion russe de l’Ukraine et des sanctions économiques qui en résultent et de préparer des plans pour aider les entreprises à faire face avec les conséquences.
Pendant ce temps, deux géants du transport aérien ont rompu leurs liens avec le russe Aeroflot. Sabre, basé aux États-Unis, a déclaré qu’il avait annulé son accord de distribution avec Aeroflot et qu’il supprimerait bientôt le contenu des vols d’Aeroflot de son GDS utilisé à l’échelle mondiale.
« Nous nous opposons à ce conflit militaire », a déclaré le PDG Sean Minke dans un communiqué. Nous respectons et continuerons de respecter les sanctions imposées à la Russie. » Minke a ajouté que la société n’excluait pas de prendre d’autres mesures en réponse à la situation actuelle.
Sabre, qui compte environ 1 500 employés en Pologne, a fait don d’un million de dollars à la Croix-Rouge polonaise pour aider à apporter un soutien aux personnes cherchant refuge en Pologne.
Pendant ce temps, le groupe informatique espagnol Amadeus a annoncé qu’il mettrait fin à son nouveau projet commercial prévu en Russie.
« Nous ne signerons aucun nouveau contrat en Russie et en parallèle, nous continuerons d’évaluer notre portefeuille d’activités existant en Russie », a indiqué la société dans un communiqué.
Entre-temps, l’Association allemande des technologies de l’information (Bitcom) a appelé les entreprises allemandes à renforcer considérablement leurs mesures pour contrer les cyberattaques potentielles liées à la guerre en Ukraine.
Dans un communiqué publié vendredi, le syndicat a averti que « la guerre en Ukraine se déroule également dans l’espace numérique ». « Alors que la guerre se poursuit, cela pourrait avoir des conséquences immédiates pour l’Allemagne et son économie », a déclaré Sebastian Art, expert en sécurité chez Bitcom.
Dans le même temps, Arte a souligné qu’il n’y avait aucune raison de paniquer : « Mais avec la guerre offensive de la Russie, une attention et une vigilance maximales de la part de toutes les entreprises, organisations et agences gouvernementales sont nécessaires », a-t-il déclaré. En plus d’attribuer des responsabilités claires aux employés engagés dans le travail de cybersécurité, l’association souligne également l’importance de maintenir les systèmes d’exploitation et les logiciels à jour et d’installer rapidement les mises à jour de sécurité. « Les mots de passe sécurisés – complexes et différents pour chaque système – contribuent de manière significative à augmenter le niveau de protection », indique le communiqué.
Le syndicat souligne la nécessité de protéger toutes les connexions qui permettent l’accès à partir de réseaux externes via une authentification multifacteur lorsque cela est possible.
L’expert a recommandé de limiter les privilèges des utilisateurs et les droits de gestion et de réduire la complexité des services couramment utilisés, et a déclaré : « Il est recommandé de renforcer le système pour protéger l’infrastructure et les données sensibles de l’entreprise, même si cela limitera la facilité d’utilisation. et la productivité.
En outre, Bitcom exhorte les entreprises à sécuriser toutes leurs données en créant des copies de sauvegarde supplémentaires stockées sur des supports de stockage de données externes hors ligne.


La France

Russie

Sanctions contre la Russie

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.