La France pourra-t-elle accueillir les JO 2024 ?

Il y a cinq ans, Paris a été désignée ville hôte des Jeux olympiques de 2024. Comment le pays a célébré. Rien de plus que le nouveau visage du président Emmanuel Macron. « J’applaudis ce succès et l’incroyable opportunité que représentent les Jeux olympiques pour aider à transformer notre pays », a-t-il déclaré.

Macron parle également dans un contexte plus large. Les Jeux olympiques étaient l’un des volets de ce qu’il envisageait comme une transformation à grande échelle de la république en une nouvelle nation moderne, harmonieuse et prospère.

Comment ça s’est passé, monsieur le président ? La France n’a jamais été aussi divisée. L’Assemblée nationale bruyante – où la gauche et la droite crient et se moquent l’une de l’autre – est représentative de la tribu amère enracinée dans tout le pays.

Alors que l’engouement pour les JO s’est estompé depuis 2017, le budget est parti dans l’autre sens. En 2017, les organisateurs parisiens avaient fixé un budget de 6,6 milliards d’euros (5,5 milliards de livres sterling) pour les Jeux olympiques. Ils sont catégoriques sur le fait qu’ils n’emprunteront pas la même voie dommageable que les trois hôtes précédents, Rio, Londres et Pékin, qui ont tous vu leurs budgets initiaux éclipsés par la facture finale. Dans le cas de Londres, ce qui a commencé avec un budget de 2,4 milliards de livres sterling a fini par coûter 8,7 milliards de livres sterling.

Plus tôt cette semaine, Jean-Pascal Gayant, économiste du sport, a averti que le coût final pour accueillir les Jeux olympiques de Paris serait probablement d’environ 9 milliards d’euros (7,5 milliards de livres sterling). Cela pourrait être davantage à la lumière de l’inflation galopante et de la hausse des coûts des matériaux de construction. Pour un pays dont la dette nationale est de 112% du PIB, c’est un montant sérieux.

Cependant, du côté positif, les Jeux de Paris ont dévoilé cette semaine le slogan officiel : « Games Wide Open », inséré dans une vidéo promettant que les Jeux olympiques de 2024 seront « plus inclusifs, plus fraternels, plus beaux ». Basé sur Le Mondecette inclusivité aura « un accent particulier sur les droits LGBTQ, l’égalité des sexes et les droits des personnes handicapées ».

La France a évité les pires excès de la politique identitaire, mais Macron aime apparaître sur la scène mondiale. L’opportunité de se présenter comme un champion des idéaux progressistes est trop excitante pour la laisser passer. Cette semaine, les organisateurs ont lancé une « invitation au monde entier pour venir vivre de nouvelles émotions ».

La dernière fois qu’un événement sportif mondial a reçu une telle invitation, cela ne s’est pas déroulé comme prévu. La principale émotion ressentie par les fans de Liverpool et du Real Madrid lors de leur participation à la finale de la Ligue des champions en mai à Paris était la peur. d’abord gazé par la police puis volé par des gangs locaux de voyous. Cela, ont déclaré les législateurs de l’opposition, une « insulte nationale ». Pour certains, c’est la preuve irréfutable que la France est incapable d’accueillir les JO.

Un intellectuel a même écrit un livre expliquant pourquoi la France ne devrait pas accueillir les Jeux Olympiques ; un autre, le philosophe Alain Finkielkraut, a récemment déclaré que Paris ne souhaitait pas entreprendre des travaux de mise en place d’opérations de sécurité de l’ampleur requise pour assurer la sécurité des spectateurs et des athlètes. « La Ville Lumière devrait donc battre en retraite », a-t-il conclu.

Cela n’arrivera pas, bien sûr, et les autorités sont convaincues que les Jeux olympiques se dérouleront sans heurts. Mais juste au cas où, entre 7 000 et 11 000 policiers seront de garde chaque jour ; 20 000 agents de sécurité privés seront également employés pendant les JO, qui se déroulent du 26 juillet au 11 août, et devraient attirer plus de 13 millions de visiteurs en France.

Est-ce assez? Dans une interview à la radio cette semaine, Stanislas Gaudon, secrétaire du syndicat de la police, a admis que ses membres étaient «inquiets» face à l’ampleur de la tâche, non seulement pour les Jeux olympiques – sites dispersés à travers le pays – mais aussi pour les Jeux paralympiques à suivre. On peut comprendre sa peur. La loi et l’ordre continuent d’être violés en France. Rien que ce mois-ci, trois jeunes ont été poignardés à mort à Angers et trois policiers ont été attaqués par des foules d’acheteurs alors qu’ils tentaient de procéder à des arrestations à Lyon.

La responsabilité globale de la sécurité incombera au nouveau préfet de Paris, Laurent Nunez, successeur de Didier Lallement, qui a quitté son poste après le fiasco de la Ligue des champions. « Deux choses font des Jeux Olympiques réussis », a-t-il déclaré récemment : « Gagner des médailles et bien organiser cet événement ». Laissons à quelqu’un d’autre le soin de remporter la médaille, nous nous occuperons bien de l’organisation de cet événement.

Macron a tenu une réunion lundi au Lysée Palace pour discuter des Jeux olympiques et l’un de ses problèmes urgents était sa « vision ambitieuse » pour la cérémonie d’ouverture qui a rompu avec la tradition. Au lieu de se dérouler dans le stade olympique principal, la cérémonie verra des athlètes défiler en flotte sur la Seine.

On ne peut qu’espérer que les navires ne s’échoueront pas comme la France sous Macron.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.