La France ordonne aux géants de la technologie de payer des taxes numériques

PARIS, 25 novembre (Reuters) – Le ministère français des Finances a envoyé des mises en demeure aux grandes entreprises technologiques chargées de taxer ses services numériques pour qu’elles s’acquittent de la taxe comme prévu en décembre, a annoncé mercredi le ministère.

La France a suspendu la collecte des impôts, qui toucherait des entreprises telles que Facebook et Amazon, plus tôt cette année alors que des négociations étaient en cours à l’Organisation de coopération et de développement économiques sur une refonte des règles fiscales internationales.

Le ministère des Finances a longtemps déclaré qu’il prélèverait des impôts en décembre comme prévu si les pourparlers s’avéraient infructueux d’ici là, ce qui a été le cas lorsque les quelque 140 pays concernés ont convenu le mois dernier de poursuivre les négociations jusqu’à la mi-2021.

« Les entreprises concernées par la taxe ont reçu des lettres de notification pour payer les acomptes de 2020 », a indiqué un responsable du ministère des Finances.

La France a imposé l’an dernier une taxe de 3% sur les revenus des services numériques acquis en France par les entreprises dont le chiffre d’affaires dépasse 25 millions d’euros ici et 750 millions d’euros dans le monde.

Le ministère espère percevoir cette année environ 500 millions d’euros d’impôts, mais le projet de loi de finances 2021 avance le chiffre à 400 millions.

La position de Facebook est « d’assurer le respect de toutes les lois fiscales dans les juridictions dans lesquelles nous opérons ». D’autres entreprises technologiques ont fait des déclarations similaires.

Paris a déclaré qu’il supprimerait la taxe dès qu’un accord de l’OCDE serait conclu pour mettre à jour les règles de fiscalité transfrontalière à l’ère du commerce en ligne, où les grandes entreprises Internet peuvent réaliser des bénéfices dans des pays à faible fiscalité, où que se trouvent leurs clients. .

Les pourparlers ont été bloqués lorsque l’administration Trump est devenue réticente à signer des accords multilatéraux avant l’élection présidentielle américaine, la pandémie mondiale ayant ajouté aux difficultés pratiques des négociations, ont déclaré des responsables.

« Nous collecterons cette taxe numérique à la mi-décembre comme nous l’expliquons toujours au gouvernement américain », a déclaré lundi le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, lors d’un événement Bloomberg.

« Notre objectif reste d’avoir un accord avec l’OCDE dans les premiers mois de 2021 car nous restons très confiants que … la meilleure façon de résoudre cette question clé de la fiscalité numérique est d’obtenir un accord multilatéral dans le cadre de l’OCDE », a-t-il ajouté. (Reportage par Leigh Thomas; Montage par Giles Elgood)

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.