La France met en garde contre les négociations nucléaires : Téhéran « joue avec le feu »

date de publication:
27 février 2022 22:47 Heure de Greenwich

Date de mise à jour: 28 février 2022 4:55 Heure de Greenwich

Un responsable français impliqué dans les négociations nucléaires avec l’Iran a lancé dimanche soir un avertissement sévère à Téhéran, l’appelant à ne pas « jouer avec le feu », comme il l’a dit.

Commentant le retour du négociateur en chef iranien, Ali Bagheri Kani, à Vienne pour des pourparlers dans le cadre fixé par le Conseil suprême de sécurité nationale iranien, Philippe Errera, directeur général des affaires politiques au ministère français des Affaires étrangères, a déclaré : « Téhéran joue avec le feu … Vous devez réaliser jusqu’où vous pouvez aller. » avec cette manière.

Plus tôt, l’agence de presse iranienne, gérée par l’État, avait rapporté qu’Ali Bagheri Kani, le principal représentant de l’Iran dans les pourparlers pour relancer l’accord nucléaire, était revenu à Vienne dimanche avec un « agenda clair ».

Selon l’agence, le Conseil suprême de sécurité nationale iranien – qui est en charge des pourparlers de Vienne – a souligné lors de sa réunion de samedi la nécessité de répondre aux exigences de la République islamique dans ces pourparlers « dans la limite de la ligne rouge définie ».

Le huitième cycle de pourparlers de Vienne sur la levée des sanctions contre l’Iran et le retour des États-Unis à l’accord nucléaire de 2015 s’est poursuivi, alors que les représentants des pays présents ont annoncé la semaine dernière qu’ils étaient parvenus à un texte préliminaire et approchaient des étapes finales des pourparlers.

Dans un contexte connexe, l’agence de presse Nour, qui est affiliée au Conseil suprême de sécurité nationale iranien, a déclaré que les questions restantes à Vienne placent les pourparlers à une « limite ou une impasse » et que « l’acceptation de tout accord est soumise à une décision sur cette question. »

Selon l’agence iranienne, « les questions restantes dans les pourparlers de Vienne posent des défis majeurs pour parvenir à un accord ».

Pendant ce temps, le membre du Comité de la sécurité nationale et de la politique étrangère du Parlement iranien, Ibrahim Rezaei, a déclaré dans un tweet via son compte Twitter : « Il n’y a pas de bonnes nouvelles de Vienne, et nous n’avons pas honte de la mise en œuvre complète de l’action en justice Stratégie de levée des sanctions. »

Et en décembre 2020, le parlement iranien, dominé par les extrémistes, a voté un projet de loi sur les « mesures stratégiques pour lever les sanctions américaines », dans le but de forcer les pays occidentaux à lever les sanctions contre l’Iran.

Cette loi a forcé le gouvernement de l’ancien président Hassan Rohani à violer l’accord nucléaire en portant le niveau d’enrichissement à 60 % et en installant des centrifugeuses avancées.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.