La France, le Royaume-Uni et l’Allemagne disent que l’accord avec l’Iran pourrait échouer à cause des exigences russes

La France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne ont averti samedi la Russie que ses demandes d’assurer son commerce avec l’Iran menaçaient de faire échouer l’accord nucléaire presque complet.

« Personne ne devrait essayer d’utiliser les négociations du JCPOA pour obtenir des garanties distinctes du plan », ont déclaré la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne, ou les trois parties européennes à l’accord nucléaire de 2015 avec l’Iran, dans un communiqué commun.

L’Iran et les grandes puissances affiliées à l’accord de 2015 (France, Royaume-Uni, Allemagne, Russie et Chine) ont entamé il y a quelques mois à Vienne des pourparlers pour relancer l’accord, auquel les États-Unis ont indirectement participé, sachant qu’ils se retiraient de l’accord. unilatéralement en 2018.

Récemment, les personnes concernées ont confirmé que des progrès avaient été accomplis et que les négociations étaient arrivées au stade « final ». Cependant, l’Union européenne, qui coordonne les pourparlers, a annoncé vendredi la nécessité d’une « pause (…) compte tenu des facteurs externes ».

Dans un communiqué samedi, les trois pays européens ont souligné que « personne ne devrait chercher à exploiter les discussions pour relancer le Plan d’action global conjoint (nom officiel de l’accord nucléaire), afin d’obtenir des garanties sans rapport avec cet accord ».

La France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne ont averti que cela « menaçait de conduire à l’effondrement de l’accord, ce qui entraînerait la levée des sanctions par le peuple iranien et la communauté internationale des garanties nécessaires liées au programme nucléaire iranien ».

L’accord permet la levée des sanctions contre Téhéran en échange de la réduction de ses activités nucléaires et de la garantie de son programme de paix. Cependant, les États-Unis s’en sont retirés sous l’ancien président Donald Trump et ont réimposé des sanctions sévères, incitant l’Iran à revenir sur la plupart de ses engagements.

Après que les parties aux négociations ont confirmé une approche compréhensive pour relancer l’accord, des difficultés supplémentaires sont apparues cette semaine.

Les responsables iraniens ont parlé de Washington faisant une « nouvelle demande » et l’amenant à « compliquer » les négociations, tandis que l’Occident s’est dit préoccupé par le retard dans la conclusion d’un accord à la suite de la demande de la Russie pour des assurances écrites américaines que des sanctions occidentales lui étaient imposées contre Iran. Le contexte de son invasion de l’Ukraine n’affectera pas sa coopération avec Téhéran dans les domaines économique et militaire.

Washington considère ces demandes « hors contexte » dans ce cas, car il n’y a aucun lien entre les sanctions et la coopération entre Moscou et Téhéran dans le cadre de l’accord nucléaire.

Vendredi, les États-Unis ont exhorté l’Iran et la Russie à prendre la « décision » nécessaire pour parvenir rapidement à un accord sur un accord, étant donné que la balle est désormais entre leurs mains pour sortir de l’impasse, a déclaré le porte-parole du département d’État Ned dans un communiqué. Prix.

Entre-temps, un diplomate européen a déclaré que si Moscou ne faisait pas preuve de souplesse dans ses demandes, il y avait « d’autres options » possibles, sans révéler de détails supplémentaires. Il a souligné qu’il ne fallait pas laisser « la Russie prendre en otage le Plan d’action global conjoint ».

Téhéran a des liens étroits avec Moscou politiquement, économiquement et militairement. La Russie a également joué un rôle clé dans la négociation de l’accord et de ses mesures de mise en œuvre, telles que le transfert d’uranium enrichi de l’Iran vers son territoire. Les pourparlers de Vienne, qui ont débuté il y a 11 mois, visent à relancer l’accord en renvoyant Washington à son conseil, en levant les sanctions et en remettant Téhéran en conformité avec ses obligations.

Roul Dennel

"Écrivain extrême. Passionné d'Internet. Passionné de télévision indépendant. Fan de nourriture diabolique. Introverti. Penseur hardcore. Future idole des adolescents. Expert en bacon."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.