La France lance un système pour envoyer des avertissements de catastrophe sur les téléphones portables

Le gouvernement français a lancé un système d’alerte pour alerter toute personne disposant d’un téléphone portable en cas d’urgence.

Une notification plein écran, accompagnée d’un son aigu appelé FR-Alert, a été envoyée par les autorités françaises pour émettre un avertissement à toute personne dans le pays possédant un smartphone.

Sur les téléphones conventionnels, une notification par SMS est reçue.

Plusieurs expérimentations ont été menées à travers la France ces derniers mois, avec des exercices – qui ont parfois surpris les citadins participant aux tests – consistant, dans un cas, à alerter la population d’une fuite d’un site pétrochimique.

Selon le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, FR-Alert sera pleinement opérationnel à utiliser en situation d’urgence réelle d’ici la fin du mois.

Les alertes couvriront différents types d’urgences : catastrophes naturelles, accidents industriels, chimiques ou nucléaires, accidents graves de la circulation ou attentats terroristes.

Avantage technologique

L’avantage du système FR-Alert est qu’il cible une zone précise de la population, pour alerter les personnes en danger immédiat.

Les messages serviront principalement à préciser la nature et le lieu de l’urgence, ainsi que des instructions sur ce qu’il faut faire.

Les alertes sont envoyées à l’aide d’une technologie appelée « diffusion cellulaire« et basé sur un canal de transmission dédié.

Cela signifie que les notifications ne risquent pas d’être ralenties en cas d’encombrement du réseau mobile, contrairement aux simples messages SMS.

Le gouvernement français l’a assuré pas de données personnelles ou de géolocalisation seront collectés par les autorités lors de la transmission.

Les notifications apparaîtront sur tous les smartphones compatibles 4G ou 5G, même s’ils sont bloqués.

Cependant, les téléphones portables éteints ou en mode avion ne sont pas joignables.

Obligation européenne

L’utilisation des réseaux mobiles et des fonctions intégrées aux smartphones permet de toucher une grande partie de la population, sans nécessiter l’installation d’une application spécifique.

C’est un avantage non négligeable après la faillite de la Demande SAIPlancé par le gouvernement après les attentats de 2015, qui n’a été installé que par une poignée de Français.

L’application avait également été critiquée pour son inefficacité.

Pendant Attaque de Nice du 14 juillet 2016émis des avertissements quelques heures seulement après la tragédie.

Le système FR-Alert est tout sauf nouveau. Il est utilisé depuis 15 ans au Japon, depuis 13 ans au Sri Lanka et depuis une décennie aux États-Unis.

D’autres pays comme le Canada, le Pérou, le Chili et la Nouvelle-Zélande l’utilisent également.

Cependant, en raison de son coût élevé – plusieurs dizaines de millions d’euros – la technologie a longtemps été rejetée par la France.

La mise en place de FR-Alert s’inscrit dans un Directive européenne datant de 2018, qui oblige tous les pays de l’UE à mettre en œuvre cette technologie au plus tard le 21 juin 2022.

Selon le ministère de l’Intérieur : « Tous les tests seront terminés d’ici le 28 juin. Nous travaillons actuellement à la sensibilisation de la population et des préfectures sur le sujet ».

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.