La France… La division de gauche sert l’extrême droite

Pour la première fois dans l’histoire de la France, les représentants des partis de droite ont obtenu conjointement 30 % des voix au premier tour de l’élection présidentielle française, tandis que les partis de gauche n’ont pas atteint le second tour de l’élection présidentielle. , puisque les résultats du premier tour ont abouti à la qualification de la dirigeante extrémiste de droite Marine Le Pen et du président Emmanuel Macron sortant respectivement du second tour, qui se tiendra le 24 avril 2022. Comment la division et la fragmentation de la gauche française , ainsi que la politique du président Macron, ont-ils contribué au renouveau de l’extrême droite ?

Le journal français Le Monde a déclaré qu’en adoptant l’agenda politique et économique d’extrême droite de la France, le président Macron avait beaucoup alimenté l’extrême droite et que ses politiques hostiles et contradictoires envers les musulmans et les immigrés avaient contribué à l’escalade des tensions. entre les autorités françaises et les musulmans et le renforcement des divisions du pays.

Pendant ses années au pouvoir, Macron a travaillé sur une stratégie spécifique de création d’une identité française pour les musulmans, qui était d’abord invisible, et ensuite politiquement inoffensive, et n’a pas remis en question le statut des politiques discriminatoires actuelles de la France envers sa population musulmane.

Début octobre 2020, Macron a annoncé un plan controversé pour lutter contre ce qu’il a appelé le « séparatisme islamique » en France, affirmant que la religion islamique était dans une « crise » mondiale et qu’il « libérerait l’islam en France de l’influence étrangère ». . »

Macron a également défendu les caricatures du prophète Mahomet, affirmant que « la France n’abandonnera pas les caricatures », sur fond d’assassinat d’un professeur de français, Samuel Baty, par un musulman en colère par l’enseignant montrant les caricatures du prophète. dans une classe.

Selon le ministère français de l’Intérieur, des dizaines de mosquées, d’écoles et d’organisations caritatives islamiques ont été fermées dans le pays d’environ 5 millions de musulmans, la plus grande minorité musulmane d’Europe occidentale.

Pendant ce temps, Alain Gabon, professeur d’études françaises à l’Université Virginia Wesleyan aux États-Unis, a déclaré dans un article publié par British Middle East Eye que la France était devenue plus islamophobe sous la direction de Macron qu’avant son élection, et c’était en grande partie comme un résultat direct .]de la rhétorique et de la politique de son gouvernement envers l’islam et les musulmans.

Cela a réduit la sensibilisation du public français à la question et a accru sa peur de la population musulmane du pays. La majorité des citoyens français sous Macron ont vu l’islam comme une menace existentielle pour leur « civilisation », « traditions » et « valeurs », selon le Gabon.

L’ère Macron a également vu la théorie du complot du « Grand Remplacement » apparaître dans le débat public, bien que le Gabon maintienne qu’elle est rejetée par la plupart comme un fantasme honteux, raciste et stupide.

L’écrivain français Gabon explique que ce genre de discussion ne se limite pas aux candidats présidentiels Zemmour ou Marie Le Pen, dont le surprenant succès en soi est le résultat direct de la complaisance des milieux politiques et médiatiques avec leur discours extrémiste, en particulier Zemmour.

Le Gabon estime que cette généralisation rapide de l’islamophobie a été fortement et constamment motivée par la rhétorique, les stratégies électorales et les politiques de Macron liées à l’islam et aux musulmans qui ont été condamnées par les organisations internationales de défense des droits de l’homme et même les Nations unies.

Pendant ce temps, les musulmans ont fui la France en plus grand nombre, entraînant une fuite massive des cerveaux au détriment du « soft power » français. Le Gabon estime qu’il s’agit d’un désavantage malheureux pour n’importe quel pays, car il peut utiliser sa voix et son point de vue dans de nombreux domaines des relations internationales, des affaires et de la diplomatie.

La forte scission du bloc de gauche a également profité à la droite française

Au premier tour des élections françaises, Jean-Luc Mélenchon, le candidat de gauche, était troisième après Macron et Le Pen avec 22 % des voix, juste devant Le Pen. Les appels à unifier le Front de gauche lors du premier tour et à soutenir un seul candidat n’ont trouvé aucun moyen de vérifier, ce qui, selon les observateurs, manque une occasion pour les partis de concourir pour la présidence et d’ouvrir la voie à la montée de l’extrême droite.

Un rapport de l’Agence France-Presse indique qu’après avoir pu parler d’un front de gauche harmonieux aux élections de 2017 et d’un front unique en 2012, il a réuni le Parti communiste et le parti « La France fière » dirigé par Jean-Luc Mélenchon. , et un certain nombre de partis politiques de gauche que les plus petits, ce qui a conduit à des conflits internes en 2022 entre les partis de gauche conduisant à la désintégration de cette composante du courant et à la création d’une fracture majeure dans ses rangs, ce qui a affecté négativement les résultats des élections et empêché sa représentation au second tour de l’élection présidentielle française.

Les problèmes de méfiance entre les composantes de gauche ont conduit à l’intimidation de l’extrême droite et ont fait place à Marine Le Pen, candidate du parti « Rassemblement national » pour concurrencer Emmanuel Macron au second tour ; Les appels des dirigeants de gauche à former un front uni et à entrer en compétition électorale avec des candidats présidentiels communs n’ont trouvé aucun moyen d’être satisfaits.

Pour la première fois dans l’histoire de France, les représentants des partis de droite ont collectivement obtenu 30 % des suffrages au premier tour de l’élection présidentielle pour former un front uni.

A l’exception du candidat de « France Fière » Jean-Luc Melenchon, qui a obtenu 21,9% des voix, les résultats obtenus par les représentants restants du parti de gauche ont reflété une baisse historique, la candidate du Parti socialiste Anne Hidalgo en ayant obtenu moins. de 1,8 % des voix, contrairement au candidat du même Parti aux élections de 2017, Benoit Hamon, qui a obtenu environ 6 % des voix. Le Parti communiste dirigé par Fabian Rosell a obtenu 2,31 % des voix, tandis que le Parti vert dirigé par Yannick Gado a obtenu 4,5 %.

Selon nombre d’observateurs politiques français, cette masse cumulée de voix supérieure à 3,5 millions de voix a permis de réduire la marge de 420 000 voix que Le Pen avait levé sur Mélenchon, voire de le placer en première ligne. qualifiés avec plus de 11 millions de votes. .

Le politologue Majid Boudin estime que la principale raison expliquant la fragmentation de la gauche en France réside dans sa présence politique, quel que soit le contexte de l’élection, qui, si elle était corrigée, doublerait les chances de Mélenchon d’atteindre le second tour des élections présidentielles et de se frayer un chemin vers l’extrême droite.

Dans son discours à France 24, Boden a attiré l’attention sur les raisons historiques qui ont conduit à l’affaiblissement de la gauche intellectuelle et politique, affirmant qu’une fois qu’elle était le réservoir intellectuel et culturel de la société française, son rôle d’encadrement a diminué après avoir atteint le pouvoir et dirigé la gouvernement. , passer d’un produit de culture et de savoir à un corps délabré plongé dans un conflit intérieur stérile.

D’autre part, les observateurs estiment que la composante de gauche n’a pas pu se présenter comme une alternative à la droite lorsqu’elle a pris le pouvoir, car elle n’a pas été en mesure de fournir un horizon intellectuel à la conduite du gouvernement, ce qui a fait que nombre de ses intellectuels privilégiaient les positions. et se préoccuper de l’exercice du pouvoir, et ainsi le visage de la différenciation intellectuelle et politique est rejeté entre lui et les autres partis politiques.

Dans ce contexte, l’écrivain et penseur français Alain Grech considère que les partis de gauche en France ont perdu une partie de leur électorat, en raison de l’identification de leur programme électoral avec des tendances d’extrême droite sur des questions importantes, telles que l’immigration, la sécurité et l’islamophobie, ce qui nie le programme distinctions, la loi électorale et est en totale contradiction avec le fondement intellectuel sur lequel elle est bâtie.

Enfin, les résultats du premier tour de l’élection présidentielle française montrent que l’incubateur populaire de l’extrême droite française grandit d’année en année, mais reste plus faible que de lui donner la tête actuelle de cette élection, et malgré le fait que les vieilles idées épousaient par le mouvement depuis l’ère de la IVe République, a su attirer de nouveaux partisans à ses côtés, notamment ceux d’Eric Zemmour, le candidat le plus extrémiste, s’appuyant avant tout sur l’immigration et l’islam comme principaux moteurs du débat électoral et sujets centraux de cette élection présidentielle.

Les partisans de l’extrême droite française promeuvent l’idée de « Le grand remplacement » comme un terme emprunté à l’homme politique et auteur de « Renaud Camus » qui l’a fondé dans un livre qu’il a écrit en 2010 pour montrer les dangers des immigrés arabes et musulmans comme une menace démographique, civilisationnelle et religieuse pour l’existence morale de la nation. La France, appelant à un plan zéro immigré en imposant de larges restrictions sur les visas et la propriété et en étouffant « l’islamisme séparatiste » en neutralisant les mosquées, les sociétés islamiques et les pratiques religieuses et rituelles des musulmans , en plus d’interdire l’enseignement de l’arabe et de le limiter aux établissements d’enseignement publics.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.