La France et ses partenaires européens annoncent leur retrait militaire du Mali

Paris: Avant les « barrières » fixées par le groupe militaire au pouvoir à Bamako, la France et ses partenaires européens ont annoncé jeudi leur retrait militaire du Mali, neuf ans après que Paris a mené les efforts pour combattre les djihadistes dans le pays.

Mais Paris et ses partenaires ont réitéré dans un communiqué commun leur « engagement continu en faveur » de la région du Sahel et « l’extension de leur soutien aux pays voisins du golfe de Guinée et d’Afrique de l’Ouest ».

La déclaration, qui a été signée par 25 pays européens et africains en plus du Canada, a déclaré: « Compte tenu des diverses barrières placées par les autorités de transition financière, le Canada et les pays européens travaillant avec l’opération Barkhane (France) et au sein du groupe spécial Takoba considèrent que les conditions ne sont plus réunies pour poursuivre leur engagement militaire effectif dans la lutte contre le terrorisme au Mali, et ont donc décidé d’engager un retrait coordonné du territoire malien de ses moyens militaires destinés à cette opération.

Macron

Dans une conférence de presse à l’Elysée, le président français a souligné que la France et ses partenaires européens ne partageaient pas la « stratégie ou les buts cachés » du groupe militaire au pouvoir au Mali, justifiant ce retrait.

« Nous ne pouvons pas rester militairement engagés envers les autorités de facto avec lesquelles nous ne partageons pas leurs stratégies ou leurs objectifs cachés », a déclaré Macron. « C’est la situation à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui au Mali. La lutte contre le terrorisme ne peut et ne doit pas tout justifier, arguant qu’il s’agit d’une priorité absolue qui s’est transformée en tentative de maintien indéfini du pouvoir », a-t-il ajouté.

Concernant le retrait militaire, Macron a expliqué que les troupes européennes participant aux Forces spéciales de Takoba « seront repositionnées avec les forces armées nigérianes dans la région frontalière du Mali », expliquant que le retrait s’effectuera « de manière organisée avec les forces armées maliennes ». et la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA). ).

L’état-major français a indiqué qu’entre 2 500 et 3 000 soldats français resteraient déployés dans la région du Sahel après leur retrait du Mali dans environ six mois.

je veux dire

Le porte-parole de l’état-major général, le colonel Pascal Ianni, a déclaré lors d’une conférence de presse à Paris que 4 600 soldats français étaient déployés dans les régions du Sahara et du Sahel, dont 2 400 au Mali, ajoutant : « D’ici la fin (du retrait), leur nombre atteindre 2 500 à 3 000. »

Le porte-parole a expliqué que ces troupes seraient réparties au Tchad, au Niger et au Burkina Faso (forces spéciales), soulignant que la France s’appuierait sur ses troupes déployées principalement au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Gabon pour apporter un soutien aux pays de la région.

La France a une présence militaire depuis 2013 au Mali, qui a souffert de la propagation de groupes djihadistes dans d’autres pays de la région du Sahel.

Paris est intervenu pour stopper l’avancée de ces groupes, qui menaçaient Bamako, puis a organisé une grande opération dans la région pour combattre les jihadistes baptisée « Barkhane » et déployé des milliers de soldats pour combattre les deux branches d’Al-Qaïda et de l’Etat islamique.

Cependant, malgré la victoire tactique, l’État malien et ses forces armées n’ont pas pu rétablir leur contrôle sur le territoire.

La situation est devenue encore plus dangereuse avec le renversement du gouvernement malien lors de deux coups d’État en 2020 et 2021, conduisant à la prise du pouvoir par le groupe militaire qui a refusé d’organiser des élections il y a des années, et exploitant les sentiments croissants d’hostilité envers la France dans le Région.

Le président français a souligné qu’il « rejette totalement » l’idée d’un échec parisien au Mali. « Que se passera-t-il en 2013 si la France n’intervient pas ? Nous assisterons sûrement à l’effondrement de l’Etat malien », a-t-il dit, soulignant que « notre armée a remporté plusieurs succès », dont l’élimination de l’émir d’Al-Qaïda dans l’Etat islamique. Maghreb en juin 2020.

Une procédure qui dure des mois

Il y a actuellement environ 25 000 personnes au Sahel.

« Ainsi, nous allons fermer progressivement, dans une procédure qui prendra 4 à 6 mois, la base au Mali. Pendant ce temps, nous continuerons la tâche de maintien de la sécurité » avec la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA), qui a plus de 13 000 casques bleus, a déclaré Macron lors de sa conférence de presse.

Il y a 15 000 soldats affiliés à la Mission des Nations Unies (MINUSMA) stationnés au Mali, et leur avenir est actuellement inconnu en raison de leur dépendance à l’égard du soutien important des Forces Barkhane.

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest a imposé des sanctions aux autorités maliennes, qui ont condamné la présence militaire occidentale sur leur sol, et, selon les Européens, utilisée, selon les Européens, pour le recrutement de mercenaires russes dans le groupe Wagner.

Macron considère que le groupe de mercenaires russes de Wagner, connu pour être proche du président Vladimir Poutine, est au Mali pour servir des « intérêts économiques » et assurer la sécurité de la junte militaire au pouvoir à Bamako.

Le ministre européen des Affaires étrangères, Josep Borrell, a annoncé que l’Union européenne, qui dirige deux missions d’entraînement militaire au Mali, examinera, à la lumière de cette décision de retrait, si les conditions sont réunies pour reprendre les opérations dans le pays.

Union des nations

De son côté, le porte-parole de la Mission des Nations unies au Mali (MINUSMA) Olivier Salgado a déclaré que le retrait des troupes françaises du pays aurait un « impact » sur la MINUSMA, qui fera tout le nécessaire pour « s’adapter » à la prochaine étape.

La MINUSMA est l’une des plus grandes missions de maintien de la paix de l’ONU au monde et la mission de l’ONU avec le plus grand nombre de morts (154 Bérets bleus tués dans les hostilités).

A Berlin, la ministre allemande de la Défense Christine Lambrecht a fait part de son « scepticisme » quant à l’éventuel élargissement de la mission des troupes allemandes participant aux missions de l’UE et de l’ONU au Mali.

لندن

De son côté, Londres a estimé que le retrait militaire annoncé jeudi par Paris et ses partenaires aurait certainement un impact sur l’avenir des engagements britanniques au sein de la MINUSMA, accusant le groupe paramilitaire russe de Wagner de « partager un lit avec le conseil militaire qui gouverne désormais le Mali ». « 

Le Mali est devenu l’épicentre des actions antiterroristes européennes et françaises au Sahel. Macron a décidé de commencer à réduire le nombre de soldats français à l’été 2021 pour déployer des troupes dans la région, mais un départ forcé du pays obligera Paris à accélérer ce processus de réorganisation dans d’autres pays de la région, menaçant la contagion des jihadistes. , surtout dans le Golfe Guinée.

« Il s’agit de se recentrer sur les demandes de nos partenaires dans l’attente de notre contribution sous forme d’accompagnement, et d’aller plus loin dans l’intégration », a déclaré Emmanuel Macron.

« Nous déterminerons dans les semaines et les mois à venir le soutien que nous apporterons à chaque pays de la région en fonction de leurs besoins exprimés », a-t-il ajouté, expliquant que ce soutien pourrait « comprendre une aide à la formation, la fourniture d’équipements ». , et soutient même ses opérations contre le terrorisme. »

Depuis 2013, 53 militaires français sont morts au Sahel, dont 48 au Mali.

Jacques Fontaine

"Fanatique de la musique amateur. Ninja de l'alcool. Troublemaker sans vergogne. Passionné de nourriture. Introverti extrême. Nerd du voyage certifié."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.