La France et l’Islam… Action en justice ou bataille pour rallier le droit de vote ? | nouvelles politiques

Même ceux qui ne soutiennent pas la théorie de « l’islamophobie » en France pensent que le candidat à la présidence française, Eric Zemmour, et dans toutes ses interviews médiatiques, sont impliqués dans les questions d’immigration et d’islam, et supposent qu’il y a des problèmes d’intégration auxquels sont confrontés les musulmans en société française.

Paris- Si le phénomène de « l’islamophobie » n’est pas nouveau en Europe, il s’est aggravé et intensifié ces dernières années, notamment après que le président Emmanuel Macron a déclaré que les valeurs de la République française et la laïcité étaient en danger à cause de la menace de l’islam, et que « l’islam est une religion en crise ». dans le monde entier. »

Des observateurs estiment que depuis le célèbre discours de Macron en octobre 2020, les manifestations d’hostilité et de discrimination à l’égard des musulmans se sont multipliées en France notamment, et la crise s’est aggravée après le meurtre de l’enseignant Samuel Baty par un réfugié tchétchène en octobre 2020 après avoir affiché une caricature du Prophète. Muhammad – que la paix soit sur lui – devant des étudiants-étudiants, et cela a été suivi par les autorités françaises fermant un grand nombre de mosquées, d’associations caritatives et d’établissements d’enseignement islamiques.

L’Assemblée générale et le Sénat français ont également ratifié mi-février le projet de loi « en faveur des principes républicains », initialement présenté par le gouvernement du président Emmanuel Macron au nom de la « lutte contre l’islam séparatiste ».

En octobre dernier, le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé l’intention de son ministère de fermer 7 mosquées et associations d’ici la fin de cette année, affirmant qu’elles répandaient la « haine » et défendaient « l’islam radical », comme il l’a dit.

Observateurs et analystes politiques expliquent ces restrictions en cherchant à gagner des électeurs d’extrême droite avec le début de la course à l’Elysée et à l’approche de la date de l’élection présidentielle française prévue en avril 2022.

Le cumul de la crise en France et de sa composante politique avec l’islam et la montée du phénomène de « l’islamophobie » soulève plusieurs questions, notamment avec son escalade pendant la campagne électorale.

Manifestations contre la loi française restreignant la circulation des femmes musulmanes portant le voile en public (Getty Images)
  • La guerre contre l’islam est-elle devenue un réservoir électoral d’hommes politiques et de candidats à l’élection présidentielle française ?

La militante des droits de l’homme et conseillère juridique de l’organisation internationale EFDI, Lizal Trounzler, a déclaré à Al Jazeera Net qu’en utilisant un élément de peur parmi les citoyens, « les partis politiques manipulent des sections du peuple français et essaient de gagner autant de voix que possible ».

Quant au politologue Stefan Zomsteig, il a déclaré : « Je ne pense pas que l’islamophobie soit devenue un réservoir électoral pour la classe politique française, mais seulement pour le candidat Eric Zemmour, qui est le seul impliqué dans de nombreuses questions d’immigration et d’islam, et considère qu’il y a le problème de l’intégration des musulmans dans la société française. »

Dès lors, Zomsteig estime qu’il est exagéré de dire que tous les partis et candidats français à l’élection présidentielle exploitent la question de l’islam pour gagner de nouveaux suffrages électoraux.

  • Est-il vrai que la fermeture des établissements d’enseignement et des associations islamiques fait partie de la campagne électorale anticipée du président Macron pour gagner l’extrême droite ?

Le militant des droits de l’homme Trunzler insiste sur le fait que la campagne pour fermer et restreindre les associations islamiques vise à obtenir un vote électoral, « et le parti de Macron ne le cache pas ».

Et de poursuivre : « Par ailleurs, le ministre de l’Intérieur Darmanan a avancé de nombreuses propositions de législation contre les musulmans et contre de nombreux lieux de culte et associations islamiques qui ne sont pas extrémistes et n’adoptent pas de discours extrémiste dirigé contre la république ».

Mais de l’avis du politologue européen Somsteig, toutes les associations et institutions éducatives doivent respecter les principes de laïcité et les valeurs sur lesquelles la République française a été fondée, sous peine d’être surveillées et fermées.

Zomsteeg estime que la surveillance ou la fermeture des autorités françaises s’applique à toutes les associations chrétiennes et juives et à toutes les autres confessions, et que les restrictions ne se limitent pas aux institutions islamiques, « l’État fait son travail dans le cadre de la loi ».

Une femme musulmane portant un foulard près de la Tour Eiffel à Paris (Reuters)
  • Comment classer le débat sur le voile, la virginité, la polygamie et le mariage forcé ?

Le militant des droits de l’homme Trunzler a souligné que ces discussions s’inscrivaient dans un cadre « islamophobe », car de nombreuses dispositions de la loi française encadrent la polygamie et le mariage forcé, comme c’est le cas dans le Code pénal.

« Nous n’inventons rien de nouveau, mais nous essayons juste d’occuper l’espace médiatique en parlant d’islam et d’immigration pour intimider la France et gagner des voix lors de la prochaine élection présidentielle », a-t-il ajouté.

De son côté, Somsteig a déclaré que le candidat Eric Zemmour a réussi à imposer cette question dans les médias en en parlant à chaque meeting médiatique, « mais il est exagéré de dire que tous les candidats parlent de cette question, et l’opinion publique française ne considère pas cela ». question une priorité, mais se préoccupe davantage de la détérioration du pouvoir d’achat, de la sécurité et de la santé, et pas de quoi que ce soit à voir avec l’islam et les musulmans.

  • Quelles sont les causes profondes de la crise de la France avec l’islam ? Pourquoi l’hostilité envers les musulmans est-elle plus concentrée que dans d’autres pays européens ?

Le spécialiste des affaires européennes Stefan Zomsteig estime que cette idée est « malavisée et exagérée », car la France n’a pas d’inimitié particulière envers l’islam et les musulmans, mais plutôt « l’application stricte par les autorités françaises des principes de laïcité, et la nécessité de respecter les principes sur laquelle la République a été fondée. sur toutes les religions sans discrimination, contrairement à de nombreux pays européens qui tolèrent cette question. »

Et il poursuit : « Il y a une fermeté de la France plus que tout autre pays européen sur le principe de neutraliser la religion de la vie publique et de la laisser comme une affaire privée.

Pendant ce temps, la défenseuse des droits humains Lisa Trounzler attribue cette hostilité au fait que de nombreux musulmans en France sont originaires d’Afrique du Nord, et « c’est l’une des raisons pour lesquelles la France est contre la libre pratique de l’islam ».

« Ce n’est qu’une série de colonialismes, et c’est ce qui le rend plus concentré en France que dans le reste de l’Europe », a-t-il expliqué.

  • La loi « Promotion des principes républicains » menace-t-elle l’avenir des libertés publiques et de la liberté de pratiquer les rituels religieux pour les musulmans ? Cela menace-t-il leur présence en France ?

Trunzler a déclaré que la loi menace la liberté de culte et de religion, et « nous nous souvenons tous de la charte des imams, où l’État veut s’immiscer dans la pratique religieuse en élisant des représentants de la communauté musulmane, et du fait que ce ne sont pas les musulmans qui élisent leurs représentants, et les républiques essaient souvent de légitimer l’anarchie. » droit international en appliquant les réalités de la lutte contre l’extrémisme.

En revanche, le politologue Somsteig soutient que cette loi ne menace pas la liberté de croyance et la liberté de religion en France, tant pour les musulmans que pour les autres religions, car le principe de la liberté de croyance et de religion – selon lui – est un principe fondamental principe. et les principes fondamentaux énoncés dans la Constitution française.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.