La France et le Luxembourg demandent au Liban des informations sur le gouverneur central

Deux sources judiciaires libanaises ont déclaré à Reuters que le Liban avait reçu des lettres des autorités françaises et luxembourgeoises demandant des informations sur les comptes bancaires et les actifs du gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salameh.

Un porte-parole du tribunal luxembourgeois a confirmé à Reuters en novembre dernier qu’il avait ouvert une « affaire pénale » liée à la sécurité de l’entreprise et de ses actifs, et a refusé de fournir de plus amples informations.

La France, la Suisse, le Liechtenstein et le Liban enquêtent également sur la fortune personnelle de Salameh. Ce dernier a nié à plusieurs reprises tout acte répréhensible au cours de ses près de trois décennies de présidence à la Banque centrale du Liban.

L’ambassade de France au Liban a annoncé hier samedi qu’elle ne pouvait pas commenter les « affaires judiciaires en cours », tandis que Salameh a déclaré à Reuters que la demande de coopération du Luxembourg était une « procédure normale » et non un « procès ».

« S’ils ont déposé une plainte, ils n’ont pas besoin d’aide dans l’enquête », a-t-il déclaré.

Salameh a démenti les informations faisant état d’allégations à son encontre par les autorités luxembourgeoises, soulignant que la Suisse et la France avaient précédemment sollicité une coopération similaire du Liban.

Le rôle de Salameh dans la gestion de la Banque centrale du Liban a été étroitement surveillé depuis l’effondrement économique du Liban en 2019, qui a plongé la monnaie dans la pauvreté et poussé une grande partie de la population dans la pauvreté.

Et le parquet suisse a déclaré l’année dernière qu’il avait sollicité l’assistance juridique du Liban dans le cadre d’une enquête sur le « blanchiment massif d’argent » et le possible détournement de plus de 300 millions de dollars de la banque centrale sous la présidence de Salameh.

L’enquête suisse s’est concentrée sur les commissions versées aux sociétés détenues par le frère de Salameh, Raja, de 2002 à 2015. Salameh a déclaré que les paiements avaient été effectués par des soi-disant « tiers », et non par la banque centrale.

Reuters n’a pas pu joindre Raja Salama pour un commentaire. Il a précédemment nié tout acte répréhensible.

Roul Dennel

"Écrivain extrême. Passionné d'Internet. Passionné de télévision indépendant. Fan de nourriture diabolique. Introverti. Penseur hardcore. Future idole des adolescents. Expert en bacon."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.