La France est enfin sur le point de devenir une puissance technologique – TechCrunch

Une fois que l’Amérique a un avantage inébranlable, le volant économique qui stimule l’innovation et les entreprises du Fortune 500 sont comme des machines à mouvement perpétuel. Amenez les meilleurs, les plus brillants et les plus passionnés du monde entier; les éduquer ou leurs enfants dans leurs universités ; puis regardez-les créer des entreprises, réussir à fond, redonner à leur alma mater et recruter de nouveaux talents alors que le cycle de la vertu recommence.

Peu importe que ces immigrants soient venus en tant qu’étudiants (pensez à Satya Nadella, Sundar Pichai et au père de Steve Jobs Abdul Fattah Jandali) ou avec leurs familles (Sergey Brin et Jerry Yang) ou en tant que réfugiés (par exemple la famille du père d’Alexis Ohanian) ou en tant qu’immigrants illégaux (par exemple la mère d’Ohanian). Le collège, fait son truc, pareil à plus petite échelle. C’était un moteur autosuffisant d’édification de la nation et de génération de richesses aux proportions gigantesques, et il faudrait une énorme stupidité pour vouloir interférer avec lui.

Entrez le Brexit. Entrez Donald Trump. Inclure leurs objections implicites et explicites à l’immigration, y compris les sérieux obstacles et découragements de l’immigration légale et qualifiée, tels que : Titulaires d’un visa H-1B et étudiants internationaux – avec le sentiment général « vous n’êtes pas le bienvenu ici » qu’ils font clairement de leur mieux pour transmettre.

Pendant ce temps, outre-Atlantique, il un autre grand pays d’immigration, la France, fait des heures supplémentaires depuis quatre ans pour ouvrir son économie et ses frontières aux startups technologiques. J’étais sceptique quant à cet effort il y a quelques années, mais il y a deux jours, j’ai rencontré l’ancien PDG de Cisco, John Chambers, et l’associé d’Accel, Joe Schoendorf, pour parler de la technologie en France, et ils m’ont assuré que sous le président Macron, « tout a changé. ”

Il n’y a pas que les réformes de Macron qui ont fonctionné beaucoup plus facile à embaucher et à licencier en France, rendre les coûts du travail beaucoup plus compréhensibles et prévisibles — même si c’est un gros problème et un gros changement. Pas seulement ce que la France a à offrir visa French Tech accessible aux fondateurs, employés et investisseurs, qu’il n’a jamais été aussi facile pour les techniciens de vivre et de travailler en France — ce qui, en tant qu’ancien Parisien, je peux vous dire que c’est plutôt bien.

Ce n’est pas seulement l’accès à un grand nombre d’ingénieurs qui est relativement peu coûteux. Non seulement l’ouverture dans le milieu universitaire mais aussi dans le secteur privé (41 % des 75 000 doctorants français ne sont pas français). Pas seulement Paris début pour au-delà Londres attire les investisseurs en général, pas seulement dans la technologie.

C’est aussi une transformation de la population française ainsi que du gouvernement. 50 % des jeunes français âgés de 18 à 24 ans et 70 % des étudiants de l’École polytechnique, première université technique de France, souhaitent travailler pour des startups plutôt que pour des entreprises – et leurs ambitions sont désormais européennes et/ou mondiales, pas seulement françaises. Il y avait là aussi une force profonde; Chambers compare le talent brut de l’ingénierie à Polytechnique à celui de Stanford, et la France est une médaille Fields aller de dépasser les États-Unis dans le nombre total de victoires.

Je peux confirmer que tout cela est Hugues changé depuis que je vivais en France il y a dix ans. Schoendorf a déclaré qu’il ne pouvait penser qu’à un seul exemple comparable d’une démocratie avancée majeure qui a tellement changé, en si peu de temps, comme la France au cours des quatre dernières années : la Grande-Bretagne sous Thatcher. Que vous glorifiiez ou dénigriez Thatcher, cela vous donne une idée de l’ampleur de la transformation. (Et c’est au niveau national : 75 % des législateurs français sont nouveaux, et il y a deux fois plus de femmes qu’avant.)

Je ne veux pas prétendre que la Silicon Valley risque d’être remplacée par l’Ile-de-France. La vallée est et restera le soleil au centre du système solaire technologique. Mais la France est désormais passée d' »astéroïde » à « planète », et est en passe de devenir une « géante gazeuse ». Notamment parce que le moment est spectaculaire : inviter des immigrants comme les États-Unis et le Royaume-Uni est au milieu d’un processus spectaculairement stupide pour les dissuader, et lorsque la vallée est devenue si chère, grâce à la paralysie du logement NIMBY, les dirigeants y cherchaient n’importe quel moyen de se diversifier dans d’autres locaux.

Tout cela commence à avoir un effet mesurable. Il y avait 274 entreprises françaises au dernier CES, contre 13 il y a moins de dix ans. Il y a eu plus de 700 investissements de capital-risque dans des entreprises technologiques françaises l’année dernière, qui rivalisaient avec le Royaume-Uni, et plus de 50 avaient des engagements de capital-risque américains. De plus, je ne veux pas surcharger les données anecdotiques, mais deux techniciens sérieux et impressionnants que je connais ont indépendamment déménagé d’Amérique à Paris ces derniers mois.

Ma principale plainte il y a deux ans était que le gouvernement français voulait que les start-ups améliorent et rendent leurs grandes entreprises plus compétitives, plutôt que de vouloir des start-ups. Devient leur grande entreprise. Cela a changé. Comme le dit Schoendorf, « Macron a examiné les cinq entreprises les plus précieuses au monde, toutes les entreprises technologiques de la côte ouest américaine, et s’est dit : nous en avons besoin d’une. » Pascal Cagnile président de Business France, a une destination intermédiaire plus accessible : le « NATU » français, qui signifie Netflix/AirBNB/Tesla/Uber.

Et il a raison. La transformation de la France en une grande puissance technologique européenne est réelle et durable, entre tous les gouvernements, les universités, les grandes entreprises et les start-up ; mais ce dont ils ont besoin, c’est d’un grand succès et d’un groupe d’entrepreneurs prospères, l’équivalent français de ce Mafia PayPal Devient. (Xavier Niel avoir un effet très important — voir Ecole 42 et Gare F« la plus grande start-up du monde » au sud-est de Paris – mais il ne pouvait pas le faire seul.) Mais si et quand cela se produit, la France conduira l’Europe vers l’avenir… et contribuera également à diriger le monde.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.