La France considère la « crise sous-marine » comme un problème européen, et Macron s’engage à travailler avec l’Inde pour sécuriser la région | nouvelles politiques

Durée de la vidéo 03 minutes 05 secondes

Le ministre européen français Clément Bon a déclaré que la crise de l’annulation de l’accord sur les sous-marins avec l’Australie était devenue un problème pour l’Europe, pas seulement pour la France, tandis que le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre indien Narendra Modi se sont engagés à travailler ensemble dans la région indo-pacifique.

Bonn a salué le soutien de l’UE, soulignant qu’il s’agit d’un problème européen et pas seulement français, et que le bloc doit être plus affirmé dans la défense de ses intérêts.

Boone a ajouté que son pays évaluait toutes les options pour répondre à l’abandon du contrat de sous-marin australien de 40 milliards de dollars et a exhorté le Royaume-Uni à respecter ses obligations post-Brexit vis-à-vis de l’Union européenne.

Boone a décrit les relations avec l’Australie comme « très difficiles ».

L’Australie a déclaré la semaine dernière qu’elle annulerait une commande de sous-marins conventionnels de la France et construirait au moins huit sous-marins à propulsion nucléaire avec la technologie américaine et britannique dans le cadre d’un nouveau partenariat de sécurité appelé AUKUS.

L’annulation de l’accord a provoqué la colère de la France, qui a accusé l’Australie et les États-Unis de l’avoir poignardé dans le dos, et a rappelé ses ambassadeurs de Canberra et de Washington.

Pendant ce temps, le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a souligné la solidarité de l’union avec la France.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a également exprimé sa solidarité avec la France, et Maas a déclaré aux journalistes aux Nations Unies : « Je comprends la colère de nos amis français. La façon dont la décision a été prise est dérangeante et décevante, et pas seulement pour la France ».

« Ce que nous avons vu a rendu les choses encore plus compliquées, et je pense que cela va rester ainsi pendant un certain temps », a-t-il ajouté.

Des sources diplomatiques européennes ont déclaré que l’ambassadeur de l’UE à Bruxelles avait décidé de reporter les délibérations sur un accord du Conseil des relations commerciales avec les États-Unis, qui devait se tenir plus tard ce mois-ci en Pennsylvanie, pour protester contre l’accord conclu sur les sous-marins. par Washington avec l’Australie aux dépens de la France.

Des responsables américains ont déclaré que le président Joe Biden cherchait à tenir un appel téléphonique avec Macron dans les prochains jours pour désamorcer les tensions, mais cela ne s’est pas produit.

D’autre part, la présidence française a annoncé que Macron et Modi s’étaient mis d’accord – par appel téléphonique – pour « travailler ensemble dans une région indo-pacifique ouverte et inclusive ».

L’appel intervient à un moment difficile au milieu de la colère française face au retrait de l’Australie du contrat sous-marin.

Macron a assuré Modi de l’engagement continu de la France à renforcer l’indépendance stratégique de l’Inde, y compris sa base industrielle et technologique, dans le cadre d’une relation étroite basée sur la confiance et le respect mutuel.

Ces derniers jours, les médias indiens ont émis l’hypothèse que l’annulation par l’Australie de l’accord sur les sous-marins pourrait conduire à des pourparlers franco-indiens sur un accord sur les sous-marins, qui pourraient inclure un transfert de technologie.

compensation financière

Dans un autre contexte, des pourparlers ont commencé entre le groupe naval français et les autorités australiennes sur une éventuelle compensation financière, après que Canberra a conclu un accord majeur pour acheter les sous-marins, selon le ministère français de la Défense.

Le ministère a déclaré aux journalistes lors d’une audioconférence sur la « crise des sous-marins » que des discussions étaient en cours entre Naval Group et des experts australiens sur l’indemnisation.

Le ministère français des Armées a une nouvelle fois critiqué ce qu’il qualifie de « trahison » envers l’Australie, soulignant qu' »ils n’ont jamais discuté » avec les autorités françaises de la décision de l’Australie de passer à un sous-marin à propulsion nucléaire, ni de ses discussions avec les Français. Forces armées. Les états-unis d’Amérique.

Paris confirme que la preuve en est que le 15 septembre, l’armée et les ingénieurs australiens ont convenu d’une révision du programme français dans un document officiel appelé Program Functional Review Final Notice, ce qui signifie que l’Australie est satisfaite et que nous pouvons passer à autre chose.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.