La France confirme le lien entre la charcuterie et le cancer

Si vous avez déjà passé du temps sur les réseaux sociaux, vous savez que les mots « planche de charcuterie » se sont étendus bien au-delà de leur définition d’origine. Au lieu de viande et de fromage, les homologues sans fin d’Instagram incluent des garnitures de crêpes, des ingrédients de chocolat chaud et même un assortiment de gâteaux et de desserts. Mais y a-t-il un lien entre charcuterie et risque de cancer ?

Selon l’Anses, manger de la charcuterie peut augmenter le risque de cancer du côlon

Bien que les autorités sanitaires françaises n’aient pas encore approuvé les déjeuners d’influence, elles encouragent à nouveau les citoyens à réduire leur consommation de charcuterie et autres viandes transformées. Dans un rapport récemment publié, l’Agence française de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a déclaré avoir analysé plusieurs études scientifiques antérieures et avoir confirmé le lien entre les nitrates présents dans la charcuterie, le jambon et la charcuterie et le développement du cancer du côlon. « Plus l’exposition à ces composés est élevée, plus le risque de cancer colorectal est élevé dans la population », écrit l’agence.

En conséquence, l’Anses recommande aux transformateurs de viande de trouver des moyens de réduire l’utilisation des nitrates utilisés dans leurs produits et d’inciter les consommateurs à consommer moins de 150 grammes de charcuterie ou de salaison par semaine. L’agence recommande également de consommer « au moins cinq portions de fruits et légumes de différentes sources » chaque jour. (Il semble donc que les légumes devront peut-être remplir une partie de l’espace désormais disponible sur ce plateau de charcuterie.)

charcuterie et risque de cancer
Crédit image : Ana Maltez/Unsplash

« Les conclusions de l’évaluation des risques de l’Anses appellent à réduire l’utilisation des nitrites utilisés comme additifs alimentaires et recommandent de limiter au maximum l’adjonction de nitrites/nitrates dans les denrées alimentaires : l’objectif est de limiter leur utilisation en cas de nécessité absolue », Ministère de l’Alimentation et de l’Agriculture inscrire une déclaration. « Cette réduction doit se faire dans un équilibre qui assure la sécurité alimentaire des consommateurs. »

Et cela est un acte d’équilibre, car les nitrates sont utilisés pour prévenir et ralentir la croissance des bactéries dans les viandes transformées. (L’Anses a laissé entendre que, pour certaines viandes, une baisse des nitrates pourrait signifier que leur date de péremption ou de vente arrivera plus tôt que d’habitude.)

Le ministère a noté que 99% de la population du pays mange moins que la quantité quotidienne recommandée de nitrate, ajoutant que le « secteur de la charcuterie » français a produit une viande inférieure au niveau maximum de nitrate autorisé en Europe. Pour cette raison, il a déclaré qu’il mettrait fin à l’interdiction totale des additifs.

Mais certains craignent toujours que le rapport de l’Anses et les recommandations visant à réduire la consommation de charcuterie ne découragent complètement les gens de manger de la charcuterie. « La filière française de la charcuterie est un exemple pour l’Europe et le monde », a déclaré Fabien Castanier, directeur de la Fédération française de la charcuterie (FICT). notifié Temps.

Le rapport de l’Anses sera utilisé pour créer un « plan d’action » qui sera présenté au Parlement français plus tard cette année. « Cette approche sera complétée par une action gouvernementale soutenant la recherche pour enrichir les connaissances scientifiques relatives à l’évaluation des risques toxicologiques que représente l’exposition aux nitrites/nitrates », écrit le ministère.

En attendant, peut-être que la planche à crêpes n’est pas si mal.

Cette histoire est apparue pour la première fois dans www.foodandwine.com

(Crédits aux héros et images présentés : Cavan Images/Getty Images)

© 2021. Informatique Inc. Groupe Rich Media. Tous les droits sont réservés. Sous licence de FoodandWine.com et publié avec la permission de Affluent Media Group. La reproduction dans n’importe quelle langue en tout ou en partie sans autorisation écrite préalable est interdite.

Food & Wine et le logo Food & Wine sont des marques déposées d’Affluent Media Group. Utilisé sous licence.

Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.