La France assure à l’Ukraine qu’elle fera partie de l’Union européenne

L’Ukraine finira par faire partie de l’Union européenne, a déclaré mardi le ministre français de l’Europe, rassurant Kiev que l’initiative de resserrer les liens entre le bloc et les membres potentiels ne remplacera pas leur candidature à l’adhésion. Le président français Emmanuel Macron a suggéré plus tôt ce mois-ci de créer une « communauté politique européenne » qui créerait une nouvelle structure qui permettrait une coopération plus étroite avec les pays candidats à l’adhésion à l’UE.

« Je suis sûr que l’Ukraine fera partie de l’Union européenne », a déclaré Clément Beaune aux journalistes. « Nous savons honnêtement que cela prendra du temps et pour le moment, nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre. Nous devons maintenir l’espoir européen. » Beaune, qui a déclaré plus tôt cette semaine qu’il faudrait 15 à 20 ans à l’Ukraine pour adhérer, a ajouté que le projet n’était « pas une alternative ».

S’adressant à Olga Stefanishyna, vice-Premier ministre ukrainien pour l’intégration européenne et euro-atlantique, il a déclaré que la prochaine étape serait de discuter des détails de l’initiative avec les partenaires européens. Conformément à Beaune, la nouvelle ministre des Affaires étrangères Catherine Colonna a déclaré aux journalistes à Berlin que l’idée était de compléter l’élargissement de l’UE en offrant des avantages aux pays non candidats et un soutien à ceux qui souhaitent adhérer à l’UE pour aider leur candidature.

« Il faut faire plus et plus vite maintenant pour certains partenaires. Cette communauté politique européenne vise à renforcer les relations rapides avec tous les pays européens de notre voisinage », a-t-il déclaré. Cette initiative a été accueillie avec prudence par certains États membres compte tenu du manque de précisions. Kiev s’est également dit préoccupé par le fait qu’il pourrait être utilisé comme une alternative à l’adhésion.

La Commission européenne, l’organe exécutif du bloc, rendra son avis sur la demande de candidature de l’Ukraine en juin, mais même si elle est approuvée, le processus prend plusieurs années et peut faire l’objet d’un veto des États membres. Stefanishyna a déclaré après la rencontre avec Beaune qu’elle avait été assurée que l’idée n’affecterait pas la candidature de Kiev.

(Cette histoire n’a pas été modifiée par l’équipe de Devdiscourse et est créée automatiquement à partir du flux syndiqué.)

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.