La France a tourné à l’extrême droite. Le Brexit britannique peut également | William Kegan

En réfléchissant aux perspectives économiques désastreuses auxquelles sont confrontés ce pays et de nombreuses régions du monde, je me souviens d’une ligne dans PG Wodehouse Très obligatoire, Jeeves.

Les narrateurs – des personnages comme Boris Johnson, Bertie Wooster – s’enfoncent dans leurs sièges, le visage enfoui dans leurs mains. « Cela a toujours été ma politique de regarder du bon côté », a-t-il dit, « mais pour ce faire, il faut avoir un bon côté à regarder… »

Eh bien, à mon avis, les résultats de l’élection présidentielle française du week-end dernier offrent un peu de bon côté. Les inquiétudes concernant la montée de l’extrême droite ont été bien diffusées, et il y a eu de nombreux commentaires sur la nature fracturée du gouvernement français et la montagne de problèmes auxquels est confrontée la réélection d’Emmanuel Macron, qui, on l’espère, a appris de son passé. erreurs.

Mais à lire les nombreux commentaires, on peut pardonner aux visiteurs de l’espace de conclure que Macron a en fait été est perdu l’élection, au lieu de gagner par une marge plus grande que prévu. Comme l’a dit Francisco, l’un des gardes, dans la scène d’ouverture Hamlet: « Pour cette aide, merci beaucoup. »

Bien que Madame Le Pen ait assoupli sa position anti-européenne pour des raisons électorales, l’enjeu est de taille. Après le Brexit, il y a eu beaucoup de spéculations sur Frexit. Et bien que l’idée de la France, membre fondateur et important, quittant l’UE ait été officiellement abandonnée, il est clair que le programme Le Pen sera sur le point de quitter l’UE de toutes les manières sauf le nom.

Comme de plus en plus de ces citoyens le réalisent, quitter l’UE n’est pas une bonne idée. À l’instar d’autres économies, le pays a subi la perte inévitable et préjudiciable de revenus nationaux – et donc individuels – en raison d’un effondrement brutal de ce que les économistes appellent le commerce. Il s’agit du rapport du prix des exportations aux importations, qui reflète la forte augmentation du coût des importations d’énergie, de céréales et d’autres produits de première nécessité à la suite de l’invasion de l’Ukraine.

De plus, nous avons le Brexit ; Le groupe de réflexion britannique dans Changing Europe calcule que les barrières commerciales que nous nous sommes imposées par la folie de quitter l’UE ont directement augmenté les prix des denrées alimentaires dans le pays de 6 %. Pendant ce temps, grâce à la tâche ardue de s’attaquer à toute la bureaucratie résultant du Brexit, le London School of Economics Centre for Economic Performance a constaté que les relations commerciales entre les entreprises britanniques et européennes ont diminué d’un tiers depuis l’introduction de l’UE-Royaume-Uni. un accord commercial en janvier 2021. Cela reflète en grande partie le coup porté aux petites et moyennes entreprises, qui devraient être le moteur de l’économie entrepreneuriale à laquelle ce gouvernement sombre est censé aspirer.

De plus, après avoir constaté le décalage entre la promesse et la réalité du Brexit, le public semble sérieusement le repenser. Le groupe de campagne britannique European Movement a récemment mené un sondage montrant, selon les termes de son président, Lord Adonis, que 98 % « ne veulent pas quitter l’UE dans son ensemble ».

L’expression « dans son ensemble » laisse clairement place à toutes sortes d’arguments. Il reste beaucoup de discussions entre eux sur le type de relation qui peut être développé avec nos anciens partenaires. Mais devons-nous vraiment remonter aux années 1950, lorsque des relations alternatives ont été essayées comme substitut jusqu’à ce qu’il devienne clair que la seule chose qui avait du sens était de postuler pour adhérer correctement ?

J’ai été surpris de voir mon collègue, Rafael Behr, rejeter ceux qui souhaitaient rejoindre l’UE comme « juste une minorité fanatique ». Je peux lui dire que d’après mon expérience, ces « fanatiques » sont de plus en plus nombreux et qu’ils ne sont guère minoritaires. Et j’ai été particulièrement surpris par les commentaires du romancier Julian Barnes, quand dans une récente interview il s’est décrit avec insistance comme un « recombinant », pas une relique.

Revenons au président Macron. Il pense que le Brexit est fou et soutiendra certainement la reconnaissance des erreurs historiques de la Grande-Bretagne et nous invitera à revenir. La crise ukrainienne souligne clairement l’importance de sa vision d’une Europe plus forte et plus unie.

Cela aiderait si le parti conservateur revenait à la raison, expulsait Johnson et ne le remplaçait pas par un autre Brexiter – ou au moins votait pour un ancien Brexiter qui a vu ses défauts. Dans garçon et poupéel’ensemble chante: « Mais les passagers qu’ils connaissent bien du mal / Pour que tout le monde dise » – à Nicely-Nicely Johnson – « Asseyez-vous, asseyez-vous, vous faites basculer le bateau. »

Dans le cas de Johnson, nous souffrons depuis trop longtemps, il est temps de le jeter par-dessus bord.

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.