La démocratie comme prochaine politique identitaire

T + T- taille normale

Il y a vingt ans, alors que je faisais la queue à la cafétéria de Harvard, j’ai entendu un étudiant dire à un autre : « C’est la même chose que l’Holocauste ! Je me demande : de quoi parle-t-il ? Est-ce un génocide au Rwanda ? Quels sont les champs de la mort au Cambodge ? Ou le gouvernement militaire d’Amérique du Sud qui fait « disparaître » les opposants en les jetant à la mer depuis des hélicoptères ? En fin de compte, la réponse est venue : manger de la viande était l’équivalent moral de l’Holocauste, et les bureaucrates de Harvard étaient les coupables, car ils n’ont pas essayé de fournir suffisamment d’options végétariennes ou végétaliennes (même sans aucun produit animal, comme les œufs et produits laitiers). ).

Je me souviens de cette époque où je regardais des vidéos de missiles et de dévastation de la guerre.

Ces dernières années, de nombreux citoyens de démocraties riches ont pleuré et souffert pour les valeurs de la démocratie et du libéralisme. Au lieu de se battre pour leur survie, ils se disputent sur les pronoms de la langue. Au lieu de craindre d’être tirés du lit au milieu de la nuit par des hommes armés à cause de quelque chose qu’ils ont dit dans le bus, ce qu’ils craignaient le plus, c’était qu’une mauvaise prononciation en classe les embarrasse sur les réseaux sociaux.

Mais les atrocités actuellement commises semblent avoir tout arrangé. Il est vrai que de nombreux pays occidentaux ont un passé colonial et un présent raciste. Il est vrai que la montée des inégalités de revenus dans certains de ces pays a noyé la classe moyenne et trahi la promesse d’une égalité des chances pour tous. Mais malgré ses défauts, la démocratie ne terrorise pas son propre peuple et n’envoie pas de chars à la conquête des démocraties voisines.

De plus, la vie dans les démocraties libérales – qui s’étendent maintenant à toute l’Europe de l’Est et à l’Amérique du Sud, ainsi qu’à une grande partie de l’Afrique et de l’Asie, et pas seulement au Far West – est moins compliquée, brutale et éphémère qu’auparavant. Le libéralisme a toujours été une « aventure morale », selon l’expression préférée d’Adam Gopnik, car il cherche à rendre le monde « moins cruel » en « élargissant le droit d’accéder aux plaisirs et à des possibilités plus larges pour les autres », et réussit souvent.

Pour ceux d’entre nous qui ont grandi sous des dictatures, où des imbéciles pouvaient vous tirer du lit au milieu de la nuit, un tel fait semble trop évident. Maintenant, le rappel douloureux de Poutine de ce passé – pour quiconque a besoin d’un billet – est en train de remodeler la politique mondiale.

L’ancien président américain Donald Trump n’est pas le seul dirigeant populiste autoritaire à être gêné par ses liens avec le président russe Poutine. On peut trouver des politiciens qui se sont humiliés d’Ankara à Zagreb. Alors que la dirigeante française d’extrême droite Marine Le Pen se prépare à se présenter au premier tour de l’élection présidentielle française le 10 avril dans le but d’évincer le président sortant Emmanuel Macron, ses militants doivent rechercher frénétiquement – et tentent maintenant de nier – chaque mot inquiétant de Ils étaient autrefois les chefs des hommes forts du Kremlin.

Désormais, les politiques identitaires de division basées sur le sang et la terre seront clairement remises en question par le geste noble – et de plus en plus mondial – des politiques identitaires basées sur les valeurs libérales de liberté, de dignité et de respect des droits humains.

*Candidat président et ancien ministre des Finances du Chili, actuellement doyen de la School of Public Policy de la London School of Economics and Political Science.

Impression
E-mail




Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.