La catastrophe des conservateurs devrait être un récit édifiant pour les partis d’extrême droite européens – EURACTIV.fr

La chute des conservateurs britanniques montre que le gouvernement ne devrait pas accepter des réductions d’impôts non financées ou imiter les populistes pour attirer les partisans, écrit Carla Arts subiriens.

Carla Subirana Artus est économiste à Oxford Economics. Il a écrit à titre personnel.

Partout, les gens ont observé la catastrophe politique et économique en Grande-Bretagne au cours du mois dernier avec confusion et anxiété.

Après seulement 44 jours de travail, Liz Truss a été forcée de démissionner lorsque ses plans pour stimuler la croissance économique grâce à des réductions d’impôts non financées se sont retournés contre lui. Cependant, le poste de Premier ministre catastrophe de Truss devrait servir de récit édifiant aux partis d’extrême droite ailleurs en Europe pour deux raisons.

Premièrement, le renversement du Premier ministre britannique sert d’avertissement des dangers politiques qui attendent ceux qui envisagent d’abandonner la discipline budgétaire. Le gouvernement italien nouvellement élu semble avoir presque fait la même erreur, car le programme économique de Giorgia Meloni, soutenu par des baisses d’impôts pour stimuler la croissance, est très similaire à celui exprimé par Liz Truss.

Meloni, des Frères d’Italie d’extrême droite, a prêté serment en tant que Premier ministre vendredi dernier, le gouvernement étant soutenu par ses partenaires de coalition : la Liga Matteo Salvini et l’ancien Premier ministre de Forza Italia Silvio Berlusconi. Les réductions d’impôts pour les familles et les entreprises, y compris la baisse des taxes sur l’énergie, sont au cœur de la promesse électorale de Meloni, tandis que Salvini soutient l’élargissement du déficit et a poussé à étendre un régime fiscal fixe pour les travailleurs indépendants.

Les politiciens espagnols ont également un plan similaire et inquiétant. Alberto Núñez Feijóo, chef du Parti populaire (PP) de centre-droit, qui soutient avec enthousiasme le programme de réduction des impôts de Truss, a promis que s’il remporte les prochaines élections générales en 2023, il introduira une réduction de l’impôt sur le revenu des particuliers.

Il n’y a pas lieu de s’inquiéter de la viabilité budgétaire car le plan stimulera la croissance, et donc prélèvera des impôts, a déclaré José María Aznar, une figure du parti. Semble familier?

Alors que la dette publique de l’Italie et de l’Espagne en pourcentage du PIB est presque le double de celle du Royaume-Uni, et que les deux pays se dirigent vers la récession l’année prochaine selon le FMI, l’augmentation des déficits risque d’effrayer les investisseurs et d’augmenter les rendements obligataires et les taux d’intérêt. Cela pourrait également avoir de graves conséquences pour la zone euro.

Dans un avertissement clair au gouvernement italien nouvellement élu, Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne (BCE), a déclaré que la banque centrale n’utiliserait pas un programme d’achat d’obligations d’urgence pour renflouer les pays qui ont commis des « erreurs politiques ».

Une deuxième leçon que les partis de centre-droit à travers l’Europe peuvent apprendre des conservateurs britanniques est que copier le populisme pour attirer les partisans se termine rarement bien pour les modérés. Les conservateurs se déchirent depuis qu’ils ont chassé le parti populiste anti-UE Great Britain Independence Party (UKIP) en adoptant le Brexit, sa politique phare.

Partout en Europe, des partis populistes comme l’UKIP défient les politiciens modérés. Les conservateurs français ont lutté avec la montée du Rassemblement national d’extrême droite Marine Le Pen : Les Républicains ont obtenu de mauvais résultats lors de l’élection présidentielle d’avril et ont perdu près de la moitié de leurs sièges à l’Assemblée nationale en juin. Valérie Pécresse, qui a mené le parti aux élections, s’est vantée pendant la campagne de la nécessité « d’arrêter l’immigration incontrôlée », et a dénoncé Emmanuel Macron pour avoir permis aux athlètes de concourir en portant le foulard musulman.

Adoptant un ton nationaliste, il s’est aliéné les électeurs modérés, tandis que ceux de la droite du parti étaient harcelés par les politiques intransigeantes de Le Pen en matière d’immigration et d’ordre public. Il devient de plus en plus clair que si Les Républicains ne réussissent pas à rétablir une droite centrale crédible, il y a un risque que Le Pen gagne le pouvoir lors des prochaines élections.

Se réjouir du populisme entraîne également des frictions avec le centre du parti, projetant une image de fragmentation et de faiblesse. Le parti conservateur a été divisé avec des divisions : d’un côté, les centristes conservateurs, avec Rishi Sunak à leur tête, appellent à la discipline budgétaire, tandis que la droite, menée par Suella Braverman, veut se débarrasser du « verdissement » et  » travailleur », et parle de « rêve » de voir des vols de demandeurs d’asile envoyés au Rwanda.

Lors des élections législatives en Espagne, des frictions similaires ont éclaté au sein du PP. L’année dernière, Pablo Casado, un ancien dirigeant du PP, a été opposé à Isabel Díaz Ayuso, chef du gouvernement local de Madrid pour des allégations de corruption pour des contrats publics et a finalement démissionné.

La scission a été soutenue par des désaccords de longue date sur la façon de traiter avec Vox, un nouveau parti d’extrême droite : Casado a insisté sur le fait que son parti ne formerait pas de coalition avec Vox, tandis que Díaz Ayuso soutiendrait un tel arrangement. L’écart montre la faiblesse du PP alors qu’il lutte pour garder les électeurs attirés par le message populiste de Vox. Núñez Feijóo, le nouveau chef du parti, appartient au centre-droit modéré et pro-européen, mais sa politique de centre sera mise à l’épreuve par la nécessité de conclure un accord avec Vox.

Feijóo avait juré qu’il ne formerait pas de coalition avec Vox au niveau national, mais en février, Vox est entré au gouvernement régional pour la première fois en devenant un partenaire junior dans une coalition avec le PP en Castille-León. De plus, si son parti ne parvient pas à remporter la majorité aux élections de 2023, mais est en mesure de le faire avec le soutien de Vox, la stratégie de Feijóo sera très probablement de créer un gouvernement de coalition et d’essayer de contenir la droite dure tout en gouvernant de manière pragmatique.

Cependant, les exemples britannique et français devraient servir d’avertissement à PP. En se déplaçant vers la droite, les modérés légitiment les partis extrêmes, les poussant à des positions plus extrêmes dans des guerres d’enchères qu’ils ne peuvent pas gagner, comme en France. A son tour, l’exemple britannique nous montre que si les conservateurs parviennent à battre leurs nouveaux rivaux, cela crée des divisions irréconciliables au sein du parti.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *