Israël assouplit les restrictions de la loi sur l’avortement après Roe v. Patauger

Espace réservé lors du chargement de l’action de l’article

JERUSALEM — Israël a facilité l’accès aux avortements en réponse à la décision de la Cour suprême des États-Unis de les annuler Roe c. Pataugerune décision qui, selon le ministre de la Santé du pays, a fait reculer les droits des femmes pendant « une centaine d’années ».

La nouvelle politique, approuvée lundi à une large majorité dans les commissions parlementaires, donnera aux femmes l’accès aux pilules abortives via le système de santé universel d’Israël et exemptera les femmes de comparaître devant une commission spéciale, dont l’approbation est requise depuis des décennies pour l’interruption de grossesse.

La commission, composée d’une assistante sociale et de deux médecins, ne sera pas dissoute, mais examinera les candidatures par voie numérique et ne conduira des auditions que dans de très rares cas qui refuseraient initialement la procédure. Les changements entreront en vigueur au cours des trois prochains mois.

La décision américaine sur l’avortement suscite les acclamations et l’horreur à l’étranger

Le ministre de la Santé Nitzan Horowitz, chef du petit parti israélien de gauche Meretz, a déclaré lundi que la décision américaine d’annuler Roe c. Patauger viole les droits humains des femmes et ces réformes garantiront qu’Israël ne suivra pas cet exemple.

« La décision de la Cour suprême des États-Unis de refuser aux femmes le droit à leur corps est une décision sombre », a déclaré Horowitz dans un communiqué. « Nous sommes ailleurs, et nous avons fait un grand pas dans la bonne direction aujourd’hui. »

Les dirigeants mondiaux de tous les horizons politiques ont qualifié les États-Unis de récit édifiant sur la façon dont les droits fondamentaux peuvent être perdus. Le Premier ministre canadien de centre-gauche Justin Trudeau a tweeté que la décision était « terrible ». Le Premier ministre britannique d’extrême droite, Boris Johnson, a déclaré que cela « avait certainement un impact énorme sur la pensée des gens dans le monde » et l’a qualifié de « énorme pas en arrière ».

En France, la Première ministre Elisabeth Borne a déclaré samedi qu’elle soutenait un projet de loi proposé par les législateurs pour inscrire le droit des femmes à l’avortement dans la Constitution. « Pour toutes les femmes, pour les droits humains, nous devons graver ce droit », a-t-elle écrit sur Twitter.

Les réformes d’Israël ont permis aux femmes, pour la première fois, de se faire avorter dans des centres de santé locaux, plutôt que dans des hôpitaux ou des cliniques chirurgicales.

6 conclusions de l’avis de la Cour suprême mettant fin à Roe v. Patauger

La loi israélienne de 1977 sur l’avortement stipule quatre critères d’interruption de grossesse : si la femme a moins de 18 ans ou plus de 40 ans ; si le fœtus est en danger; si la grossesse est le résultat d’un viol, d’un inceste ou d’un « mariage illégal », y compris l’infidélité ; et si la santé mentale ou physique de la femme est menacée.

Environ 98% de ceux qui demandent un avortement en reçoivent un, selon le Bureau central des statistiques d’Israël.

Mais l’obligation de se présenter d’abord devant un comité gouvernemental qui a été influencé pendant des décennies par des politiciens ultra-orthodoxes a longtemps suscité un malaise parmi le public israélien en grande partie non-orthodoxe, qui pendant des années n’apprécie pas la domination conservatrice sur des questions telles que l’accouchement, le divorce, le mariage. et d’autres aspects du droit de la famille.

Horowitz, le ministre de la Santé, a déclaré que les questionnaires que les femmes ont soumis avant de comparaître devant le comité étaient remplis de questions « humiliantes » et « chauvines » telles que : « Pourquoi n’utilisez-vous pas de méthode contraceptive ? »

« Des questions qui ne regardent personne, certainement pas celles de l’État », a déclaré Horowitz. « Il est clair qu’ils ont été écrits avec la vision chauvine que le jugement d’une femme n’est pas fiable. »

L’avortement est depuis longtemps largement disponible et n’a jamais été un sujet brûlant en Israël. Les politiciens ultra-orthodoxes qui s’y opposent ont également historiquement adhéré à la norme légale juive, ou Halakha, qui n’interdit ni ne tolère la pratique.

La loi juive accorde généralement la priorité à la santé – physique et psychologique – de la mère et varie considérablement dans la classification du fœtus comme vie humaine, la plupart des rabbins convenant que les 40 premiers jours correspondent au « cycle menstruel », a déclaré Yuval Cherlow, un rabbin et directeur du Centre Tzohar pour l’éthique juive.

Cherlow a déclaré que les nouvelles réglementations, bien que divergentes du passé, étaient toujours « conformes au cadre halakhique ».

Mais les défenseurs des droits à l’avortement craignent que le développement ne soit inversé, étant donné les bouleversements politiques en cours dans l’état d’Israël. Le pays se prépare pour sa cinquième élection en moins de quatre ans, avec l’ancien Premier ministre d’extrême droite Benjamin Netanyahu, qui a gouverné pendant 15 ans avec un fort soutien des partis ultra-orthodoxes, complotant pour revenir.

La base de Netanyahu a inclus des politiciens ultra-orthodoxes et des dirigeants communautaires qui, dans un geste rare en Israël, ont comparé l’avortement à un meurtre.

La Cour suprême a transformé les États-Unis en récit édifiant

Daphna Hacker, professeur d’études féminines et de genre à l’Université de Tel Aviv, a déclaré que les défenseurs de l’accès à l’avortement sont conscients qu’une élection générale prévue en novembre pourrait ramener les politiciens les plus conservateurs d’Israël au gouvernement et risque d’exacerber une crise d’identité nationale qui dure depuis des décennies. et les juifs israéliens — mettant les droits des femmes dans le collimateur.

« D’une part, Israël, en tant que l’un des premiers pays au monde, offre l’égalité aux femmes », a-t-il déclaré. « Mais c’est le même pays où la plupart des lois du pays datent de 2 000 ans. Ce dilemme est dans notre ADN.

Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.