Invitation de Macron à l’ambassadeur d’Algérie et aucune confirmation de sa participation ! – Lever du soleil en ligne

Pour commémorer le 19 mars, l’Elysée a refusé de décrire la célébration

Le président français Emmanuel Macron a décidé d’organiser des célébrations ce samedi au palais présidentiel français, en commémoration du 60e anniversaire de la signature des accords d’Evian, qui tombe le 19 mars de chaque année, qui a établi une trêve entre le Parti de l’Armée de libération nationale et le Armée d’occupation française, au milieu des conflits de la France La France concernant l’évaluation de l’accord.

Cette mise en garde, a indiqué la présidence française, a été faite à la lumière de la volonté de Paris d’apaiser la « guerre de la mémoire », qui fait rage entre les deux pays depuis des décennies, et qui s’est envenimée ces dernières années à cause de certaines déclarations et pratiques. de la part de la France, qu’elle juge irresponsable et non autorisée par la partie algérienne. .

La présidence française a déclaré que commémorer cet anniversaire ne signifiait pas le célébrer, afin d’éviter d’être entraînée dans la sensibilité de la polémique mémorielle qui fait rage entre les milieux politiques en France, notamment entre les « gaullistes » par rapport au général de Gaulle, et entre milieux de droite et milieux de droite, les partisans extrémistes de « l’Algérie française », menés par leur groupe pied-noir et centenaire (colon), qui accusaient de Gaulle de négliger l’Algérie.

Macron craint un dérapage à l’occasion de cette fête d’anniversaire en termes de mémoire, qui affectera son parcours à l’élection présidentielle, dont il est considéré comme l’un des principaux chevaliers, et qui se tient dans moins d’un mois. , sachant que la jambe noire et le « colon » résistaient coûte que coûte face aux négociations menées par le général de Gaulle avec le gouvernement provisoire de l’Algérie, qui aboutirent à la signature du traité d’Evian le 18 mars 1962, qui marqua la fin fin de la « guerre d’Algérie 1954/1962 », comme l’appellent les Français.

Présence de militaires français, de militants et de combattants de la liberté

Les opposants à cette célébration ou commémoration ont accusé les autorités françaises de l’époque, dirigées par le général de Gaulle, d’avoir gardé le silence sur les opérations violentes qui ont eu lieu après le 19 mars 1962 et même la période après que des milliers de colons ont rejoint la France, et c’était la base pour leur rejet de cette célébration, ce qui a poussé la présidence française à souligner que ce que l’Elysée accueille ce samedi est un « réveil, pas une fête ».

Les festivités se sont poursuivies de midi à 13h30, et la présidence française souhaite inviter ceux qui ont participé à la commémoration de la guerre d’Algérie, que Paris n’a reconnue comme guerre qu’en 1999, parmi les recrues françaises et les recrutés. qui s’est battu pour l’indépendance de l’Algérie (…), Kinetic et jambes noires.

En revanche, le président français a invité l’ambassadeur d’Algérie à Paris, Mohamed Antar Daoud, alors qu’il ne savait pas s’il accepterait ou non l’invitation. La cérémonie se déroulera en présence de la ministre des Armées françaises Florence Barry, du chef d’état-major des armées françaises Thierry Bercard et du maire de Montpellier Michael Delavos, ville qui accueillera le projet de musée d’histoire française et algérienne.

Selon l’Agence de presse française, ce mémorial a pour but d’apaiser la guerre de la mémoire entre l’Algérie et son ancienne colonie, et il s’inscrit dans le cadre des précédentes initiatives prises par le président français, comme la reconnaissance de la responsabilité des Français Etat. dans la liquidation d’Ali Boumnengel, avocat de la révolution, et de l’universitaire Maurice Audan, qui ont défendu A propos de la révolution, et demandé pardon à leurs familles.

Cependant, cette initiative n’a pas rencontré la réponse attendue du côté algérien, qui a estimé que tout mouvement de Paris dans ce sens ne signifierait pas l’apologie des crimes du passé colonial et la compensation des dommages restés en deçà du niveau requis. Néanmoins, Paris maintient une politique de coup de main, a précisé l’Elysée.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.