Inquiétudes en matière de droits concernant l’expulsion par la France de réfugiés non européens pour protéger les citoyens ukrainiens

Genève – Safa

Mardi, l’Observatoire euro-méditerranéen des droits de l’homme s’est dit préoccupé par les informations faisant état de l’expulsion de réfugiés non européens des refuges en France et en Allemagne pour les remplacer par des réfugiés ukrainiens, qualifiant cette décision de « raciste et inhumaine ».

Dans un communiqué de presse, l’Observatoire euro-méditerranéen a déclaré avoir vu des informations selon lesquelles les régions « Essonne » et « Bantin » en France avaient décidé d’expulser les réfugiés non européens des abris pour faire de la place aux réfugiés ukrainiens.

Des rapports indiquent que 50 réfugiés de Guinée, du Mali et d’Afghanistan ont été immédiatement expulsés du centre d’hébergement où ils vivent dans la région « Eson », pour être remplacés par des réfugiés ukrainiens.

Les jeunes qui ont été avisés, dont certains étaient mineurs, ont déclaré que les expulser du refuge menacerait leur sécurité et leur santé mentale, les priverait des activités éducatives auxquelles ils ont participé et se retrouveraient dans la rue sans domicile, selon Euro- Moniteur médical. .

L’Observatoire a souligné que l’incident s’est produit peu de temps après que 60 Afghans ont été expulsés de leurs abris à l’hôtel Ibis de Pantin, en France, pour accueillir des réfugiés ukrainiens.

Il a souligné que la même politique a été répétée en Allemagne, car de nombreux demandeurs d’asile, y compris des familles entières, ont été retirés des centres d’hébergement pour remplacer les réfugiés ukrainiens, sans leur permettre de s’opposer à la décision, alors que de nombreux demandeurs d’asile étaient pour la plupart non européens. ils se sont plaints que la maison alternative qu’ils ont reçue était plus petite et éloignée de l’école de leurs enfants, tandis qu’une famille a affirmé être dispersée et divisée en deux maisons.

Euro-Med souligne que les réfugiés ukrainiens méritent la protection offerte par la Charte de l’UE et le droit international humanitaire, y compris le logement et l’abri, mais cela ne doit pas se faire au détriment d’autres groupes vulnérables, en particulier les demandeurs d’asile et les jeunes qui ont un besoin urgent d’abri. .

Le directeur de l’Observatoire euro-méditerranéen, Rami Abdo, a déclaré que « rien ne justifie de traiter certains réfugiés ou demandeurs d’asile comme méritant plus d’être hébergés que d’autres ».

Il a déclaré que « rendre certains groupes vulnérables sans abri ou déplacés de force pour faire place aux réfugiés ukrainiens expose des politiques discriminatoires qui violent la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, en particulier le droit à un logement convenable, ainsi que l’article 31 de la Charte sociale européenne. « 

L’Observatoire Euro-Méditerranéen a appelé les autorités françaises à annuler immédiatement l’expulsion des réfugiés dans l’Essonne et Banten. Il a également appelé les autorités allemandes à reconsidérer la politique de transfert des demandeurs d’asile vers des centres d’accueil et à garantir un logement adéquat aux réfugiés ukrainiens sans compromis. les droits des autres.

un J

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.