Il menace d’agir unilatéralement si Paris ne répond pas… Le Mali exige une révision de son accord de coopération militaire avec la France, et la France veut réagir | nouvelles politiques

Durée de la vidéo 03 minutes 00 secondes

Le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, a déclaré que son pays avait demandé une révision immédiate de l’accord de coopération en matière de défense et de sécurité avec la France, laissant entendre qu’une action unilatérale serait prise si Paris ne répondait pas à cela.

Le ministre a ajouté que les dispositions de l’accord actuel relatives à la défense contiennent certaines dispositions contraires à la constitution et à la souveraineté du Mali, notant que le Mali attend une réponse rapide de la France, et que Paris prendra ses responsabilités si cette réponse est correcte. . n’est pas venu et que son pays assumerait ses responsabilités à cet égard.

Causes de tension entre les deux pays

Dans une autre déclaration, le ministre malien des Affaires étrangères, Abdoulaye Diop, a déclaré que les tensions entre Paris et Bamako étaient dues au fait que la junte militaire malienne « nuisait » délibérément aux intérêts français en excluant les élections de février.

Il a ajouté que les partisans de l’élection du 27 février, initialement prévue, souhaitaient que « les mêmes personnes reviennent au pouvoir ».

Diop a critiqué les récentes critiques de la France à l’encontre du conseil militaire, « tout cela parce que nous avons nui à leurs intérêts ».

Dans un clip vidéo confirmé dimanche par les autorités maliennes, le ministre a accusé la France d’avoir accueilli les coups d’État dans le passé, déclarant : « La France, qui dit défendre la démocratie, se rend dans un autre pays et nomme le président qui a perpétré le coup d’État ».

Les relations entre la France et son ancienne colonie sont tendues depuis que l’armée a pris le pouvoir à Bamako en août 2020.

réponse française

D’autre part, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a accusé la société russe Wagner de piller les richesses minières du Mali.

Le ministre français des Affaires étrangères a révélé que Paris discutait avec ses alliés des mesures nécessaires pour répondre à la nouvelle situation dans la région.

Le Drian a confirmé la poursuite de la guerre contre les groupes armés au Sahel, accusant les membres du groupe russe Wagner stationnés au Mali de piller les ressources minérales du pays, en échange de la protection du conseil militaire au pouvoir.

Dans d’autres commentaires, Le Drian a déclaré cette semaine que le conseil militaire du Mali était « illégitime et prenait des mesures irresponsables ». Diop a répondu dans la vidéo qu’en reportant l’élection, le Mali « voulait construire quelque chose de solide pour demain et après-demain ».

La ministre française des Armées, Florence Parly, a déclaré que la présence militaire française au Mali ne peut en aucun cas être poursuivie.

Il y a six mois, la France a commencé à réorganiser sa présence militaire au Mali et s’est retirée de trois de ses bases dans l’extrême nord.

En janvier, les tensions se sont intensifiées lorsque la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest a imposé des sanctions sévères, fermé la frontière avec le Mali et imposé un embargo sur le pays.

protestation populaire

Dans le même contexte, des manifestations devraient avoir lieu aujourd’hui à Niamey, la capitale du Niger, pour exiger l’évacuation des troupes françaises.

Hier, la capitale du Mali, Bamako, a été témoin de manifestations contre la présence de la France dans le pays.

Les manifestants ont exigé la fin de ce qu’ils ont qualifié d’occupation de leur pays et ont scandé des slogans contre la politique française et en faveur de la coopération avec la Russie.

En revanche, l’état-major de l’armée française a annoncé dimanche la mort de 60 jihadistes dans le nord du Burkina Faso, dans une opération menée par les forces locales avec le soutien d’unités françaises affiliées à l’opération Barkhane.

« A 4 reprises, entre le 16 et le 23 janvier 2022, les troupes burkinabé et les unités de Barkhane ont trouvé et neutralisé divers groupes terroristes », a indiqué l’état-major général, notant qu' »au total 60 terroristes ont été tués ».

Présence de la France et de la Russie

La présence d’urgence de la Russie dans la région du Sahel en Afrique a perturbé la France, puissance coloniale historique, qui maintenait une importante présence militaire dans la région.

L’an dernier, Paris avait annoncé son intention de réduire ses forces dans la région du Sahel, estimées à 5 000 hommes, d’ici l’été 2021, et ce nombre sera réduit à environ 3 000 d’ici l’été prochain.

Il existe également une présence de l’armée de l’air française sous forme d’avions de combat, de marches et d’hélicoptères dans un certain nombre de pays du Sahel.

La présence française au Mali est la plus importante et la plus répandue, et se concentre dans les villes de Kidal, Ghawa et Tessalit au nord du pays et Gossi au centre.

Au Burkina Faso, les forces spéciales françaises sont stationnées sur une base aérienne de la capitale, Ouagadougou.

Quant aux combattants du groupe russe Wagner, selon le journal britannique The Times, environ 1 000 combattants sont actuellement au Mali dans le cadre d’un accord avec le gouvernement, alors que le total des éléments de ce groupe en Afrique est estimé à 10 000 qui sont répartis dans divers pays, dont la République centrafricaine, le Soudan et le Mozambique, ont signé cette année des contrats avec les gouvernements éthiopien et nigérian.

Alors que la nature de la concentration de ces troupes, leurs effectifs et leurs points dans les pays africains, le journal français « Le Monde » a également évoqué les combattants wagnériens au Mali, et a indiqué qu’ils étaient estimés à 300 à 350 combattants.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.