Il expulse son ambassadeur et s’engage dans une confrontation avec lui. | nouvelles politiques

L’ambassadeur de France à Bamako, Joël Mayer, a quitté le Mali, expulsé après que le chef du coup d’État militaire au Mali, Asmi Gueta, lui a donné 72 heures pour quitter le pays, dans une très mauvaise évolution des relations entre la France et son ancienne colonie, qui a porté pendant des décennies le nom de « Soudan français ».

Les nouveaux dirigeants de Bamako ont rompu avec la garde française et ont changé le ton de la rhétorique pour exiger une révision des traités historiques avec la France, qu’ils considèrent comme réduisant considérablement la souveraineté du Mali.

Il n’y a pas de précédent à ce mouvement dans l’histoire des relations entre la France et le Mali, et il n’y en a pas non plus dans la région ouest-africaine, où la France – pour l’essentiel – s’est appuyée sur ses décisions politiques et sa fortune pendant des décennies. , selon certains de ses fils, mais il est cohérent avec une vague généralisée de colère populaire contre la France, que certains Maliens appellent le « Grand Satan ».

Le nouveau Mali est basé sur « l’enthousiasme brûlant » de la jeune génération militaire qui a renversé l’ancien président Ibrahim Abu Bakr Keita et s’est lancé dans des enjeux internationaux et politiques controversés, au milieu d’une violente tempête diplomatique et politique.

Le chef de la diplomatie financière, Abdallah Diop, a choisi d’informer l’ambassadeur de France en personne, alors il l’a convoqué à son bureau et lui a demandé de faire ses valises et de se préparer à quitter le Mali dans les 72 heures, en réponse aux déclarations du ministre français des Affaires étrangères Jean- Yves Le Drian dans laquelle il a déclaré que le conseil militaire au Mali était « illégal et a pris des mesures irresponsables », et une autre déclaration de la ministre française des Armées, Florence Parly, dans laquelle il a souligné que la présence militaire de la France au Mali pouvait être interrompue dans n’importe quelles circonstances.

Fureur africaine sous le toit du mécontentement et de la concurrence

La décision d’expulser l’ambassadeur de France intervient dans un contexte de colère et de griefs politiques et populaires généralisés contre la France, qui porte une responsabilité historique et réaliste aux yeux de nombreux Africains dans la crise politique, sécuritaire et économique du continent. en particulier dans la région du franc CFA de l’Afrique de l’Ouest et du Centre, en plus du pillage direct des richesses africaines dans diverses régions, notamment à l’ouest du continent, ont-ils déclaré.

L’intensité de la colère africaine envers Paris s’est accrue avec l’échec croissant de l’établissement de la paix et de la sécurité dans la région du Sahel, dont les terres et l’espace sont explorés par les bataillons et les avions de l’armée française, qui mènent plus d’une opération militaire dans l’ouest et le centre de le continent.

En plus d’une colère croissante envers Paris, elle fait également face à une concurrence internationale croissante, notamment de la Russie, de la Chine et de la Turquie, ainsi qu’à la rivalité traditionnelle entre Paris et Washington pour l’influence et les sources de richesse sur le continent brun.

De la tension à l’isolement. Qui en paiera le prix ?

Le cours de la tension entre la France et les putschistes financiers remonte aux premiers jours du renversement d’Ibrahim Abu Bakar Keita. Les nouveaux visages qui sont entrés dans le cockpit n’étaient pas affiliés à la France, mais la plupart d’entre eux venaient d’un stage en Russie qui, il n’y a pas si longtemps, après quelques mois, est devenu l’un des acteurs internationaux les plus importants au Mali et est devenu le centre d’intérêt de toutes discussions.

La France a essayé de faire face au fait accompli, d’autant plus que les coups d’État en Afrique étaient une partie familière des agendas de Paris, mais il n’était pas rare que des coups d’État soient menés sans coordination avec eux.

Les dirigeants de Bamako se sont détournés de l’étreinte de la France pour la Russie et ont conclu un accord inopiné qui permettrait le déploiement des troupes russes de Wagner au Mali, selon un communiqué occidental.

La réponse de la France et de ses alliés dans la région ne s’est pas fait attendre, car la menace de sanctions s’est transformée en leur déclenchement effectif, notamment la Communauté économique de l’Afrique de l’Ouest, qui a décidé de bloquer le Mali et de fermer ses frontières et son espace aérien, que la France a rapidement bénis et le Les pays de l’Union européenne ont commencé à agir en conséquence.

La France possède de nombreuses cartes d’influence au Mali, dont, par exemple :

Présence militaire sur le terrain, Où des milliers de soldats français sont déployés dans divers pays maliens, en plus d’un réseau de renseignement qui accroît la présence militaire.

Relation étroite avec l’élite publique du pays, Surtout dans les domaines de la politique, de la sécurité, de la finance et des affaires, où la France reste la destination de formation la plus importante pour l’élite financière.

Relation forte et influente avec de nombreux mouvements Opposition politique et armée au gouvernement central du Mali.

Forte influence dans plusieurs pays voisinsnotamment les pays de l’Organisation économique ouest-africaine.

Ce document renforce la capacité de la France à « interférer » avec la junte militaire au pouvoir au Mali et affaiblit son intention d’étendre le contrôle sur toutes les terres du Mali.

La France..options limitées face à la colère croissante

Malgré les nombreux journaux que la France possède traditionnellement au Mali, elle semble à ce stade avoir des options limitées pour faire face à ce que certains ont décrit comme des insultes ou des gifles par les putschistes maliens, d’autant plus que les décisions financières interviennent au milieu des préparatifs. pour l’élection présidentielle imminente en France, qui imposera un niveau d’attente avant de franchir le pas décisif, parmi les plus en vue de ces options :

Escalade et confrontation En répondant favorablement et en expulsant l’ambassadeur malien, et en déclarant une scission avec Bamako, avec un retrait complet des troupes et des officiels maliens, et en permettant aux nouvelles autorités maliennes de faire face aux foudres des rebelles et des islamistes armés, cette option semble peu probable, car Paris est enlisé dans la boue des finances depuis un certain temps, et les perspectives économiques et sécuritaires de sa présence au Mali l’ont contraint à gérer la situation ou la relative flexion de la tempête.

Pressions politiques et économiques continues : Cela se fait par l’intermédiaire de l’Organisation économique des États de l’Afrique de l’Ouest, de l’Union européenne et d’autres en pariant sur le moment et l’épuisement de la capacité du système financier à faire face à l’embargo.

Dialogue avec les révolutionnaires : Directement ou par l’intermédiaire de médiateurs, la France dispose de plusieurs canaux de dialogue avec les putschistes à travers la Mauritanie, le Sénégal et le Maroc, et cette option semble peu probable, car elle pourrait contribuer à apaiser les tensions et à maintenir la France à un niveau d’importance acceptable. sur le continent.

Pousser à un nouveau coup d’État militaire : A travers les nombreux bras de l’armée et des régies financières, le choix s’inscrit dans la littérature traditionnelle française de la région, selon les observateurs des questions africaines, et il n’est pas exclu que Paris le propose si la rapidité de l’escalade et des décisions unilatérales des Les dirigeants de Bamako sont accélérés face aux alliés traditionnels et aux anciens colonisateurs (français).

Option gouvernementale malienne

Quant au gouvernement malien, qui a bénéficié d’une colère populaire croissante au Mali contre la France et sa présence militaire, qui a passé plus de 9 ans sans parvenir au calme et à la paix sur le terrain, il a une carte intérieure et un large soutien populaire. , ainsi que la carte arrière russe, qui représente un lien fort, efficace et prudent. Consolider sa présence sur le littoral.

Ceci couplé à la vague de coups d’État africains, qui a renforcé la position du coup d’État malien et a démontré la contradiction de la France dans la distinction entre le coup d’État malien et les coups d’État guinéen et burkinabé.

La présence de l’échiquier politique français en état de mobilisation électorale empêche de prendre une décision décisive et définitive contre le Mali, et constituera également une opportunité importante pour les putschistes d’accélérer et de consolider leur présence et d’autres enjeux internationaux.

Alors comment?

Il est difficile de prédire sa prochaine décision, d’autant plus que le plafond d’un nouveau dirigeant au Mali s’élève à chaque nouvelle étape, puisqu’il passe de l’exigence d’une révision des accords conclus entre les deux pays pendant les années d’indépendance à l’expulsion de l’ambassadeur de France. . et indiquer le degré d’aliénation.

Bien sûr, le retour de l’ambassadeur de France ne sera pas imminent, et ce sera – s’il se produit – à la suite de négociations difficiles entre les deux parties ou d’un changement radical de position et de position, sinon à cause de la France . un coup d’État mené par des supporters parisiens au Mali contre des supporters moscovites.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.