I Watch demande à Boden d’arrêter de traiter avec le composé français ‘Perenco’

L’organisation I Watch a appelé le Premier ministre Najla Boden à cesser de traiter avec l’entreprise française « Perenco », étant donné les graves dommages environnementaux que les pratiques de cette entreprise causeraient et nuiraient à la Tunisie, ce qui aurait un impact sur la santé des citoyens et priverait les générations futures de leur droit à un environnement sûr et sain, et à la lumière de la catastrophe et des atteintes à l’environnement qu’elle a provoquées dans de nombreux pays, en plus des pannes et incertitudes connues des transactions financières de cette entreprise, selon le texte d’un communiqué publié par l’organisation samedi soir .

Hier, François Perodeau, président de la Congrégation française ‘Perenco’, a déclaré La volonté de l’association d’étendre son investissement en Tunisie En quatre ans, le montant était d’environ 380 millions de dollars, lorsqu’il a été accepté par le premier ministre.

L’organisation s’étonne : « Boden accepte cette entreprise comme s’il ignorait sa mauvaise réputation et ses antécédents d’abus en Tunisie, notamment dans les zones tribales, d’autant plus que ces abus sont documentés par les agences étatiques et les tribunaux tunisiens ».

Je mets en garde contre la poursuite de projets futurs, selon ce qui est indiqué dans la déclaration de la présidence du gouvernement, qui pourraient être plus nocifs pour l’environnement et les personnes.

Et il a jugé que ce que le Premier ministre a fait hier n’était rien d’autre qu’une continuation de la politique d’avant le 25 juillet qui établissait l’impunité, selon le texte du communiqué d’I Watch.

Ci-dessous le texte de la déclaration :

Déclaration | Première ministre Najla Boden : poursuivre les politiques avant le 25 juillet et perpétuer l’impunité
Samedi 26 mars 2022, le Chef du Gouvernement a reçu au Palais du Gouvernement à la Kasbah une délégation de la société « Perenco », conduite par le président du conglomérat François Perrodo, société active dans l’extraction des hydrocarbures appartenant à un des familles françaises les plus riches : la famille Perrodos.
En août 2018, I Watch et Avocats sans frontières ont déposé une plainte contre Perenco, une société constituée dans la région de Kebili dans le sud du pays, auprès du point de contact de la France avec l’Organisation de coopération et de développement, concernant les violations environnementales flagrantes commis par cela. l’entreprise, en plus du manque de transparence financière et fiscale par rapport à ses opérations en Tunisie.
Une enquête d’instruction en 2013 a révélé des malversations financières et des soupçons de fraude et de corruption commis par cette société lors de sa présence en Tunisie, ce qui a été confirmé par le vingt-huitième rapport annuel de la Cour des comptes en 2014, qui traitait de violations et d’une absence totale de transparence, qui a conduit à la société cela échappe à la punition. Par ailleurs, la société a réalisé en 2010 des opérations d’exploration de gaz de schiste en Tunisie en dehors du cadre légal applicable.
Là où l’entreprise est connue pour son impunité dans d’autres pays et pour ses pratiques inhumaines et préjudiciables à l’environnement et à la santé humaine sur le continent africain, comme en République démocratique du Congo, où la Chambre des représentants du Congo l’a accusée de pratiques inhumaines et pratiques dangereuses. sur l’environnement qui affecte la santé des citoyens, en plus d’autres pays comme le Guatemala, l’Équateur et le Venezuela.
En Équateur, par exemple, le gouvernement a accusé une entreprise française d’avoir causé une catastrophe environnementale dans la forêt amazonienne et a exigé une indemnisation pour des pertes estimées à -2,5 milliards de dollars américains. En 2018, un tribunal de Floride a accusé Perenco d’avoir soudoyé un employé vénézuélien pour 3 millions de dollars afin d’obtenir des concessions. Il y a environ deux semaines, la Cour de cassation française a statué contre Perenco que des associations françaises avaient accès à des documents internes détenus par une entreprise pour déterminer leur rôle dans des activités préjudiciables à l’environnement en République démocratique du Congo.
La société sait également que la plupart de ses opérations financières et administratives sont souvent gérées par des sociétés écrans dans des pays classés comme « paradis fiscaux » tels que les îles Vierges, les Bermudes et les Bahamas.
* Au vu des coûts et coûts de la pratique par cette société en Tunisie de graves atteintes à l’environnement qui se répercutent sur la santé des citoyens et privant les générations futures du droit à un environnement sain, et au regard des catastrophes et atteintes à l’environnement que la Société a causé dans de nombreux pays, en plus du black-out connu des transactions financières de la société Foggy’s, I Watch a interpellé le Premier ministre, Mme. Naglaa Boden, de cesser de traiter avec la société « Perenco ».
* L’organisation est également consternée par l’acceptation par le Premier ministre de cette entreprise, comme ignorant sa mauvaise réputation et son historique d’exactions en Tunisie, notamment dans les zones tribales, d’autant plus que ces violations sont documentées par les institutions étatiques et par la justice tunisienne.
* L’organisation met également en garde contre la poursuite de projets futurs, selon ce qui est indiqué dans la déclaration de la présidence du gouvernement, qui pourraient être plus nocifs pour l’environnement et les personnes. Il a estimé que ce que le Premier ministre a fait aujourd’hui n’était que la continuation de la politique d’avant le 25 juillet qui stipulait l’impunité.

Rochelle Samuel

"Un fauteur de troubles incurable. Praticien de la télévision. Évangéliste de Twitter subtilement charmant. Entrepreneur de toujours."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.