Groupe de soutien aux réfugiés travaillant avec une startup technologique sur un système de signalement

Le Humans for Rights Network (HfRN) s’est associé à la start-up universitaire « slow technology » The Whistle pour créer un système de signalement numérique permettant aux réfugiés de documenter les violations des droits humains à leur encontre, en utilisant un processus de conception itératif pour garantir le respect des besoins des personnes déjà vulnérables. et se rencontrer.

Basée à l’Université de Cambridge, The Whistle est une startup universitaire qui développe des outils numériques pour aider à connecter les témoins de violations des droits humains avec des organisations de défense comme HfRN.

En tant que start-up de technologie lente autoproclamée, la société rejette explicitement le mantra « avancer vite et détruire » de la Silicon Valley, optant plutôt pour développer sa technologie grâce à une collaboration directe et étendue avec les communautés et les groupes concernés.

« Il n’y a pas d’urgence à casser quelque chose ou à construire quelque chose », déclare Ella McPherson, fondatrice et dirigeante de The Whistle. « Il s’agit plutôt de faire un grand nombre d’itérations avec les communautés avec lesquelles nous travaillons. Ce que nous essayons de faire, c’est de collaborer avec des personnes travaillant à la base sur des questions où elles font pression pour la responsabilité, le changement social et la justice, et elles veulent plus de preuves ou plus de données pour soutenir cette volonté. »

Selon la fondatrice de HfRN, Maddie Harris, les deux organisations se sont connectées pour la première fois en 2018 après son retour d’un travail d’aide aux réfugiés dans le nord de la France, où elle a été témoin d’atteintes aux droits humains « chaque jour ».

Développer un système de reporting

S’adressant à Computer Weekly, Harris a déclaré que, sur la base de ce qu’il a vécu dans les camps de réfugiés français, il existe un besoin évident de mécanismes de signalement « vraiment accessibles » qui permettent aux gens de documenter les violations des droits humains dont ils ont été témoins ou victimes.

« L’accès au signalement est très limité et dépend souvent, voire pas du tout, de bénévoles ou d’organisations, mais bien sûr, d’après mon expérience, il n’y a pas de véritable implication proactive des individus », a-t-il déclaré. « Ce qui a tendance à se produire, c’est que les gens arrivent à une situation, parlent à quelques personnes, recueillent des témoignages et produisent un rapport plus instantané à temps. »

Harris a ajouté que si la plupart des gens ont des téléphones portables et sont capables de rassembler eux-mêmes des preuves d’abus, un « mécanisme de signalement direct entre les mains des gens » est nécessaire pour s’assurer que quelque chose est réellement fait.

« Il s’agit de ce que vous faites avec les informations une fois que vous les avez collectées – à qui les envoyez-vous? » elle dit. « Qui t’écoutera ? Qui va faire quelque chose ? Ce qui peut être fait? Qu’est-ce qu’il est important de savoir lors de la collecte ? »

Harris a ajouté que l’outil de signalement en cours de développement sera également complété par un module de formation, qui comprendra des informations sur la façon de recueillir des preuves, de maintenir la sécurité, de mener des entretiens, de témoigner, etc.

« Je pense que l’aspect le plus important, certainement pour moi, est l’idée qu’en utilisant un téléphone portable, quelqu’un qui cherche à se protéger peut, en utilisant SMS ou WhatsApp, nous donner des preuves et présenter une sorte de témoignage », a-t-il déclaré.

Cet outil pourra également être utilisé par d’autres organisations et individus extérieurs au HfRN pour recueillir des preuves pour leur propre travail de plaidoyer. Harris a déclaré qu’ils recevraient une formation sur la façon d’utiliser le système.

McPherson a ajouté que l’objectif principal du cycle de développement jusqu’à présent a été de découvrir exactement ce dont les réfugiés ont besoin et ce qu’ils veulent d’un tel système. « Penser à quelles données les gens veulent, pas seulement ce dont les autorités ont besoin, mais ce que les gens veulent, quelles données leur sont utiles ? » elle dit. « Et de quelles données ont-ils besoin ?

En ce qui concerne la décision d’utiliser certaines technologies de messagerie, telles que les SMS ou WhatsApp plutôt que d’autres, McPherson a déclaré que consulter les réfugiés et découvrir leurs habitudes technologiques était essentiel, car différents groupes ont différentes façons de communiquer, et cela n’a pas de sens. demander aux gens de faire quelque chose qu’ils ne feraient pas normalement.

Harris a ajouté, par exemple, que bien que le système initial était presque entièrement basé sur les SMS, il ne tenait pas compte de la situation pratique à laquelle de nombreux réfugiés sont confrontés. « La plupart des gens n’ont pas ou n’ont pas de soutien financier, et le crédit téléphonique est un vrai problème.

Néanmoins, de nombreux réfugiés auront accès au Wi-Fi, que ce soit via les logements qu’ils parviennent à trouver, les bibliothèques locales ou d’autres institutions publiques, et dans les camps où les organisations bénévoles viendront installer des points Wi-Fi mobiles, a déclaré Harris, a ajouté : « Comprendre comment les gens communiquent est la clé. »

McPherson a déclaré que le projet avait reçu une subvention du Conseil de la recherche économique et sociale du Royaume-Uni (ESRC). Compte d’accélération de l’impact en novembre 2021, qui consiste «à avoir des partenariats de recherche qui ont un impact dans le monde réel et pas seulement à rester dans l’académie, et, d’ailleurs, à développer spécifiquement des chatbots avec HfRN».

Itération en action

En plus de créer un système de signalement pour fournir des informations aux organisations de défense, HfRN et The Whistle ont également développé un moyen de transmettre des informations aux réfugiés, après avoir travaillé avec les personnes concernées et les experts sur le terrain en soulignant le « désert d’informations » que vivent les réfugiés. traiter de tout, de l’éducation et des soins médicaux aux détails de la procédure d’asile.

« Nous avons réalisé qu’une autre chose qui était vraiment importante était ce vide d’informations, alors nous en sommes maintenant au stade d’essayer de comprendre comment vous pouvez d’abord donner aux gens les informations dont ils ont besoin, car c’est une priorité pour eux – et ensuite tourner autour de un point pour dire ‘si quelque chose que vous aimeriez partager?’ », A déclaré McPherson, ajoutant que le partenariat avait décidé de créer une fonction de chatbot pour ce faire.

« Fondamentalement, il y a des questionnaires qui se ramifient, puis les données sont collectées dans un tableau de bord du côté administrateur de l’analyste, afin qu’ils puissent jeter un regard approfondi et croisé, mais aussi jeter un regard approfondi sur des cas spécifiques. rapports », a-t-il déclaré.

« Les avantages ne sont pas seulement en termes de collecte de données et d’informations fournies, mais aussi de fournir un espace pour des conversations du type « oh, il y a quelque chose auquel je peux accéder pour connaître mes droits ». Cela crée un espace dans la communauté pour se réunir et parler des problèmes en jeu. »

Alors que le projet est toujours en développement, Harris a déclaré qu’ils étaient en train d’organiser des ateliers et de consulter plus largement des « experts expérimentés » sur des idées de conception qui pourraient aider à une meilleure collecte de preuves.

« La confiance est très importante », a-t-il déclaré. « En fin de compte, c’est la vie des gens, et je pense qu’en prenant le temps de vraiment réfléchir aux scénarios possibles, cela signifie que nous allons être confiants en demandant aux gens de s’impliquer.

« Notre intention n’est pas seulement de jeter les numéros de téléphone dans l’éther – cela s’accompagne de discussions, de formation, d’engagement et de protection, et c’est également évolutif. C’est bien parce que c’est la bonne façon de procéder, mais aussi parce que, de notre point de vue, c’est une très petite organisation de base et nous devons nous assurer que, quelle que soit l’information qui arrive, il y a la capacité à l’autre bout de l’évaluer et d’agir dessus. . »

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.