Grand Prix d’Abu Dhabi : l’instance dirigeante de la Formule 1 déclare que l’enquête est en cours

Max Verstappen a battu Lewis Hamilton au titre mondial de Formule 1 dans des circonstances controversées

L’instance dirigeante de la Formule 1 n’a fait aucune proposition à la suite de son enquête sur le Grand Prix d’Abu Dhabi lors d’une réunion de haut niveau lundi.

Au lieu de cela, la commission des équipes F1, la F1 et la FIA ont été informées que l’analyse dans le événements controversés la course au titre décisive de l’an dernier était toujours en cours.

Lors de la réunion, il a été dit qu’il pourrait y avoir une annonce concernant les changements apportés à la gestion de la course plus tard cette semaine.

Cependant, il y avait un accord pour que la F1 organise trois événements « sprint » cette saison.

Au Grand Prix d’Abu Dhabi, Max Verstappen a battu Lewis Hamilton pour remporter son premier titre en Formule 1 après avoir dépassé le Britannique dans le dernier tour.

Hamilton de Mercedes était apparu aux commandes de la course et lui-même en lice pour le titre jusqu’à une voiture de sécurité en retard.

La course a repris à un tour de la fin, avec Verstappen de Red Bull sur de nouveaux pneus et Hamilton sur de vieux pneus – et le Néerlandais est passé à la victoire.

Lorsque la FIA a annoncé son enquête sur la course d’Abu Dhabi en décembre dernier, elle a annoncé qu’elle présenterait ses résultats à la Commission F1 en février.

Et un communiqué de la FIA a déclaré que son président Mohammed Ben Sulayem avait « mené des discussions détaillées » sur la course d’Abu Dhabi lors de la réunion de lundi.

Mais lors de cette réunion, Sulayem et Peter Bayer, directeur exécutif des voitures de la FIA, ont déclaré aux patrons de la F1 que l’enquête n’était pas encore terminée.

« Les commentaires de la Commission sur les questions soulevées seront intégrés à l’analyse du président et présenteront publiquement des nouvelles de changements structurels et un plan d’action dans les prochains jours », a ajouté la FIA.

Cela signifie que la crise qui a englouti la F1 depuis le Grand Prix d’Abu Dhabi – lorsque le directeur de course Michael Masi a mal appliqué les règles pendant une période de sécurité dans le but de s’assurer que la course ne se termine pas avec prudence – est encore beaucoup Viva.

Les improvisations de Masi avec les règles sur deux fronts différents – le timing du redémarrage et la gestion des voitures chronométrées – ont directement influencé le résultat du championnat.

La crise ne concernait pas qui était le champion – si Masi avait correctement appliqué les règles, il y avait encore un certain nombre de circonstances dans lesquelles Verstappen aurait pu survivre à Hamilton – mais l’équité et l’intégrité de la compétition.

Hamilton a été dévasté par les événements et a perdu confiance en la FIA en conséquence. Il est apparu le mois dernier qu’il ne déciderait pas de revenir en F1 cette saison tant qu’il n’aurait pas vu les résultats de l’enquête de la FIA.

Un porte-parole de la FIA a déclaré que Sulayem, qui avait précédemment consulté les équipes individuellement sur Abu Dhabi, souhaitait discuter de la question avec la Commission F1 lors d’une session formelle.

Le porte-parole a dit qu’il « comprend » la surprise exprimée par certains face au retard, mais a déclaré: « Ce qui compte, c’est un bon processus et une bonne décision, bien expliquée ».

Il a ajouté qu’une déclaration sur la réorganisation du contrôle des appels d’offres à la suite de l’enquête est attendue cette semaine.

Masi était à la réunion de la Commission F1, selon BBC Sport.

De nombreux initiés pensent que sa position est insoutenable au milieu de la réorganisation prévue du contrôle racial qui résultera inévitablement de l’enquête.

L’absence d’annonce de décisions concrètes sur la manière de résoudre les problèmes soulevés par Abou Dhabi a laissé un certain nombre de personnalités présentes à la réunion frustrées.

Cela fait deux mois depuis la course d’Abu Dhabi et certaines personnalités ne comprennent pas pourquoi la FIA n’a pas été en mesure de proposer des propositions concrètes sur ce qui doit changer à ce moment-là, comprend BBC Sport.

Les initiés ont déclaré qu’une possibilité est apparue pour l’organisation future du contrôle des races.

Cela pourrait voir le rôle de l’arbitre passer par un certain nombre de personnes tout au long de la saison, mais Masi n’en fait peut-être pas partie.

Trois courses de sprint convenues

Le meeting est parvenu à dénouer l’impasse sur le nombre de courses « sprint » cette année.

Une impasse sur des questions financières a conduit à l’abandon du projet initial de doubler le nombre d’épreuves « sprint » à six.

Au lieu de cela, un plan de compromis a été convenu pour organiser à nouveau trois sprints cette saison, aux mêmes conditions financières que l’année dernière.

Celles-ci auront lieu lors des Grands Prix d’Émilie-Romagne, d’Autriche et du Brésil.

Les points disponibles lors des épreuves de sprint seront élargis, avec huit points pour le vainqueur, sept pour le deuxième et ainsi de suite jusqu’à un point pour la huitième place.

La FIA a déclaré qu’il y aurait « une série de mises à jour du format basées sur les commentaires des fans, des médias et des équipes », sans dire ce qu’elles seraient.

Cependant, quelques changements sont devenus clairs. L’année dernière, les points n’étaient disponibles que pour les trois premiers, avec trois pour le vainqueur, deux pour le deuxième et un pour le troisième.

Les épreuves « Sprint » voient une course plus courte organisée samedi, dont les résultats définissent la grille du Grand Prix principal. Les qualifications sont passées à vendredi, définissant la grille du sprint.

Et la pole position sera officiellement attribuée au pilote le plus rapide des qualifications, après que les pilotes se soient opposés à ce que le vainqueur de la course « sprint » soit désigné comme vainqueur de la pole.

Répondre à des appels d’offres raccourcis

La FIA a annoncé les changements résultant du Grand Prix de Belgique de l’an dernier, qui a suscité la controverse lorsqu’il a été déclaré course après seulement deux tours de la voiture de sécurité et la moitié des points attribués.

A l’avenir, aucun point ne sera attribué pour un Grand Prix si au moins deux tours n’ont pas été bouclés dans des conditions de course, sans l’intervention d’une voiture de sécurité ou d’une voiture de sécurité virtuelle.

Il y a donc trois attributions de points différentes selon que la course a couru moins de 25%, de 50% à 75% d’une distance complète.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.