Google paie une amende de 111,46 millions de dollars pour avoir enfreint sa « politique de cookies »

Le Conseil d’État français, la plus haute juridiction administrative du pays, a déclaré qu’il avait confirmé la décision du chien de garde d’infliger une amende de 100 millions d’euros (111,46 millions de dollars) au géant américain de la technologie pour avoir enfreint sa politique en matière de cookies, a indiqué le tribunal dans un communiqué. par l’autorité française de protection des données est proportionnée.

Auparavant, l’organisme français de surveillance de la confidentialité des données avait infligé à Google et Facebook une amende totale de 210 millions d’euros (176 millions de dollars) pour avoir entravé la capacité des utilisateurs à empêcher les entreprises de suivre leur activité en ligne, selon le journal The Guardian, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) de Google. a infligé une amende de 100 millions d’euros à Google pour avoir rendu difficile le refus des cookies par les internautes.

Le consentement préalable des internautes à l’utilisation de cookies est un pilier fondamental de la réglementation sur la protection des données personnelles dans l’Union européenne, et une priorité absolue de la Commission nationale de l’informatique et des libertés.

« Lorsque vous recevez un cookie, c’est en un clic », a déclaré Karen Kiefer, responsable de la protection des données et des sanctions à la CNIL. Refuser les cookies devrait être aussi simple que les accepter.

L’agence a déclaré que les sites français Facebook, Google et YouTube ne permettaient pas de refuser facilement les cookies, et a déclaré que la société disposait de trois mois pour répondre à ses demandes, notamment en permettant aux utilisateurs français de refuser plus facilement les cookies, ou face au paiement d’une amende supplémentaire de 100 000 euros par retard journalier. .

Un porte-parole de Google a déclaré : « Les gens nous font confiance pour respecter leur droit à la vie privée et assurer leur sécurité. Nous comprenons notre responsabilité de protéger cette confiance et nous nous engageons à apporter d’autres changements et à travailler activement avec la CNIL concernant cette décision. »

Lancelot Bonnay

"Érudit primé au bacon. Organisateur. Fanatique dévoué des médias sociaux. Passionné de café hardcore."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.