Gélinas réintroduit un projet de loi pour responsabiliser davantage les dépenses de santé

Le député provincial propose une nouvelle loi pour rendre tous les programmes de dépenses de santé de plus d’un million de dollars ouverts à l’ombudsman et au vérificateur général

À moins de 90 jours des prochaines élections ontariennes (2 juin), la porte-parole du NPD en matière de santé, France Gélinas, demande une fois de plus à la province d’établir une surveillance plus formelle des soins de santé en Ontario.

Gélinas a annoncé le 9 mars qu’il présentait à nouveau un projet de loi d’initiative parlementaire visant à accroître la responsabilité dans les services de santé provinciaux.

« Nous assistons à un scandale coûteux et à des conséquences tragiques pour la population de l’Ontario en raison du manque de responsabilité publique sous le gouvernement libéral précédent », a déclaré Gelinas, qui est également député provincial de Nickel Belt.

« Au cours des quatre dernières années, le gouvernement Ford a continué là où les libéraux ont cessé de déplacer davantage notre prestation et notre prestation de soins de santé vers le secteur privé, sans surveillance publique », a-t-il déclaré.

Gélinas a déclaré dans le passé qu’il avait passé plus de deux ans à enquêter sur ce qu’il appelait l’échec de l’ambulance aérienne de l’ORNGE et cinq autres mois à enquêter sur le scandale des médicaments de chimiothérapie dilués et avait exprimé ses préoccupations à l’égard de ces deux questions à l’Assemblée législative de l’Ontario.

« Sans surveillance, nos dollars en soins de santé continueront de passer des soins aux Ontariens et à leurs familles aux salaires des PDG et aux avantages des actionnaires », a déclaré Gélinas.

nouvelle facture ; La « Loi de 2022 sur des soins de santé transparents et responsables », donne suite aux recommandations de deux rapports clés : l’échec de l’ambulance aérienne de l’ORNGE et le scandale des médicaments dilués de chimio, indique un communiqué du bureau de Gélinas.

Si le projet de loi est adopté à l’Assemblée législative, il étendra le mandat de l’ombudsman et du vérificateur général à tout organisme de santé qui reçoit plus d’un million de dollars du gouvernement provincial au cours d’une année. Le projet de loi étend également la responsabilité publique, telle que la rémunération des dirigeants et la divulgation des salaires, à toutes les entités du secteur de la santé qui reçoivent plus d’un million de dollars de financement public chaque année. Cela s’applique à Santé Ontario, au Conseil de santé, à l’ORNGE, aux établissements de soins de santé indépendants, aux foyers de soins de longue durée, aux établissements hors hôpital, aux organismes d’achat groupé, aux entreprises professionnelles facturant les OHIPs ou les hôpitaux et plus encore.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.