Fraternité aux Pays-Bas… Une tentative ratée pour prendre pied

Au fil des ans, la Confrérie terroriste a tenté, en vain, de jouer un rôle influent dans la société néerlandaise, à travers un certain nombre d’armes financières, culturelles et juvéniles.

La présence d’individus et de réseaux associés aux Frères aux Pays-Bas est relativement nouvelle et limitée, en grande partie pour des raisons linguistiques.

Et les universités du pays n’ont historiquement pas attiré beaucoup d’étudiants liés à des groupes terroristes, comme ce fut le cas dans un certain nombre d’autres pays européens comme l’Allemagne, l’Autriche et la France dans les années 1950 et 1960.

Le service de sécurité néerlandais estime le nombre réel de dirigeants et de membres réels de la Confrérie terroriste du pays à « quelques dizaines ».

En général, la première entité des Frères musulmans a été fondée aux Pays-Bas en 1996 sous le nom de Ligue islamique, et a été active à La Haye, avant de disparaître quatre ans plus tard, soutenant une autre organisation des Frères musulmans aux Pays-Bas, à savoir la Fédération des Frères musulmans. Organisations aux Pays-Bas.

Au cours de la même période, un groupe de dirigeants de la Fraternité a créé une branche de la Fondation « European Trust » aux Pays-Bas, une institution spécialisée dans les affaires financières, et sa branche d’origine était active en Angleterre, travaillant dans l’immobilier et les envois de fonds. , et est l’un des principaux bailleurs de fonds des activités des groupes terroristes en Europe.

Au fil du temps, la branche Europe Trust a acheté un certain nombre de propriétés aux Pays-Bas, dont certaines ont été converties en mosquées affiliées à la Confrérie, comme la Mosquée Bleue à Amsterdam et le Centre de Rotterdam. L’organisation a également reçu un financement important de l’étranger, selon un rapport récent du Centre de documentation de l’islam politique en Autriche.

Des entités et des individus au sein de la Fraternité néerlandaise étaient associés à l’organisation faîtière Ikhwan en Europe, bien que les organisations néerlandaises aient joué un rôle mineur dans le réseau Ikhwanul au niveau européen.

Et occupé la Ligue islamique puis la Fédération des organisations islamiques aux Pays-Bas, membre de la Fédération des organisations islamiques en Europe, qui était l’organisation faîtière de la Confrérie dans le vieux continent. D’autres organisations actives en Europe, telles que l’Association de la jeunesse musulmane, sont membres de l’Organisation de la jeunesse FEMISO ; C’est l’organisation faîtière des associations de jeunesse du continent européen, depuis 2019 :

En juin 2021, une association appelée Al-Mashreq, opérant à La Haye aux Pays-Bas, a rejoint FEMISSO, accusée de piratage d’organisations européennes.

En outre, la branche locale de l’Organisation d’assistance islamique est active aux Pays-Bas, dirigée par les mêmes personnes qui dirigent un réseau d’autres organisations des Frères musulmans dans le pays, selon le rapport autrichien.

Bien que la présence de la Confrérie ait eu une influence limitée, les autorités néerlandaises accordent une grande attention à la surveillance des mouvements du groupe et les services de sécurité ont enquêté sur le réseau du groupe pendant des années et ont publié en 2011 une évaluation de la situation du groupe.

Dans leur évaluation de la Confrérie, les services de sécurité néerlandais ont écrit que le groupe « cherche à ouvrir la voie aux idéologies radicales pour qu’elles jouent un plus grand rôle dans le monde occidental en exerçant une influence religieuse sur les communautés d’immigrants musulmans et en nouant de bonnes relations avec les leaders d’opinion locaux ». : politiciens, fonctionnaires, organisations sociales non musulmanes et oulémas. universitaires et journalistes.

« Cette politique d’engagement s’est précisée ces dernières années », a-t-il dit, ajoutant : « Le groupe se présente comme le représentant légitime de la communauté islamique ».

« Mais le but ultime des Frères musulmans est de créer, puis d’intégrer et d’étendre, un bloc islamique radical en Europe occidentale », a-t-il expliqué.

L’évaluation de la sécurité soumise au Parlement indiquait également que la Confrérie opérait par le biais d’une structure clandestine, une organisation fermée, et avait une influence limitée mais croissante aux Pays-Bas.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.