France : Nous espérons sortir du choc des prix élevés de l’énergie dans les mois à venir



Hadel Helal


Diffusé le : dimanche 20 mars 2022 – 14:32 | Dernière mise à jour : dimanche 20 mars 2022 – 14:32

Aujourd’hui, dimanche, le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a exprimé son espoir de sortir du choc des prix actuels de l’énergie et des taux d’inflation, dans les mois à venir, en espérant que l’économie de l’UE ne poursuivra pas dans une spirale inflationniste pendant plusieurs années.

Il a déclaré dans un communiqué publié dimanche soir par l’agence de presse Reuters que les prix de l’énergie chuteraient à des niveaux plus raisonnables, dès que l’Europe réduirait les importations de gaz et de pétrole russes, niant que Paris soit entré dans une spirale inflationniste ; A cause de la guerre russe en Ukraine.

L’entreprise publique russe « Gazprom » déclare pomper du gaz pour le transporter vers l’Europe via le territoire de l’Ukraine dans un système normal, et selon la demande des consommateurs, dont le volume aujourd’hui, dimanche, est de 106,6 millions de mètres cubes , selon ce qui a été publié par le site d’information « Russia Today ».

Un communiqué publié par la société a déclaré dimanche : « Gazprom pompe du gaz pour le transporter à travers le territoire de l’Ukraine dans un système normal et selon le volume requis par les consommateurs, qui s’élevait à 106,6 millions de mètres cubes au 20 mars ».

L’engagement contractuel de Gazprom de transporter du gaz vers l’Ukraine pour cette année s’élève à 40 milliards de mètres cubes, soit environ 109,6 millions de mètres cubes par jour.

L’Agence internationale de l’énergie a déclaré que l’Europe pourrait réduire de plus de moitié les importations de gaz russe d’ici un an, mais cela nécessiterait une série d’actions rapides, allant du remplacement des chaudières à gaz par des pompes à chaleur à l’augmentation des importations de gaz naturel liquéfié.

Mardi, l’Union européenne a décidé d’imposer de nouvelles sanctions à Moscou, y compris une interdiction d’investissement dans le secteur énergétique russe, mais a refusé d’imposer une interdiction sur les importations de pétrole et de gaz russes.

La décision européenne intervient quelques jours après que les États-Unis ont interdit les importations du secteur énergétique russe et que la Grande-Bretagne prévoit de se débarrasser des importations de pétrole et de gaz russes d’ici la fin de cette année.

Un certain nombre de sociétés énergétiques européennes, dirigées par Shell, le britannique BP et le norvégien Equinor, ont annoncé leur retrait du secteur énergétique russe, en réponse à son invasion de l’Ukraine, tandis que la société française Total Energy s’est engagée à ne pas injecter d’énergie nouvelle. investissement.

Roul Dennel

"Écrivain extrême. Passionné d'Internet. Passionné de télévision indépendant. Fan de nourriture diabolique. Introverti. Penseur hardcore. Future idole des adolescents. Expert en bacon."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.