France : Nous attendons l’approbation de la Russie pour lancer l’opération humanitaire à Marioupol

annoncé Gouvernement français Aujourd’hui, mercredi, Paris a achevé les préparatifs de l’évacuation des civils de la ville de Mariubol Dans le Donbass attend l’approbation de Moscou pour le démarrer.

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a déclaré que le président français Emmanuel Macron avait examiné, lors de son entretien téléphonique avec son homologue russe, Vladimir Poutine, « les grandes lignes de l’initiative visant à mener une opération pour assurer l’acheminement de l’aide humanitaire à Marioupol et permettre à ceux qui le souhaitent quitter la ville. »

Il a ajouté que « l’opération a été planifiée et peut être réalisée, mais il est important d’obtenir l’approbation des autorités russes ».

Le conflit russo-ukrainien a atteint un nouveau tournant le 21 février, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé la reconnaissance de Donetsk et de Louhansk en tant que républiques indépendantes d’Ukraine, dans une escalade qui a suscité une grande colère de Kiev et de ses alliés occidentaux.

Puis, à l’aube du jeudi 24 février, les forces russes ont commencé à lancer une opération militaire dans l’est de l’Ukraine, ce qui a ouvert la porte à la possibilité d’une « troisième guerre mondiale », qui aurait été la première du Ier siècle.

L’Union européenne a déclaré que le monde vivait dans une « atmosphère plus sombre » depuis la Seconde Guerre mondiale, tandis que l’Union européenne et les États-Unis ont imposé un ensemble de sanctions contre la Russie, que la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a qualifié de « le plus dur de tous les temps. »

Cependant, l’Union européenne et l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord « OTAN » ont jusqu’à présent insisté pour ne pas s’engager dans la moindre opération militaire en Ukraine, et même les pays de l’UE refusent d’imposer une zone d’exclusion aérienne à l’Ukraine contrairement au souhait de Kiev, qui invitait les pays européens à franchir ce pas qui, selon l’administration américaine, provoquerait une « troisième guerre mondiale ».

Pendant ce temps, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avait précédemment déclaré que le déclenchement d’une troisième guerre mondiale serait « nucléaire et destructeur », comme il l’a décrit.
Sur les lieux des événements, le ministère russe de la Défense a déclaré, au début de l’opération militaire, que le système de défense aérienne ukrainien et ses bases avaient été détruits et que les infrastructures de l’armée de l’air étaient hors service.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.