France: l’ONU va approuver Bathily Sénégal comme envoyé de l’ONU en Libye

Le secrétaire général Antonio Guterres a nommé Abdoulaye Bathily comme nouvel envoyé de l’ONU en Libye, et l’ambassadeur de France auprès de l’ONU a déclaré qu’il pensait que le Conseil de sécurité approuverait l’ancien ministre sénégalais et diplomate de l’ONU, mettant fin à une recherche controversée de neuf mois.

Le dernier représentant spécial de l’ONU, Jan Kubis, a démissionné le 23 novembre après 10 mois au pouvoir, et un certain nombre de candidats proposés par António Guterres ont été rejetés par les membres du conseil, la Libye ou les pays voisins.

En décembre, Guterres a nommé la diplomate américaine vétéran Stephanie Williams, l’ancienne représentante spéciale adjointe de l’ONU pour la Libye, comme son conseiller spécial – un travail qui ne nécessite pas l’approbation du conseil. Il est parti fin juillet. Ainsi, la mission manquait de chef alors que les Libyens étaient aux prises avec une crise constitutionnelle et politique.

La chef politique de l’ONU, Rosemary DiCarlo, a averti mardi que l’incapacité à résoudre la crise politique en Libye et à tenir des élections retardées constituait une menace croissante dans le pays, soulignant les violents affrontements d’il y a quelques jours qui ont fait au moins 42 morts et 159 blessés, selon les autorités libyennes.

La Libye est en ébullition depuis qu’un soulèvement soutenu par l’OTAN a renversé et tué le dictateur de longue date Mouammar Kadhafi en 2011. Le district riche en pétrole est depuis des années déchiré entre des gouvernements rivaux, chacun soutenu par des milices voyous et des gouvernements étrangers.

L’impasse actuelle est née de l’échec de la tenue d’élections en décembre et du refus du Premier ministre Abdul Hamid Dbeibah, qui dirige le gouvernement de transition, de se retirer. En réponse, le parlement basé à l’est du pays a nommé un Premier ministre rival, Fathy Bashagha, qui tente depuis des mois de positionner son gouvernement à Tripoli.

L’ambassadeur français Nicolas De Rivière a été interrogé lors d’une conférence de presse jeudi si l’opposition de Dbeiba à Bathily serait un problème pour tenter de mettre fin à la crise politique libyenne. « Je ne pense pas, non, » répondit-il. De Rivière a déclaré que la direction de la mission de l’ONU en Libye au cours des deux dernières années « a été chaotique » et qu’il était temps que l’ONU ait quelqu’un pour la diriger « et prendre le bâton des négociations sur la Libye ». Il a déclaré que la France soutenait pleinement la nomination du secrétaire général Bathily, ancien représentant spécial de l’ONU pour l’Afrique centrale.

« Je pense que ce sera le bienvenu », a déclaré De Rivière. « Ce qui est important maintenant, c’est de passer à la phase suivante, et je pense que toutes les parties en Libye travailleront avec lui, et plus tôt elles le feront, mieux ce sera. »

(Cette histoire n’a pas été modifiée par l’équipe de Devdiscourse et est créée automatiquement à partir du flux syndiqué.)

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.