France : La relance de l’accord sur le nucléaire iranien est encore loin

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré mardi que l’Iran et les puissances mondiales étaient loin d’être parvenus à un accord pour relancer l’accord sur le nucléaire de 2015, bien que des progrès aient été réalisés fin décembre.

Les pourparlers indirects entre l’Iran et les États-Unis pour sauver l’accord sur le nucléaire ont repris le 3 janvier.

Les diplomates occidentaux s’attendent à une percée fin janvier ou début février, mais de vives divergences subsistent sur les questions les plus difficiles non résolues. L’Iran rejette les délais imposés par les puissances occidentales.

Le Drian a déclaré que les négociations de Vienne sur le dossier nucléaire iranien étaient « très lentes », estimant qu’elles menaçaient la possibilité de parvenir à un accord dans un « délai réaliste ».

« Les discussions sont en cours, mais de notre point de vue, elles sont très lentes », a déclaré Le Drian à l’Assemblée nationale, ajoutant que cela « menaçait la possibilité de parvenir, dans un délai réaliste, à une solution respectueuse des intérêts ».

Vendredi, le ministre français des Affaires étrangères s’est montré plus optimiste, affirmant que les négociations progressaient « sur une voie relativement positive », exprimant sa « confiance » dans la possibilité de parvenir à un accord.

Lire la suite

Cette section contient des articles connexes, placés dans le champ Nœud associé.

Son homologue iranien, Hossein Amir Abdollahian, a confirmé le lendemain que la France avait changé de comportement et cessé de jouer le rôle de « méchant flic » dans les pourparlers.

Le Drian a souligné mardi qu' »il peut y avoir des progrès en décembre, mais nous sommes loin de finaliser ces négociations ». « C’est urgent et vital en raison des actions de l’Iran et de la gestion de son programme nucléaire », a-t-il ajouté.

Il a expliqué que « la situation est dangereuse parce que l’Iran a atteint l’avant-dernière étape » de l’enrichissement de l’uranium à 90% et de l’acquisition de la capacité nucléaire.

L’Iran et les grandes puissances sont en pourparlers à Vienne pour relancer l’accord sur son programme nucléaire conclu en 2015. Les États-Unis, qui se sont retirés unilatéralement de l’accord en 2018, ont indirectement participé aux pourparlers.

Au cours des derniers jours, les déclarations des acteurs de la négociation témoignent d’une certaine avancée, tout en soulignant que des divergences subsistent entre eux sur divers sujets.

Les pourparlers visent à ramener les États-Unis à l’accord et à lever les sanctions réimposées à Téhéran, en échange du retour de ce dernier à une pleine conformité.

L’Iran a renié la plupart de ses engagements dans le cadre de l’accord après le retrait de Washington.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.