Frais de fin de transfert

Dans le football, cependant, les stars du calibre d’Alaba en cours d’exécution sont toujours – sinon des licornes – l’exception, pas la règle.

La raison pour laquelle le modèle persiste est sujette à interprétation. Les joueurs ont tendance à signer des contrats à long terme et les clubs ont tendance à le vouloir. Après tout, cela offre aux deux parties une sécurité. Les joueurs savent que leur pouvoir de gain ne dépend pas des blessures intempestives causées par la foudre. Les clubs n’ont pas à s’inquiéter, toutes les quelques années, d’être détenus par des agents.

Mais ce n’est pas la seule raison. Les négociations contractuelles portent rarement, malgré les apparences, sur l’argent ; ou plutôt, il s’agit toujours d’argent, et non d’argent en tant que fin en soi. Ils sont, toujours, sur le statut. Le salaire d’un joueur est une mesure de la valeur qu’il accorde à son club par rapport à ses coéquipiers et à ses pairs. La même logique peut être appliquée à la durée de leurs contrats. Plus l’équipe vous paiera longtemps, plus vous devrez en être fier.

Le corollaire de tout cela est, bien sûr, que les équipes ont tendance à ne pas vouloir que les joueurs arrivent en fin de contrat. En règle générale, si un joueur de valeur entre dans les 18 derniers mois – ou deux ans, dans certains cas – d’un accord et se montre réticent à s’engager dans un nouveau contrat, le club cherchera à le vendre. En gros, laisser un joueur en rupture de contrat revient en fait à laisser l’initiative économique à l’actif, et non à l’investisseur.

Cependant, de plus en plus, dans le football européen, c’est ce qui se passe. Alaba, semble-t-il, a peut-être ouvert les vannes. Au PSG, Kylian Mbappé, le porte-drapeau de la première génération post-Messi, post-Ronaldo, a fait savoir très clairement qu’il voulait aller au Real Madrid en transfert gratuit dans les six mois dont il a même écrit. bande dessinée sur ce problème. Des rapports ont circulé à travers l’Europe toutes les quelques semaines qui un accord a même été trouvé.

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.