Extension de l’OTAN : Mauvaise politique, le moment est venu !

Avant l’adhésion de la Pologne, de la République tchèque et de la Hongrie à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) en 1999, l’éminent professeur de relations internationales, Stanley Hoffman, a été interrogé, après une conférence qu’il a donnée à Chatham House à Londres, sur son opinion sur l’élargissement de l’adhésion à l’OTAN à d’autres pays d’Europe de l’Est. Il a répondu en riant, et il a plaisanté, Comparé à l’Aîné géant Raymond Aaron, « Oh, je suppose que tu veux que je dise la vérité ? … C’est une mauvaise idée, mais on dirait que le moment est venu. » Il nous a expliqué que l’insistance de l’Amérique à élargir l’OTAN n’avait aucune raison objective et n’aurait d’autre résultat que de contrarier la Russie pour toujours, malgré le fait qu’il s’agissait d’un acte d’humiliation dans ses blessures nationales, en violation de l’ordre équestre du chevalier non pour guérir les vaincus.
On sait que la politique d’expansion de l’OTAN, mise en place par l’administration Clinton au milieu des années 90, se poursuit toujours puisqu’elle couvrait sept pays en 2004, puis quatre pays au cours de la dernière décennie. Cette politique d’expansion perpétuelle a commencé lorsque l’Amérique a été attirée par les plaisirs des « moments à sens unique » et qu’une Russie faible et ébranlée, ravagée par les attaques les plus horribles du capitalisme prédateur et du régime post-soviétique, n’a pas pu, sous la direction ivre de Boris Eltsine, de faire n’importe quoi pour arrêter l’OTAN à sa frontière géographique d’origine. Cependant, lors de la campagne de bombardement de l’OTAN contre les Serbes de Bosnie en 1995, Eltsine a déclaré que « ce sont les premiers signes de ce qui va arriver alors que l’OTAN approche des frontières de la Fédération de Russie, où les flammes de la guerre pourraient se propager dans toute l’Europe ». Mais il n’y a aucune preuve de la véracité de ce que le régime de Poutine dit depuis des années que Bush père. et James Baker ont promis à Gorbatchev puis à Eltsine en 1990 et 1991 que l’OTAN ne s’étendrait pas vers l’est, en particulier : elle ne ferait pas un seul pas à l’est de l’Allemagne de l’Ouest, ni avec des troupes, ni du matériel, ni avec des armes nucléaires. Même si nous supposons que l’Amérique a fait une promesse verbale à la Russie, est-il possible pour n’importe quel politicien dans le monde de considérer ce mot comme un traité juridiquement contraignant ? Car une des règles de la politique machiavélique est qu' »une promesse n’engage que ceux qui la reçoivent ». C’est-à-dire que celui qui le véhicule oralement en est exempt, selon ce que Jacques Chirac utilise pour répondre à quiconque lui reproche de ne pas respecter les promesses électorales ou les promesses politiques.

Au milieu de cette grave crise, il y a une question claire que les politiciens russes refusent de poser : pourquoi la Suède, la Finlande, les pays baltes et tous les pays d’Europe orientale et centrale ont-ils peur de la Russie ?

Cependant, l’Occident sait à quel point la question ukrainienne est sensible pour la Russie, comme en témoigne le fait que l’Allemagne et la France s’y sont opposées en 2008 sous l’administration Bush Jr. veulent que l’Ukraine et la Géorgie soient incluses dans l’OTAN. Ils voient cela comme un antagonisme inutile pour la Russie. Par conséquent, le compromis à l’époque était que l’OTAN s’est abstenue d’ouvrir la voie des procédures menant à l’adhésion, mais a publié une déclaration disant : « Ces deux pays deviendront membres de l’OTAN ». Mais Poutine a toujours dit que l’annexion de la Géorgie et de l’Ukraine à l’OTAN constituerait un danger immédiat pour la Russie. En effet, les médias russes ont déclaré que Poutine avait clairement compris Bush que « si l’Ukraine est acceptée comme membre de l’OTAN, son existence prendra fin ». C’était la menace de conquête et même d’annexion totale (comme ce fut le cas six ans plus tard avec la Crimée). Selon le politologue américain John Mearsheimer, l’invasion de la Géorgie par la Russie en 2008 a été une preuve suffisante pour dissiper les doutes persistants quant à la détermination de Poutine à empêcher la Géorgie et l’Ukraine de rejoindre l’OTAN. Mais l’OTAN ne comprend pas l’ultimatum et poursuit sa politique d’expansion : à peine un an plus tard, l’OTAN annexe la Croatie et l’Albanie.
Malgré la justesse de l’interprétation de la Russie selon laquelle l’Ukraine a promis dans l’accord de Minsk de ne pas adhérer à l’OTAN, ce que le gouvernement ukrainien a récemment suggéré sur la possibilité d’organiser un référendum populaire sur cette question est l’un des moyens les plus simples de sortir de la crise qui menace le pays. guerre qui peut s’étendre à toute l’Europe. Le compromis consiste peut-être à adopter une approche finlandaise, à savoir la neutralité entre la Russie et l’Occident. Je me souviens que j’ai visité la Finlande à l’été 1991, quelques mois avant la dissolution de l’Union soviétique, et que j’ai constaté que les Finlandais en voulaient toujours à la Russie, mais que leur pragmatisme facilitait leur adhésion à la politique de bon voisinage pendant la guerre froide. On sait que les petits Finlandais combattirent vaillamment les envahisseurs russes dans les années 1940 et réussirent à les vaincre, préservant ainsi la chère indépendance qu’ils entourent encore de prudence et de jalousie.
Cependant, au milieu de cette crise dangereuse, il y a une question claire que les politiciens russes hésitent à poser : pourquoi la Suède, la Finlande, les États baltes et tous les pays d’Europe orientale et centrale ont-ils peur de la Russie ? Pourquoi rechercher la protection de l’Occident, avec ou sans l’OTAN ? Toutes les nations en ont-elles marre des illusions, ou est-ce la véritable cause de la peur que ces pays aient tenté la Russie et enduré une longue histoire d’expansion impériale, qui n’a été confirmée et renouvelée que par l’ère soviétique de la manière la plus forte possible ?

écrivain tunisien

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.