Enquête sur les fuites au sujet de l’aide de renseignement française à l’Égypte | Nouvelles arabes DW | Dernières nouvelles et perspectives du monde entier | DW

Une enquête pénale a été ouverte en France après que les médias ont révélé que des secrets de la défense nationale liés à l’opération antiterroriste française en Égypte étaient utilisés à des fins de répression interne, a indiqué le parquet de Paris à l’AFP. Le 26 novembre, une enquête préliminaire a été ouverte dans l’affaire de divulgation de secrets de la défense nationale et de divulgation de l’identité de militaires, et elle a été confiée à un service spécial. Les enquêtes comprennent la révélation de l’identité d’éléments des services de renseignement.

Le 21 novembre, le site d’investigation Disclosure affirmait que l’État égyptien avait contrecarré une mission de renseignement française baptisée « Sirli » qui avait débuté en février 2016 pour le compte de l’Égypte dans la lutte contre le terrorisme, en utilisant les informations recueillies pour lancer des attentats. sur le véhicule d’un passeur présumé. « Les forces françaises ont participé à au moins 19 opérations de bombardement contre des civils entre 2016 et 2018 », a écrit Disclosure.

Malgré les inquiétudes et les mises en garde de certains responsables sur les abus commis dans ce processus, « Disclos » a cité des documents officiels selon lesquels les autorités françaises n’ont pas reconsidéré cette tâche. Après que cette information a été rendue publique, le ministère français des Armées a porté plainte pour « violation des secrets de la défense nationale ».

« Il y a eu une fuite de documents couverts par le secret de la défense nationale », a déclaré le porte-parole du ministère, Hervé Granjan. Il a ajouté : « Cette fuite est illégale (…) et très dangereuse, car ce qui est divulgué peut révéler des choses sur le fonctionnement de l’armée, ce qui pourrait mettre en danger la sécurité du personnel de l’armée ».

Dans le même temps, Granjan a noté que le département avait lancé une « enquête interne pour vérifier que les règles étaient effectivement appliquées » par l’homologue égyptien, car « le contour de cette mission de renseignement répond à des exigences très strictes : il s’agit de combattre le terrorisme loin de l’intérieur questions. » Malgré la volonté de Paris de recentrer ses exportations d’armement vers l’Europe, l’Egypte est l’un des principaux destinataires des équipements militaires français.

AAJ/AJ (AFP)

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.