En détruisant les villes azerbaïdjanaises, l’Arménie tente d’effacer toute trace de la culture azerbaïdjanaise – Président Lagazetteaz.fr (Interview) (PHOTO/VIDEO)

BAKOU, Azerbaïdjan, 31 mai. L’Arménie, en détruisant les villes azerbaïdjanaises pendant l’occupation, cherche à effacer toute trace de la culture azerbaïdjanaise, a déclaré le directeur général Lagazetteaz.fr journal fondé par S’orienter Agence de presse en France, Jean-Michel Brun a confié à Trend.

Brun visite personnellement Shusha et d’autres endroits du Karabakh, voyant ainsi la dévastation que l’Arménie a laissée.

« Nous pouvons effectivement constater que tous ces lieux ont été détruits pendant l’occupation arménienne et c’est dommage. Parce que Shusha est la capitale culturelle de l’Azerbaïdjan, comme Rome en Italie ou Paris en France et c’est très triste de voir tous ces lieux célèbres, ces monuments, ce musée, cette maison de la culture totalement détruits », a-t-il déclaré.

Brun a répété qu’une telle destruction signifiait que les Arméniens voulaient effacer toute trace de la culture azerbaïdjanaise.

« Parce que s’ils laissent tout cet héritage, ils ne peuvent pas prétendre que cette terre leur appartient et bien sûr ils doivent tout détruire », a-t-il dit.

Commentant le développement futur des territoires libérés, Brun indique deux façons de faire revivre ces terres.

« C’est une grande question. Il s’agit de savoir dans quel type de Karabakh ou de Shusha les gens veulent vivre. Est-ce l’ancien Shusha, tel qu’il était avant l’occupation ? futur. Ou peut-être même un équilibre entre les deux », a-t-il déclaré.

Il a également ajouté que la culture du Caucase et de l’Azerbaïdjan est particulièrement importante pour l’Europe.

« L’un des principaux éléments de l’identité française est le siècle et la philosophie des Lumières. Nous nous référons toujours à cette période de l’histoire de France mais la philosophie des Lumières a été inventée cinq siècles avant le XVIIIe siècle, par le poète azerbaïdjanais Nizami Ganjavi », a déclaré Brun.

« Nizami Ganjavi met en lumière l’importance des femmes dans la société, ce que la France n’avait pas au XVIIIe siècle.

« Nizami a également souligné l’importance de préserver la nature, ce qu’on appelle la durabilité. Donc, il est très avancé dans sa façon de penser et je pense que c’est un très bon exemple de la façon dont les cultures européenne et azerbaïdjanaise sont liées », a-t-il déclaré.

Brun exprime ainsi la nécessité de reconnecter l’histoire de France à ces racines.

« Parce que certaines de nos propres racines viennent d’ici, de cette région. Trois grands philosophes ont eu une grande influence sur la philosophie française : Farīd ud-Dīn Aṭṭār d’Ouzbékistan, Omar Khayyam de Perse et Nizami Ganjavi d’Azerbaïdjan. Il est très important de reconnecter ces philosophies. »

Commentant les activités de la diaspora arménienne en France, Brun a noté que la diaspora arménienne est si riche que beaucoup d’argent est investi dans la propagande médiatique.

« Nous avons fait ce que nous pouvions, mais si nous avions eu plus de possibilités, nous aurions pu être très efficaces. Nous devons créer des documents, écrire des livres. Maintenant, j’écris un livre sur Shusha, qui devrait être publié avant novembre, mais nous devons faire plus », a-t-il déclaré.

Brun a également exprimé l’opinion que lorsque l’image [of a country] le faux ne pouvait pas durer.

« Il y a des moments où la vérité devient claire. Nous avons récemment organisé des élections en France et les partis d’extrême droite utilisent le conflit du Karabakh à leurs propres fins politiques. Ils essaient d’utiliser le fait que les Arméniens sont chrétiens et que les Azerbaïdjanais sont soutenus pour être musulmans, c’est ridicule. Ils veulent faire croire aux Français qu’en France il y a aussi un conflit entre musulmans et chrétiens, ce qui est aussi ridicule », a-t-il dit.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.