Emmanuel qui ? L’extrême droite combat l’extrême gauche pour le vote français | Politique

PARIS (AP) – Les enjeux sont élevés, le combat est mauvais et le parti centriste du président Emmanuel Macron est celui à battre. Mais pour les visiteurs de l’espace, les élections législatives de juin en France pourraient ressembler à une compétition entre l’extrême droite et l’extrême gauche.

Un mois avant le premier tour de scrutin, la campagne pour les 577 sièges de la chambre basse du parlement français a été brutale. La pression monte depuis l’élection présidentielle d’avril, lorsque Macron a remporté un deuxième mandat, battant la dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen au deuxième tour pour annuler sa troisième candidature.

Le pot a débordé alors que l’ennemi politique de Le Pen, le leader de la gauche dure Jean-Luc Melenchon, a conclu une alliance avec des pans entiers de partis de gauche, se positionnant pour le vaincre et, espérait-il, Macron, en juin.

Donc pour l’instant, Le Pen considère Melenchon comme son principal adversaire, alors qu’il cherche à garder son parti du Rassemblement national politiquement pertinent avec une bonne performance au parlement.

Le slogan de campagne de son parti, « La seule opposition à Macron », témoigne de sa rivalité avec le leader de gauche.

Melenchon lui-même, soutenu par son alliance, a fixé ses objectifs plus haut, déclarant qu’il volera la majorité de Macron pour devenir le prochain Premier ministre français – une nomination faite par le président seul.

Les espoirs de Le Pen n’étaient pas trop élevés : créer un groupe parlementaire « fort » – au moins 15 députés – qui donnerait à son parti anti-immigration plus de temps de parole et d’autres privilèges pour qu’il puisse être entendu et harceler ceux au pouvoir.

Le Pen se moque de Melenchon en le traitant de « bouffon de cour » qui ne deviendra jamais Premier ministre. Mais avec suffisamment de voix, a-t-il déclaré à la radio RTL cette semaine, Mélenchon pourrait transformer l’Assemblée nationale en un refuge sauvage pour la gauche, « avec les défenseurs du Black Bloc, les défenseurs du burkini, ceux qui veulent désarmer la police, ceux qui veulent désarmer. qui veulent ouvrir une prison parce que les prisons ne sont pas bonnes.

Pour le président par intérim de son parti, Mélenchon représentait une « menace pour la République ».

« Je pense que l’extrémisme d’aujourd’hui est du côté de M. Mélenchon », a déclaré Jordan Bardella lors d’une conférence de presse, utilisant l’étiquette appropriée que la presse française préfère pour son propre parti de droite.

Le Pen et Mélenchon sont de vieux ennemis politiques. Mais pour Le Pen, l’animosité s’est clairement approfondie avec la fin de l’alliance de gauche de Melenchon avec les socialistes, les communistes et les verts renforçant sa main. Le parti de Le Pen a rejeté une alliance avec le nouveau candidat présidentiel d’extrême droite Eric Zemmour, qui a volé certaines des principales personnalités de son parti mais n’a obtenu que 7% des voix.

Paradoxalement, alors que Le Pen terminait deuxième de l’élection présidentielle, devant Mélenchon troisième, et portait l’extrême droite à des performances électorales inédites, son parti abordait les élections législatives des 12 et 19 juin en position de faiblesse que Mélenchon, soutenu par l’alliance.

Le système de vote législatif français s’est rangé du côté du président et a pratiquement empêché le parti de Le Pen de s’emparer de la majorité. Seuls huit députés du Rassemblement national ont remporté des sièges lors des dernières élections. Le Pen, qui veut renouveler son siège, faisait partie des 569 candidats que son parti a présentés en France.

« C’est une campagne très brutale… En même temps, c’est une campagne où on ne voit pas de vrai débat, où beaucoup de Français ont l’impression qu’on ne s’attaque pas à leurs problèmes du quotidien « , a déclaré l’expert d’extrême droite Jean-Yves Camus. Cela aussi, a-t-il ajouté, « une campagne assez surréaliste avec M. Mélenchon a dit : ‘Moi, le premier ministre.’ »

Le parti de Macron et ses alliés du centre détiennent plus de 300 sièges au parlement sortant. Cependant, sa République en marche a changé son nom en Renaissance et s’est alliée à d’autres centristes.

« Ce sera la campagne la plus difficile de tous les temps », a prévenu cette semaine le président du candidat de son parti. « Notre pays est divisé.

Les divisions, le drame et la rhétorique dure ne sont pas nouveaux dans les élections françaises.

« La France est un pays où les traditions politiques sont très clivantes », a déclaré Camus. « Vous avez l’impression que les deux moitiés du pays se parlent à peine. »

Droits d’auteur 2022 L’Associated Press. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué sans autorisation.

Charlotte Baudin

"Faiseur de troubles. Communicateur. Incapable de taper avec des gants de boxe. Défenseur typique du café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.