Emmanuel Macron humilié alors que l’anglais prend le relais dans une bataille acharnée avec la France | Politique | Nouvelles

Le président français a annoncé en 2014 qu’il voulait faire de la France « La Start-up Nation », en utilisant le franglais pour attirer plus de jeunes électeurs. Le ministre des Finances de l’époque n’avait aucune idée qu’il déclencherait une guerre entre les universitaires francophones et l’utilisation des mots anglais dans la politique quotidienne quelques années plus tard.

Plus tôt cette année, le président Macron a été critiqué par l’Académie française, dépositaire de la langue française, pour l’utilisation de l’anglais sur les cartes d’identité françaises délivrées depuis août 2021.

Aujourd’hui, l’Académie dénonce le dirigeant français, et des gens comme lui, pour avoir constamment utilisé l’anglais « absurde » en politique.

Hélène Carrère d’Encausse, un noble de 92 ans qui a été secrétaire perpétuel de l’Académie pendant trois décennies, a déclaré: «Les gens ne comprennent pas pourquoi ils devraient être la cible de ces absurdités au lieu du français.

« Cela témoigne de la scission entre le groupe élitiste qui prétend représenter la ‘nation start-up’ et le reste de la société. »

La carte d’identité biométrique, introduite en août 2021, contient une puce et un code QR. Mais ce que la prestigieuse académie a vraiment soutenu, c’est que chaque catégorie a été traduite en anglais, donc elle est remplie de mots comme « nom », « prénom », « date de naissance », « nationalité », « lieu de naissance ».  » « date d’émission » et ainsi de suite.

L’Académie a dénoncé la violation de la loi Toubon de 1994, qui fait du français la langue des actes administratifs, ainsi que de l’article 2 de la Constitution française, qui stipule que « le français est la langue de la République ».

Pour la première fois en 400 ans d’histoire, l’académie a demandé au Premier ministre d’intervenir, menaçant également de porter l’affaire devant le Conseil d’État français, qui traite des questions constitutionnelles.

Carrère d’Encausse a déclaré au Figaro en janvier que normalement l’agence publierait une simple déclaration à ce sujet.

Mais il a ajouté: « Pour le moment, cependant, les commentaires de tout le monde sont sur un pied d’égalité, donc une approche différente est nécessaire. »

Des groupes de droite dans le pays ont également accusé le gouvernement français d' »effacer » l’identité française.

LIRE LA SUITE: La guerre effrayante de Poutine contre l’Ukraine commence

Un règlement européen du 20 juin 2019, stipule : « Le titre du document doit également figurer dans au moins une langue officielle supplémentaire des institutions syndicales », ainsi seules les mentions « carte d’identité » doivent être traduites.

Mais le règlement permet à toutes les « appellations établies » d’être traduites dans d’autres langues de l’UE, si vous le souhaitez.

La France a opté pour une version entièrement bilingue – une décision que l’académie a décrite dans une lettre ouverte l’année dernière comme « trop ​​zélée ».

Mme Carrère d’Encausse, historienne et ancienne députée européenne, a déclaré: « Sous prétexte que l’Union européenne prône des documents d’identité bilingues, un principe important est mis à mal, à savoir que le français est la langue de la République française. »

Fernand Lefèvre

"Résolveur de problèmes typique. Sujet à des crises d'apathie. Mélomane primé. Nerd de l'alcool. Aficionado de zombies."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.